Défilé de l’indépendance du Bénin : quand Talon se fait ‘’secouer’’ par son chauffeur (vidéo)

Défilé de l’indépendance du Bénin : quand Talon se fait ‘’secouer’’ par son chauffeur (vidéo)

Le Bénin célèbre ce lundi son accession à l’indépendance après deux ans de pause due à la pandémie au coronavirus. Fêté traditionnellement tous les 1er Août depuis 1960 (année de l’indépendance du Bénin), le pays de l’Afrique de l’Ouest a célébré ce jour son 62è anniversaire.

Elle a été marquée par un défilé militaire et paramilitaire, toujours dans la sobriété dont le début des festivités a été marqué par l’arrivée du président de la République Patrice Talon.

En effet, l’arrivée du président Talon après le dépôt de gerbe en mémoire des disparus a été un peu rocambolesque et fait jaser sur la toile.

Conduit par la voiture de parade, le président semble être un peu distrait et a été un peu secoué suite à l’arrêt de la voiture. La vidéo fait le tour sur la toile suscitant des commentaires. « C’est de l’émotion pour les 62 ans d’anniversaires », a écrit certains internautes.

Le Bénin est un pays francophone d’Afrique de l’Ouest. Il est le berceau de la religion vaudou, mais aussi le territoire de l’ancien Royaume de Dahomey (environ 1600-1900). À Abomey, ancienne capitale de Dahomey, le musée historique occupe deux palais royaux ornés de bas-reliefs retraçant l’histoire du royaume et d’un trône monté sur des crânes humains. Au nord, le parc national de Pendjari propose des safaris à la découverte des éléphants, des hippopotames et des lions.

Bonne fête à tous les béninois.

Lire la vidéo ici

CAN 2025 : probable co-organisation du Bénin, cette information qui confirme

CAN 2025 : cette information confirme la probable co-organisation avec le Bénin

Les suspicions sur la probable co-organisation de la CAN 2025 du Bénin avec le Nigéria pourrait devenir réelles. Une récente sortie du président de la Fédération nigériane de football (NFF) et membre du comité exécutif de la CAF, Amaju Pinnick, confirme l’information.

« Nous sommes en train de préparer une candidature pour l’organisation conjointe du tournoi (la CAN 2025, ndlr) avec la République du Bénin. Le ministre des Sports a donné son aval à cette candidature », à déclarer Amaju lors d’une visite dans l’Etat de Lagos.

En effet, cette suggestion du Nigéria est très prise au sérieux par le Bénin qui rêve d’organiser cette grande messe continentale de football. Le pays s’est même lancé dans la construction des stades de football. On parle de 22 stades en chantier au Bénin.

Lire aussi : Super League africaine de la CAF : Voici les conditions que les clubs doivent remplir

Si pour l’instant, l’organisation de la compétition est officiellement remise au Guinée Conakry, elle pourrait lui être retirée. Ceci, à l’issue d’une visite de la CAF qui estime que le pays ne rempli pas toutes les conditions.

Ainsi, le Bénin pourrait être co-organisateur de la 35è édition de la Coupe d’Afrique des nations avec le Nigéria.

France-Afrique : Emmanuel Macron attendu chez Patrice Talon

France-Afrique : Emmanuel Macron annoncé au Bénin

Le président français Emmanuel Macron sera au Bénin le 27 juillet 2022, indique une presse locale. Selon les informations, cette visite officielle, a pour objectif d’« encourager le processus de démocratisation et les réformes économiques » entreprises par le gouvernement Talon .

Lire aussi : Sommet Afrique-France : les « pépites » ont fustigé Macron sur le colonialisme

Après le Bénin, Monsieur Macron se rendra au Cameroun chez Paul Biya, ajoute le média. Cette visite en Afrique est une première depuis sa réélection en Avril dernier avec 58,8 de voix.

Bénin : le SMIG pourrait augmenter de 30%

Bénin : le SMIG pourrait augmenter de 30%

Le SMIG au Bénin pourrait connaitre une augmentation dans les jours à venir. En effet, ce mardi 26 avril 2022, le gouvernement Talon a rencontré les centrales et confédérations syndicales. Au menu des discussions, l’augmentation du SMIG et des salaires des travailleurs.

