Russie : l’avion de l’apocalypse est resté au sol

Russie : l’avion de l’apocalypse est resté au sol

L’avion de l’apocalypse de Poutine faisait partie de l’arsenal militaire qui devrait défiler ce lundi. Mais pour des raisons de météo, il n’a pas eu lieu. En effet, la Russie célébrait la victoire contre le nazisme en 1945. Un jour commémoré chaque par des festivités notamment un défilé terrestre et aérien.

Sauf que pour cette année les choses ne vont pas se passer comme prévu pour Vladimir Poutine qui encore une fois comptait exhiber son dispositif militaire.

En effet, cette année seul le défilé terrestre a eu lieu sur la place rouge à Moscou. Celui de l’aérien n’a pas eu lieu pour des raisons météorologiques. Ce qui a empêché de facto le décollage de l’avion de l’apocalypse.

Lire aussi : Russie-Ukraine : Poutine interdit ces devises pour les livraisons de gaz

Il était prévu la démonstration de 77 avions de combat y compris celui de chasse Mig défiler en dessinant la lettre ‘’Z’’. Le symbole utilisé par l’armée russe au début de l’invasion de l’Ukraine.

Pour rappel, l’avion de l’apocalypse un Ilyushin II-80 sans fenêtre. D’après les détails fournis par le site Futura, l’avion qualifié de bunker est long de 59 mètres et lourd de 208 tonnes.

Le grand oiseau volant est doté d’un blindage spécial et ne comporte aucun hublot. Son nez bosselé « enferme un équipement de communication satellite et des liaisons radio ». L’appareil volant a pour rôle de transporter le président russe en cas d’attaque nucléaire.

Il porte un string rouge à la place d’un masque et se fait expulser d’un avion

Il porte un string rouge à la place d’un masque et se fait expulser d’un avion

Un passager américain s’est fait expulser du vol United Airlines. Pour cause, il a porté un string rouge à la place du masque anti-covid. D’après ses raisons, il trouve « absurde » la règle l’obligeant à porter un masque pour se protéger à bord des avions tout en autorisant à les retirer pour boire et manger.

Une vidéo de l’incident survenu mercredi montre l’équipage l’informer qu’il ne pourra pas rester à bord de l’appareil s’il conserve son string sur le visage. Après discussion, l’homme finit par quitter son siège, résigné.

Lire aussi : Burkina Faso : un enfant de 13 ans détruit un drone français par son lance-pierre

Lors de son entretien à NBC2, il s’est ensuite comparé à l’Afro-Américaine Rosa Parks, icône de la lutte pour les droits civiques aux États-Unis qui a refusé en 1955 de céder son siège à un homme blanc dans un bus. « Dans ce pays, chaque changement a été provoqué par des gens ordinaires », a-t-il expliqué.

« Nous sommes reconnaissants à notre équipage de s’être occupé du problème au sol avant le décollage, évitant une quelconque interruption dans les airs », a réagi United Airlines dans un communiqué.

Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Ce dimanche 24 janvier, le Togo a commémoré le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa. La cérémonie a été présidée par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé avec à ses côtés, Madame la Première Ministre, Victoire Tomégah-Dogbé et Yawa Dzigbodi Tségan, Présidente de l’Assemblée nationale.  

Assisté également par de nombreuses hautes personnalités, la journée a été marquée par un dépôt de gerbes au mausolée de sarakawa, dans la préfecture de la kozah. Aussi, une cérémonie similaire s’est déroulée à la place des Martyrs à Lomé. Elle a été présidée par le Général Damehame yark, Ministre de la sécurité et de la protection civile.

A lire : Togo: le président Faure Gnassingbé aux côtés des populations d’Agou

Cette commémoration a lieu tous les 24 janvier, en souvenir des citoyens togolais qui avaient perdu la vie le 24 janvier 1974, à la suite de l’attaque perpétré sur l’avion à bord duquel se trouvait le président Gnassingbé Eyadéma. Un sabotage imputé aux milieux financiers étrangers hostiles au projet de nationalisation de la société des mines de phosphates.

Le 24 janvier est ainsi devenu une date symbolique rebaptisée « Jour de la libération économique », et le site de Sarakawa, un mémorial près duquel sont organisées des manifestations officielles en hommage au président « Miraculé de Sarakawa ». Sa célébration chaque année, se veut pour la nation togolaise, un devoir de mémoire collective.

La cérémonie s’est déroulé sans le public en raison de la maladie à coronavirus. Seuls les officiels invités ont pris part.