Poutine échange de nouveau avec Goïta

Mali-Russie : Poutine échange de nouveau avec Goïta

Vladimir Poutine et l’actuel dirigeant malien, Assimi Goïta, ont eu un important entretien téléphonique, ce 04 octobre 2022.  Information confirmée par l’ambassade de la Russie à Bamako. Le renforcement des relations bilatérales entre la Russie et le Mali était essentiellement au menu des discussions.

Le président russe, actuellement engagé dans la guerre en Ukraine, a un œil sur la situation politique en Afrique subsaharienne. Lors de son entretien avec le colonel Assimi Goïta, ce dernier a été invité à une rencontre importante qui se déroulera en 2023. La rencontre aura lieu à Saint-Petersbourg et les participants sont triés sur le tas. 

Cette demande personnelle de Poutine au chef de la transition malienne, témoigne de l’affection particulière qui existe entre les deux personnalités. En effet, la Russie veut poursuivre les discussions avec le Mali au sein d’un partenariat gagnant-gagnant. Les deux hommes ont également évoqué des questions relatives à la poursuite du développement des relations bilatérales. 

L’évolution commerciale et économique entre le Mali et la Russie ont été abordées. Enfin, la Russie a pris l’initiative de faire don aux pays dans le besoin d’environ 300 000 tonnes d’engrais bloquées dans les ports européens en raison de sanctions illégitimes. 

« L’intention mutuelle de renforcer davantage la coopération russo-malienne dans le domaine de la sécurité afin d’éradiquer les groupes terroristes sur tout le territoire du Mali a été confirmée », affirme aussi l’Ambassade de Russie à Bamako. 

Affrontement Wagner et soldats maliens, l'origine du conflit 

Affrontement Wagner et soldats maliens, l’origine du conflit 

Voilà plusieurs mois que des tensions sont perceptibles entre les mercenaires de Wagner et certains militaires maliens, qui n’apprécient guère de recevoir des ordres de ces étrangers. Le mardi 27 septembre, dans la matinée, elles ont dégénéré dans l’enceinte du camp militaire d’Ansongo, dans le nord-est du pays, où cohabitent les Forces armées maliennes (Fama) et leurs supplétifs de la société militaire privée russe.

D’après « Jeune Afrique » les soldats maliens acceptent de moins en moins les règles qui leur sont fixées par les hommes de Wagner – et notamment celle qui consiste à leur prendre régulièrement leurs téléphones. Ce mardi matin, l’un d’entre eux a refusé de donner le sien à un mercenaire. Le ton est alors vite monté puis une violente bagarre a éclaté : des armes ont été dégainées et des coups de feu ont été tirés, le tout devant de nombreux témoins. Bilan : deux morts dans les rangs des Fama et neuf blessés, dont un membre de Wagner et des civils qui étaient présents dans le camp.

Lire aussi : Nouvelles sanctions de la CEDEAO contre la Guinée : le Mali « se désolidarise »

Une réunion de crise a depuis eu lieu à l’état-major pour faire le point sur cette affaire et éviter qu’elle ne s’ébruite. Au camp d’Ansongo, la tension reste vive entre les militaires maliens et les mercenaires de Wagner, qui vivent dans le même lieu mais chacun de leur côté.

62e anniversaire du Mali : "C'est le jour de souvenir de notre dignité retrouvée...", Assimi Goïta

62e anniversaire du Mali : « C’est le jour de souvenir de notre dignité retrouvée… », Assimi Goïta

À l’occasion de la 62e fête nationale du Mali, le Col. Assimi Goïta a adressé un message à la nation, ce 21 septembre. Dans ses propos, le Chef de la Transition malienne a salué cette célébration historique et a rappelé son importance à ses compatriotes.

Le Mali célèbre ce jeudi, le 62e anniversaire de sa fête nationale. Pour Assimi Goïta, cette commémoration est, pour le peuple malien, un souvenir de leur dignité retrouvée.

