• NW TV 23 2
Canada : Une diplomate sénégalaise battue et arrêtée par la police

Canada : Une diplomate sénégalaise battue et arrêtée par la police ; les faits

Une affaire délicate, survenue il y a quelques jours à Ottawa, dégrade les excellentes relations diplomatiques qu’entretiennent le Sénégal et le Canada. Ce 02 août, une diplomate sénégalaise a été traitée brutalement avant d’être arrêtée à son domicile par la police canadienne.

En effet, la diplomate, dont le nom n’a pas été révélé, a été agressée par des policiers venus lui signifier une décision de justice avec un huissier. Après les premières enquêtes, on apprend que la Sénégalaise devait plus de 20 millions de FCFA à son ancien propriétaire.

Il s’agirait d’une dette pour l’état dans lequel se trouvait un bungalow meublé qu’elle louait et avait les moisissures et infestations de cafards. On ignore ce qui s’est réellement passé entre la diplomate et les agents, mais l’entrevue s’est terminé avec des coups.

Lire aussi : [Vidéo] Un diplomate saoudien s’écroule et meurt en pleine conférence

Suite à son interpellation musclée, le gouvernement sénégalais a vivement condamné cet acte qu’il qualifie de « raciste et barbare » et d’une « rare violence ». Quant au ministère canadien des Affaires étrangères, il se dit préoccupé par le traitement présumé de la diplomate sénégalaise. Une enquête a été ouverte pour statuer sur les responsabilités.

Coronavirus : elle attrape le virus, après avoir reçu un vaccin

Coronavirus : elle attrape le virus, après avoir reçu un vaccin

Avec cette pandémie, l’on ne saurait prédire une fin ou encore se sentir totalement à l’abri. En effet, la première personne vaccinée au Canada, Gisèle Lévesque, a tout de même contracté la Covid-19 deux semaines après avoir reçu sa dose du vaccin Pfizer-BioNTech.

La vaccination de Gisèle Lévesque, 89 ans, avait suscité beaucoup d’espoir dans la population. Or, voilà que malgré cette première dose, elle a contracté le virus, très actif dans son CHSLD, quelque temps avant le jour de l’An.

Mme Lévesque dit cependant bien s’en remettre. « Oui ça va bien. Je suis tout près d’être guérie », a-t-elle affirmé en isolement depuis deux semaines.

De la difficulté à respirer

Sans pouvoir être plus précise sur le moment du diagnostic, Mme Lévesque a indiqué avoir ressenti des symptômes juste avant le tournant de l’année. « Les symptômes, c’est la faiblesse et de la misère à respirer. Je manquais de souffle », raconte-t-elle d’une voix bien audible.

Celle qui a attrapé le virus environ deux semaines après sa vaccination dit ne pas avoir eu peur et estime que la dose reçue l’a aidée à combattre le mal. « Je crois que oui. J’aurais eu le temps de me faire des petits soldats qui m’ont aidée à passer à travers », affirme-t-elle.

Si Mme Lévesque est convaincue que le vaccin lui a été bénéfique, les scientifiques sont plus prudents sur l’impact réel qu’a eu le vaccin sur la dame.

L’immunologue Alain Lamarre rappelle que les études ont montré que le vaccin gagnait graduellement en efficacité dans les deux premières semaines après l’injection.

« C’est bien probable qu’elle ait été immunisée contre la forme grave de la maladie », estime le professeur de l’Institut national de recherche scientifique. Par contre, vu l’âge de la dame, il est aussi probable que l’immunisation n’avait pas été complétée.

Le Dr Gaston de Serres voit plus de questions que de réponses dans la situation de Mme Lévesque, notamment parce que les études cliniques ont été faites sur des personnes plus jeunes et en bonne santé. « Il est possible qu’elle soit moins bien protégée compte tenu de son âge », lance-t-il en hypothèse.

Lire aussi : Coronavirus : deux gorilles testés positifs à la Covid-19 dans un zoo