La tête à tête s’inscrit dans le cadre de la première session ordinaire de la Commission nationale de Concertation, de Consultation et de Négociations collectives de l’année 2022.

En effet, les discussions ont conclu sur une augmentation de 30%. Ce qui sous-entend que le SMIG pourrait passer de 40.000 f, montant initial à 52.000 francs CFA.

Les discussions ont porté également sur la revalorisation des salaires. Et il est ressorti qu’ une cagnotte globale serait dégagée et sera répartie entre augmentation des salaires et amélioration de la situation des aspirants au métier de l’enseignement (AME), et recrutement de jeunes.

Lire aussi : Bénin : un Curé catholique expulse un photographe de l’église à cause de sa coiffure

Pour l’instant le montant de la cagnotte n’est pas encore connu, mais deux niveaux d’augmentation ont été retenu. Il s’agit dans un premier temps d’une amélioration du point d’indice pour impacter aussi bien les pensions des retraités que les salaires ; et d’une augmentation différenciée des salaires et des pensions par palier de façon à impacter plus fortement les bas salaires et moins fortement les salaires élevés.

Les 04 paliers retenus sont les suivants :

De 52.000 à 100.000 FCFA

101.000 à 200.000 FCFA

201.000 à 500.000 FCFA

501.000 et plus.

Les pourcentages à appliquer à chaque palier seront examinés au cours d’une autre séance de la commission.

Terrorisme au Bénin : 1200 munitions saisies dans le centre-ville

Terrorisme au Bénin : 1200 munitions saisies dans le centre-ville

Les autorités multiplient les efforts pour contrer le terrorisme au Bénin. Dans cette dynamique, un colis a été saisi dans le centre-ville du Bénin sur l’axe Idigny-Savè. D’après les raisons évoquées par la police républicaine qui a saisi le colis, il s’agit des munitions.

En effet, un homme a été interpellé par la police républicaine à bord d’un moto taxi. Il est arrêté avec 1200 cartouches de calibre. Le monsieur a pris la fuite laissant le colis abandonné auprès du conducteur.

Les forces de l’ordre ont présenté le conducteur à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) puis placé en détention provisoire.

Lire aussi : Bénin : un Curé catholique expulse un photographe de l’église à cause de sa coiffure

Après écoute, ce dernier a déclaré qu’il ignorait la nature du colis, avouant toutefois que son passager « l’aurait conseillé de dépasser le poste de police en trombe. Ce qu’il n’a pas fait ».

Poursuivi pour appartenance à une organisation terroriste, son procès est attendu le 26 avril 2022.

Bénin : création d’une école pour former en sorcellerie

Bénin : création d’une école pour former en sorcellerie

Une école de sorcellerie sera bientôt ouverte au pays de Patrice de Talon. Il s’agit d’un projet de Florent Eustache Hessou, journaliste et écrivain béninois. La création de cette école de sorcellerie fait suite à l’obtention du doctorat en sociologie anthropologie de développement de l’UAC.

« A la fin du mois, je crée mon école de sorcellerie. Cette école va enseigner les sciences que je viens de découvrir dans ma thèse afin que personne ne soit ni bourreau ni victime », a confié Dr Florent Eustache Hessou après sa soutenance la semaine passée.

Dr Florent Eustache Hessou lors de sa soutenance

« Moi j’ai démontré dans ma thèse qu’on peut utiliser les côtés positifs de la sorcellerie. J’ai découvert dans ma recherche qu’en réalité une sorcière est une personne qui a des connaissances, c’est quelqu’un qui connaît beaucoup de choses », a précisé le docteur Eustache Hessou.

Lire aussi : Bénin : restitution des 26 trésors pillés, les béninois se prononcent

Il s’agira de la « représentation sociale de la sorcellerie (AZE) chez les fon du Sud-Bénin ». Selon le docteur, l’école formera sur les connaissances permettant à se protéger de la sorcellerie. Elle montrera les aspects positifs de la sorcellerie afin d’aider à éviter des attaques de la magie.

Bénin : « Qui tue par l’épée, périra par l’épée », l’ancien Président Dieudonné SOGLO au régime de Patrice Talon

Bénin : « Qui tue par l’épée, périra par l’épée », l’ancien Chef de l’Etat Dieudonné SOGLO au régime du Président Patrice Talon

L’ancien Président Dieudonné SOGLO, dans un communiqué de presse revient la situation politique du Bénin et surtout sur l’attentat d’assassinat de Galiou SOGLO.