« Il y a soixante-deux ans que les pères fondateurs du Mali célébraient, en communion avec le peuple, l’accession de notre pays à la souveraineté nationale et internationale. Cet événement historique que nous consacrons à notre tour est un rendez-vous citoyen auquel chaque Malienne et Malien doit accorder la plus haute importance, car c’est le jour du Souvenir de notre dignité retrouvée après une longue période de domination coloniale. C’est pour cette raison que nous plaçons ce 62e anniversaire sous le signe de l’ « Union dans la Souveraineté retrouvée », a déclaré le président Assimi Goïta.

Pour la même occasion, le président guinéen de la Transition, le Col. Mamady Doumbouya a effectué une visite d’amitié et de travail, de 24 heures, au Mali. 

Col. Mamady Doumbouya en visite au Mali

Accusée de soutenir le terrorisme au Mali, la diplomatie française répond

Accusée de soutenir le terrorisme au Mali, la diplomatie française répond

Les relations entre Paris et Bamako se détériorent au jour le jour. Après le départ définitif des soldats français sur le sol malien, une nouvelle affaire éclate. Il s’agit du financement du terrorisme au Mali dont selon la junte, la France en est l’auteur.

En effet, dans une lettre adressée aux Nations unies, la junte malienne au pouvoir a indiqué que la France collecte des informations au profit des groupes terroristes et leur fourni des armes. Une accusation rendue publique en début de semaine et qui sera démentie par l’ambassade de France au Mali ce mercredi 17 Août.  

Terrorisme au Mali, les démentis de la France

Dans une publication sur son compte Twitter, la diplomatie française dément les accusations des autorités maliennes. « La France n’a évidemment jamais soutenu directement ou indirectement ces groupes terroristes », écrit l’ambassade.

Lire aussi : Affaire 49 soldats : « le gouvernement malien est un gouvernement Voyou », une chroniqueuse ivoirienne allume la junte malienne

Et de poursuivre : « La France est intervenue au Mali entre 2013 et 2022 à la demande des autorités maliennes ». Durant cette période, « la France a libéré de nombreuses villes maliennes qui étaient tombées entre les mains des terroristes, lesquels imposaient leur règne de terreur – interdiction de l’éducation, meurtres, punitions corporelles –, notamment à Tombouctou et à Gao ».

« En 9 ans, poursuit la diplomatie française, Paris a neutralisé plusieurs centaines de terroristes au Mali et mis hors d’état de nuire deux figures historiques du terrorisme dans la région » : le chef du groupe État Islamique, Adnan Abou Walid al-Sahraoui, et le chef d’al-Qaïda au Maghreb islamique, Abdelmalek Droukdel.

« Dans tous les communiqués des groupes terroristes, la France était jusqu’à son départ désignée comme leur ennemi numéro 1. », ajoute la diplomatie française au Mali.

« 53 soldats français (…) dont la mission consistait, avant tout, à lutter contre les groupes terroristes » sont morts au Mali, martèle l’ambassade, ajoutant que « ces dernières années, la France a été meurtrie sur son propre territoire par plusieurs attentats terroristes ».

Mali : attaque du camp de Kati, 2 assaillants tués

Mali : attaque du camp de Kati, 2 assaillants tués

Tôt ce matin, les populations de Kati près de Bamako ont été réveillé sous les coups d’explosions et des tirs nourris. D’après les informations, il s’agit d’une attaque du camp de Kati situé près de la résidence du président Assimi Goita.

Selon les sorties des Forces Armées Maliennes (FAMa), l’attaque a été repoussée avec bilan, deux terroristes tués.

« Les Forces Armées Maliennes ont vigoureusement repoussé une attaque terroriste contre la caserne de Kati. C’était tôt ce matin aux environs de 05h00 avec 02 véhicules piégés bourrés d’explosifs », a annoncé ce vendredi, les FAMa.

Lire aussi : Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

« Le bilan provisoire est de 02 assaillants neutralisés », ajoute l’armée malienne. « La situation est sous contrôle et le ratissage est en cours pour débusquer les auteurs et leurs complices. Le Chef d’Etat-major Général des Armées rassure les populations de vaquer à leurs occupations habituelles », rassure le communiqué.

Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

La relation entre le Mali et la Cote d’Ivoire se détériore davantage. Après l’arrestation des 49 militaires dimanche, le Mali a expulsé mercredi, des soldats ivoiriens de la MINUSMA.

Ils sont une quinzaine de soldats avoir été embarqué par vol Air Côte d’Ivoire en destination d’Abidjan, le mercredi 13 juillet 2022.

Il s’agit du reste du contingent ivoirien NSE, 16 militaires qui attendaient leurs collègues (les 49 militaires arrêtés) pour leur passer les consignes, indique une source.  

Les soldats expulsés étaient sur le sol malien dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Lire aussi : Takuba au Mali : la force européenne a plié bagage

Par ailleurs, la junte malienne a également annoncé ce jeudi 14 juillet, la fin de toutes les rotations militaires de la MINUSMA.

En effet, depuis le dimanche dernier, des soldats ivoiriens (49 au total) ont été arrêté au Mali. Pour la junte, il s’agit des mercenaires et seront traduit en justice. Mais l’Etat ivoirien soutien qu’ils sont envoyés au Mali pour une mission légale.

Takuba au Mali : la force européenne a plié bagage

Takuba au Mali : la force européenne a plié bagage

La France par le biais de son état-major, a officialisé vendredi le départ de la force européenne Takuba au Mali. C’est au cours d’une conférence de presse que le général Pascal Ianni, porte-parole de l’état-major français a annoncé la nouvelle.

En effet, sur décision du pouvoir en place conduit par Assimi Goita, l’armée française quittera le Mali d’ici fin août après neuf ans d’engagement.

« La réorganisation du dispositif militaire français au Sahel (…) a conduit à la fin des opérations de (…) Takuba au Mali à compter du 30 juin », a indiqué Pascal Ianni.

« Outre le partage d’une appréciation de situation, des procédures communes et une fraternité d’armes ont été forgées », ajoute l’état-major français.

Lire aussi : Mali : le président autoproclamé depuis Abidjan porté disparu

Barkhane et Takuba témoignent de ce que « les Européens sont capables d’accomplir ensemble dans des environnements sécuritaires complexes », a-t-il poursuivi, assurant que « les leçons » de cette expérience opérationnelle perdureraient.

L’armée française aura quitté le Mali d’ici fin août après neuf ans d’engagement. Et la Minusma, prolongée d’un an, sera privée de soutien aérien. « La reconfiguration militaire en cours dans la région pourrait compromettre les efforts antiterroristes passés », ont souligné des experts de l’ONU dans un document obtenu par l’AFP.

Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

Désormais, le service militaire au Mali devient obligatoire pour toutes les nouvelles recrues à la fonction publique. La décision vient du président de la transition, le colonel Assimi Goïta lors d’une cérémonie du service national des jeunes.

Au total, 700 jeunes admises à la fonction public ont été formé sur des services militaires notamment les tactiques, la photographie et d’armement.

En effet, Assimi Goïta a présidé la cérémonie de présentation au drapeau, des jeunes admis à la fonction publique et bénéficiaire de la formation du service militaire. Elle s’est tenue à la Place d’armes du Génie militaire de Bamako ce jeudi 31 mars 2022.

« Cette formation s’inscrit dans la droite ligne de la refondation de notre système de gouvernance en général et plus particulièrement celle relative à la Défense et à la Sécurité », a déclaré le président de la transition.

Lire aussi : Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

Et de poursuivre : « nous entendons inculquer l’esprit de patriotisme, l’esprit de civisme, le sens de nos valeurs et surtout la défense de la patrie. Ces désormais ex-recrues du Service National des Jeunes (SNJ) pourraient servir de courroie de transmission entre la population et l’État dans le cadre de la collaboration entre les Forces Armées de Défense et de Sécurité ».

