plafonnement de la caution et la garantie des loyers, les citoyens s’expriment

Togo : plafonnement de la caution et la garantie des loyers, les citoyens s’expriment

Par décret pris en conseil des ministres ce mercredi 05 janvier, le gouvernement réglemente la caution et la garantie de loyer. En effet, la caution est désormais plafonnée à 3 mois de loyers et la garantie à 3 mois de loyers.

Objectif du décret sur la caution et la garantie de loyer

Selon le communiqué sanctionnant le conseil, le gouvernement explique que le « plafonnement a pour objectif de limiter les spéculations pratiquées actuellement dans notre pays en particulier dans le Grand Lomé tout en tenant compte de la nécessité de préserver les investissements réalisés ».

Cette nouvelle donne qui visiblement est louable suscite des remous auprès des citoyens. « Pour réussir à ce décret, les terres devraient appartenir d’abord à l’État. Sans cela, cette loi existera seulement de forme. Tu viens pour louer, je te dis que chez moi, la caution c’est dix mois. Tu es libre de prendre ou de laisser. J’ai souffert pour construire ma maison avec qui ? », nous a laissé entendre un citoyen.

La cherté probable des loyers

A un autre d’ajouter : « quelqu’un pour susurrer à l’oreille du Conseil des Ministres que plafonner la caution et la garantie des loyers c’est très louable, mais faire une grille tarifaire pour les locations (avec les caractéristiques) rendra la mesure complète. Sinon une pièce sera bientôt à 50.000F. Après ça, doit venir la problématique question d’un lot de terrain à 50, 80, 150 millions (le SMIG est à 35.000F) ».

Lire aussi : Trafic de drogue : un maire arrêté avec une quantité importante de cocaïne

Un autre de se demander ce que le gouvernement met en place pour les propriétaires ??? selon lui, le vrai problème est plutôt d’essayer de faire diminuer le prix des matériaux de construction et ensuite ils pourront exiger aux propriétaires de réduire la caution et la garantie. On se trompe de problème, a-t-il dit.

Certains se demandent carrément les dispositifs que le gouvernement a mis en place quant à l’applicabilité de la décision. « Président, vous avez oublié de nous dire comment vous allez faire pour que cette décision concernant la location des maisons soit respectée. Sinon quelqu’un qui a payé son terrain à plus de 20 millions, fait un prêt à la banque pour construire et vous en tant que futur locataire, vous allez lui dire qu’il y’a une loi qui stipule que la caution et garantie ne doivent pas dépasser 6 mois, ça ne va pas être facile ».

Dans le communiqué, le gouvernement annonce en outre que la mesure est à sa première phase, et s’applique dans le grand Lomé. Elle sera étendue, après évaluation, dans d’autres localités si cela est jugé pertinent.

Rappelons que traditionnellement la caution et la garantie étaient fixées à 8, 10 voire 12 mois.

Mali : Sidiki Diabaté, 15 millions de francs CFA, prix de sa liberté provisoire

Mali : Sidiki Diabaté, 15 millions de francs CFA, prix de sa liberté provisoire

Le célèbre chanteur malien Sidiki Diabaté a été libéré sous caution, après avoir payé près de 23 000 euros. Rappelons que depuis le 21 septembre 2020, ce dernier était en détention provisoire à Bamako pour des faits présumés de coups et séquestration sur son ex-compagne.

C’est son manager, Aly Traoré qui a annoncé la libération de la star malienne. « Toutes les démarches ont été faites, nous avons eu la liberté provisoire pour Sidiki Diabaté », a-t-il déclaré, en précisant qu’elle avait été obtenue contre le versement d’une caution.

Le manager disait attendre qu’il y ait « moins de monde aux alentours de la maison d’arrêt de Bamako pour le faire rentrer à la maison sans bruit ». «Après trois mois de détention préventive, nos avocats nous ont informés que Sidiki Diabaté a payé une caution de 15 millions de francs CFA (près de 23 000 euros) pour avoir la liberté provisoire», a déclaré Balla Mariko, membre de l’Alliance contre les violences basées sur le genre.

« Notre lutte contre les violences basées sur le genre continue, nous faisions confiance à la justice, nous ne sommes pas opposés à cette demande de liberté provisoire », a-t-il ajouté.

 « À tout moment la personne détenue préventivement peut demander sa mise en liberté provisoire. C’est dans ces conditions que Sidiki Diabaté a demandé sa mise en liberté provisoire », déclare son avocat Me Cheick Omar Konaré à la BBC.

« Le premier juge d’instruction a refusé la liberté, nous avons fait appel et la Chambre d’accusation de la Cour d’appel a décidé d’accorder la mise en liberté sous caution de 15 millions de Fcfa », a expliqué le défenseur de l’artiste.

Lire aussi: Officiel : Sidiki Diabaté enfin libéré