Communiqué de presse du président Nicéphore Dieudonné SOGLO

Cotonou, le mardi 09 Mars 2021

Deux mois que notre fils Galiou SOGLO a échappé à un assassinat et jamais nous, ses parents, n’avons eu droit au moindre message des autorités politico-judiciaires de notre pays. Pas d’information sur l’enquête, pas de demande de collaboration, encore moins, de point sur d’éventuelles investigations, ne serait-ce que partiel. Juste un silence méprisant. Tout ce que nous avons appris sur ce dossier, l’a été par la presse et les réseaux sociaux, notamment les persécutions à l’encontre du chauffeur du ministre Galiou SOGLO.

Visiblement son malheur était d’être le tout premier acteur politique à avoir déposé sa candidature à l’élection présidentielle auprès de la Commission Électorale Nationale Autonome (CENA) tout en exigeant le retour à la constitution de février 1990 et à la fin du mandat du Président Patrice TALON dès le 05 avril 2021, conformément à son serment du 06 avril 2016. Quelques jours seulement après avoir lancé son combat pour le respect des textes fondamentaux de notre pays, il a été froidement pris pour cible par des individus dont la mission était de mettre fin à sa vie.

Il est inadmissible que l’engagement politique au Bénin se traduise désormais par l’exil, l’assassinat, l’empoisonnement ou l’emprisonnement. Nous avons dit à la conférence nationale « Plus jamais ça ». Mais nous voici en train de revivre, quelques 30 ans plus tard, une forme plus pernicieuse de la dictature, du totalitarisme et de l’affairisme au sommet de l’Etat.

Depuis 2016, en effet, la famille SOGLO a accepté faire face à son lot d’épreuves dans la dignité et l’abnégation à l’instar de beaucoup d’autres familles béninoises qui ont vu leurs fils abattus dans les rues, contraints à l’exil ou emprisonnés par une justice aux ordres. Moi-même, le Président Nicéphore Dieudonné SOGLO, j’ai vu ma gestion à la mairie de Cotonou faire l’objet de plusieurs audits par un cabinet international avant que mon successeur, qui n’est rien d’autre que Léhady SOGLO ne soit radié de son poste de maire de la ville de Cotonou. Il sera condamné à 5 ans de prison par la justice spéciale du régime TALON pendant que tous ses autres coaccusés ont été relâchés.

Nous réitérons ici, avec force, notre adhésion totale à toutes les actions visant à la libération de notre peuple des griffes de prédateurs étrangers comme nationaux. Nous demeurons solidaires vis-à-vis des hommages rendus par Maman Rosine VIEYRA SOGLO au combat de notre fille, Madame Réckya MADOUGOU, emprisonnée par la justice spéciale du régime de TALON Patrice. Qu’ils sachent que : « Qui tue par l’épée, périra par l’épée ».

Nous tenons à rappeler que la famille SOGLO ne nourrit aucune animosité particulière ou personnelle à l’endroit du Chef de l’État, Patrice TALON. Lui et son épouse ont d’ailleurs des liens de parenté très proches avec respectivement les familles VIEYRA et SOGLO.

Notre famille a eu le privilège de connaître deux présidents de la République, plusieurs ministres, députés, ambassadeurs et autres hauts cadres et fonctionnaires dans l’administration de notre pays. Nous ne nous déroberons jamais à notre devoir vis-à-vis de la nation.

Nous exigeons, une fois encore, que la lumière soit faite sur l’assassinat manqué sur la personne de Galiou SOGLO.

Au-delà de notre exigence en tant que parents désireux de connaître la vérité sur l’agression contre notre fils, nous sommes solidaires de tous ceux qui combattent la nouvelle menace contre notre pays à savoir la « Mafiafrique » qui a pour tentacule l’affairisme, la prévarication au sommet de nos états.

A notre fille, la vaillante Réckya MADOUGOU et à tous les autres nous demandons de tenir bon. A toutes et à tous, nous vous exhortons à la mobilisation générale pour vaincre l’imposture. « N’ayez pas peur!!! ». Pour reprendre, souvenez-vous, c’était le 22 octobre 1978, les paroles inaugurales du pontificat du Pape Jean Paul II que nous avons reçu ici à Cotonou. Et comme je me plais à vous le dire, « nous allons vers la terre promise ».