Désormais, tous ceux qui sont retenus dans la fonction publique passeront par ce processus avant de rejoindre leurs lieux de déploiement dans le cadre de l’administration, selon le chef de l’État qui travaille à la création de la Réserve opérationnelle concernant la Défense opérationnelle du territoire. Cette « Réserve » sera rattachée au ministère de la Défense pour des besoins de déploiement sur le théâtre des opérations en cas de nécessité.

ça barde entre l’imam Mahmoud Dicko et Goïta

Mali : « (…) notre partenaire stratégique sur le plan sécuritaire est la France », ça barde entre l’imam Dicko et Goïta

Les relations pourront se dégrader dans les prochains jours entre la junte malienne et l’opposition. En effet, dans une sortie l’imam Mahmoud Dicko, réaffirme la position de l’opposition malienne face à la junte.

L’opposition a annoncé la semaine dernière, qu’elle ne reconnaitra plus la légitimité d’Assimi Goïta et sa troupe à partir du 25 mars. Une déclaration à laquelle l’imam Mahmoud Dicko est revenu de long en large.

Mahmoud Dicko annonce la mise en place d’un collège des sages

Dans son message, l’homme religieux et politique a indiqué qu’il n’approuve pas la période de prolongation de la transition et la tension qui existe actuellement entre le Mali et ses partenaires.

« L’objectif est de mettre en place un collège des sages pour essayer de raisonner les autorités de transition. L’opposition ne reconnaîtra plus la légitimité des autorités à partir du 25 mars. La relation se dégrade avec la France. Il faut être réaliste même si certaines personnes proches du pouvoir ne souhaitent plus entendre parler de la France et veulent mettre fin à nos relations de manière brutale. » a déclaré Mahmoud Dicko, rapporté par l’Opinion.

« On ne peut pas vivre isolé alors que nous appartenons à des organisations régionales comme l’Union économique et monétaire ouest-africaine et avons un lien monétaire avec la France à travers le Franc CFA, ce qui lie nos administrations », a déclaré le président du Haut conseil islamique du Mali, à propos de la positon des autorités actuelles face aux sanctions.

Lire aussi : Mali : Faure Gnassingbé apporte son soutien à la junte pour une sortie de crise

Et de continuer, « il n’est pas interdit d’avoir une coopération militaire d’État à État, comme avec les États-Unis et la Russie, mais les partenariats doivent être assumés et clarifiés. Nous ne devons pas, non plus, oublier que notre partenaire stratégique sur le plan sécuritaire est la France. »

Pour rappel, l’influent imam malien est le pionnier qui a œuvré dans la chute du pouvoir d’Ibrahim Boubacar Keïta (IBK).

ce ministre nigérien traite Assimi Goïta et sa troupe de « patriotes frelatés »

Mali : ce ministre nigérien traite Assimi Goïta et sa troupe de « patriote frelaté »

Le ministre nigérien des Affaires étrangères, Hassoumi Massaoudou depuis Paris envoi un message à Assimi Goïta et sa troupe.

C’est au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue français Jean-Yves Le Drian.

Le ministre a critiqué la prise du pouvoir par les militaires au Mali, les accusant de « patriotisme frelaté ».

« Nous ne comprenons pas que des chefs militaires qui ont échoué sur le terrain de la guerre, prennent le pouvoir politique et au nom d’un patriotisme frelaté, font appel à des mercenaires pour défendre l’intégrité de leur territoire, Je ne sais pas ce que ça veut dire, et pourtant ils prétendent être des patriotes », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Putsch au Burkina Faso : les militaires russes se positionnent

De son côté, le diplomate français Jean-Yves Le Drian parle des « mesures irresponsables » d’une junte « illégitime » au pouvoir à Bamako, alors que le Danemark vient d’annoncer qu’il retirait ses troupes du Mali.

« Cette junte est illégitime et prend des mesures irresponsables (…). Elle porte l’entière responsabilité du retrait des forces danoises et s’isole davantage encore de ses partenaires internationaux », a-t-il ajouté.