Cryptomonnaie : ce pays africain adopte le bitcoin comme monnaie officielle

Cryptomonnaie : ce pays africain adopte le bitcoin comme monnaie officielle

Cette légalisation du bitcoin comme monnaie officielle aux côtés du franc CFA inquiète les banques centrales occidentales. Elles trouvent que c’est un moyen pour contourner les sanctions imposées à la Russie.

En effet, après le Salvador, la Centrafrique prend la tête de liste des pays ayant légalisé le bitcoin comme monnaie officielle.

L’annonce a été faite ce mercredi 27 avril par la présidence centrafricaine, garantissant qu’il s’agit du premier pays à le faire en Afrique.

L’Assemblée nationale a voté « à l’unanimité » des députés présents la loi « régissant la cryptomonnaie en République centrafricaine » et le président Touadéra l’a promulguée, selon un communiqué du ministre d’État et directeur de cabinet de la présidence, Obed Namsio .

« Cette démarche place la République centrafricaine sur la carte des plus courageux et visionnaires pays au monde », soutien la présidence de la Centrafrique.

Selon le site spécialisé CoinMarketCap, d’autres pays envisagent aussi de légaliser le bitcoin et certains ont enclenché dans ce sens, des processus législatifs.

Cette Loi « votée par acclamation », ne fait pas l’unanimité. Certains membres de l’opposition contestent et souhaitent assigner le gouvernement devant la Cour constitutionnelle. Il s’agit de Martin Ziguélé, ancien Premier ministre aujourd’hui député de l’opposition.

Lire aussi : Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

« Cette loi est une manière de sortir du franc CFA par un moyen qui vide de sa substance la monnaie commune (…), ce n’est pas une priorité pour le pays, cette démarche interroge : à qui profite le crime ? », a-t-il poursuivi.

Pour rappel, le Salvador avait été, le 7 septembre 2021 le premier pays au monde à adopter le bitcoin comme monnaie légale. Une décision que le Fonds monétaire international (FMI) avait immédiatement trouvé dangereuse pour la « stabilité financière, l’intégrité financière et la protection des consommateurs ».

Urgent: après le Mali, la France suspend sa coopération militaire avec la Centrafrique

Urgent: après le Mali, la France suspend sa coopération militaire avec Centrafrique

Les relations diplomatiques entre la France et la Centrafrique se compliquent davantage. Le pays d’Emmanuel Macron vient de suspendre son aide budgétaire à la Centrafrique et suspendu sa coopération militaire avec Bangui, jugé « complice » d’une campagne antifrançaise dirigée par les Russes.

Des engagements non tenus

Dans un communiqué de la ministre Florence Parly, « a plusieurs reprises, les autorités centrafricaines ont pris des engagements qu’elles n’ont pas tenus, tant sur le plan politique envers l’opposition que sur le comportement vis-à-vis de la France, qui est la cible d’une campagne de désinformation massive en RCA ». « Les Russes n’y sont pas pour rien, mais les Centrafricains sont au mieux complices de cette campagne ».

Selon l’AFP, les cinq coopérants militaires français qui étaient en poste au ministère centrafricain de la Défense ont été rappelés à Paris fin avril. La France n’a pas donné assez de détails sur les aides militaires gelées. Les entraînements militaires prodigués aux Forces armées centrafricaines (Faca) par des troupes stationnées au Gabon ont été interrompus, a précisé le ministère.

Cette suspension est la seconde après celle du Mali intervenue après le deuxième coup d’Etat des autorités maliennes