Vive la Restauration de l’état de droit !

Vive la Démocratie !

Vive le Bénin !

Je vous remercie.

Nicéphore Dieudonné SOGLO

Ancien Président de la République

Ancien Maire de la ville de Cotonou

Vice-Président du Forum des Anciens Chefs d’Etats et de Gouvernements d’Afrique,

Créé en 2006 à Maputo sous le haut patronage de Nelson MANDELA

Lire aussi: Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Bénin : Reckya Madougou impliquée dans une affaire de terrorisme

Suite à l’arrestation de la candidate du parti « Les Démocrates », le procureur de la République béninoise, M. Mario Metonou dans une sortie médiatique annonce que Reckya Madougou est impliqué dans une affaire terroriste et relate les faits.

Lire la déclaration du procureur :

« Le 3 mars 2021 vers 19 heures, Madame Reckya Madougou a été interpellée par la police Républicaine. L’intéressée avait été gravement mise en cause dans une procédure d’enquête ouverte le vendredi 26 février 2021 contre les nommés Ibrahim MAMA TOURE, Colonel de l’ex gendarmerie à la retraite et Georges SACCA. A l’étape actuelle, les faits ainsi qu’ils ressortent de la procédure d’enquête se présentent comme suit :

Disqualifiée de la course à l’élection présidentielle d’avril 2021, Madame Reckya Madougou et certains membres de sa formation politique ont, selon toute vraisemblance, formé le dessein de perturber le déroulement du prochain scrutin en perpétrant des actes de terreur de grande ampleur.

Ainsi, le 24 février 2021 vers 22H30, Georges SACCA qui se trouve être l’un des plus proches collaborateurs de Madame Reckya Madougou à Parakou, est entré en contact avec le colonel Ibrahim MAMA TOURE pour, dit-il, lui confier une mission très sensible et importante. Cette mission, prévue pour se dérouler en plusieurs étapes, devait commencer par le meurtre d’une autorité influente de la ville de Parakou sur un axe routier emprunté régulièrement par cette dernière. La mission devait ensuite se poursuivre par l’élimination d’une seconde autorité politique à l’occasion des obsèques de la première victime.

Le but de ces manœuvres est de provoquer la terreur, le chaos et de parvenir ainsi à faire suspendre le processus électoral en cours. Le Colonel Ibrahim MAMA TOURE accepte la mission. Les deux mis en cause définissent les modalités de la première opération avant de s’accorder sur son coût. La somme convenue est versée par Georges SACCA au colonel Ibrahim MAMA TOURE dans la journée du vendredi 26 février 2021 peu avant 11 heures. Juste après la remise des fonds, les deux individus sont interpellés par la Police Républicaine.

De l’aveu du colonel Ibrahim MAMA TOURE chargé de l’exécution de la mission, il ressort que cette somme a été envoyée par madame Reckya Madougou. C’est ce qui justifie l’interpellation de cette dernière dans le cadre de l’enquête. Il faut rappeler que l’atteinte volontaire à la vie des personnes, à leur intégrité, ou à leur liberté, ainsi que l’enlèvement ou la séquestration des personnes lorsqu’elle a pour but de contraindre indûment les pouvoirs publics à accomplir ce qu’ils ne sont pas tenus de faire ou à s’abstenir de faire ce qu’ils sont tenus de faire est qualifiée de terrorisme par les articles 161, 162 et 163 de notre code pénal. Je vous remercie ».

Lire aussi: Bénin: les choses se compliquent pour Reckya Madougou

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

Bénin : arrestation de Reckya Madougou, Joël Aïvo réagit et relate les faits

À la suite d’un meeting tenu ce mercredi 03 mars entre les partis de l’opposition béninois, Reckya Madougou candidate en lice pour l’élection présidentielle d’avril prochain a été arrêtée. Une arrestation dont Frédéric Joël Aïvo, aussi candidat à ladite élection, a échappé belle. Dans une publication sur sa page Facebook, l’opposant revient sur la situation et relate les faits.

«N’ayez pas peur !!! »

«J’ai partagé ce mercredi 3 mars 2021 la tribune d’un meeting de l’opposition béninoise avec ma sœur Mme Reckya Madougou, candidate du Parti Les Démocrates, à l’élection présidentielle de 2021.

Alors que nous clôturions ce meeting aux environs de 19h, en présence de plusieurs  personnalités de l’opposition, la salle des fêtes Tiwani de Porto-Novo a été encerclée par un fort détachement des forces de l’ordre. Nous sommes néanmoins sortis et avons rejoint nos voitures pour rentrer chez nous.

Je suis reparti ensemble dans la même voiture que l’Ambassadeur Moïse Kérékou et la Ministre Reckya Madougou. C’est alors que, sur le pont de Porto-Novo, notre voiture a été bloquée par les forces de l’ordre. L’Ambassadeur Kérékou et moi-même ainsi que le conducteur avons été débarqués de force par ce détachement fortement militarisé.

Quatre (4) agents des forces de l’ordre se sont emparés de notre voiture avec Mme la Ministre Madougou, maintenue de force à bord et emportée vers une destination inconnue.

Après mes investigations, elle serait à la Brigade économique et financière de Cotonou.

Elle a évidemment tout mon soutien et celui de tout le Front. Comme convenu publiquement cet après-midi à Porto-Novo devant nos militants, il s’agit d’un combat pacifique mais résolu devant lequel nous ne reculerons pas quels que soient les intimidations, les obstacles et les brimades. »

Lire aussi: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

Bénin : réaction du parti « Les Démocrates » après la convocation de ses militants

Bénin : réaction du parti « Les Démocrates » après la convocation de ses militants

Suite à la convocation de certains de ses militants à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET), le parti « Les Démocrates » réagi et dénonce un harcèlement judiciaire constitutif de torture morale inacceptable. Ceci, à travers un communiqué rendu public ce dimanche 21 février 2021.

COMMUNIQUÉ

(Au sujet des intimidations et harcèlement judiciaire sur les militants du parti « LES DÉMOCRATES »)

Depuis le vendredi 19 février 2021, plusieurs militants du parti « LES DÉMOCRATES », font l’objet d’intimidations et de harcèlement judiciaire.

En effet, convoqués sans raison et de façon cavalière à la CRIET (tribunal d’exception du Président Patrice TALON), les camarades Nourénou ATCHADE Premier vice-président et Justin Cohovi ADJOVI Secrétaire national à la Trésorerie et au Patrimoine n’ont été reçus qu’après plus de 11 heures d’attente.

À l’analyse les motifs de la convocation seraient basés sur des rumeurs et les fausses informations sur des activités régulières du parti. Il s’agit purement et simplement d’un harcèlement judiciaire constitutif de torture morale inacceptable. De même, le camarade Bio Dramane TIDJANI, vice-Coordonnateur de la huitième Circonscription Électorale est attendu à la CRIET le lundi 22 février 2021 certainement pour le même motif.

Le parti « LES DÉMOCRATES » élève une vive protestation contre ces manœuvres d’intimidation préjudiciables à un processus électoral crédible et inclusif et à la paix.

Lire aussi: Bénin / Supposé refus de parrainage : « Reckya Madougou n’a appelé personne d’entre nous », réagit Orden Alladatin de l’Union progressiste (UP)

De toute évidence, la finalité de cette manœuvre n’est rien d’autre que la volonté d’exclure pour une troisième fois l’opposition des élections et de faire un passage en force.

Le parti « LES DÉMOCRATES » met en garde contre la répétition de telles manœuvres et demande à ses militantes et militants ainsi qu’à l’ensemble du peuple béninois de rester mobilisés pour la restauration de la démocratie et de l’État de droit par toutes les voies légales que nous offrent la Constitution et les lois de la République.

Le parti « LES DÉMOCRATES » rappelle au gouvernement et à son chef l’exigence de la mise en œuvre des décisions de la CADHP et les assises nationales demandées par l’opposition en vue de créer les conditions propices pour une élection crédible et inclusives gage de paix sociale.

C’est ensemble que nous gagnerons la bataille du développement qui passe par la restauration de la démocratie, de l’État de droit et de l’alternance démocratique en 2021.

Vive le Parti « LES DÉMOCRATES »

Vive le BENIN

Le Président

Eric HOUNDETE