Conflit ukrainien : départ immédiat des américains en Russie, la raison

Conflit ukrainien : départ immédiat des américains en Russie, la raison

La tension monte au jour le jour entre l’Ukraine et la Russie et par ricochet aux Etats-Unis, l’un des soutiens de l’Ukraine. L’on se demande à quand la fin de ce conflit ukrainien. Dans son soutien à l’Ukraine, les Etats Unis, dans une sortie par leur ambassade en Russie, demande encore une fois, la sortie immédiate de ses ressortissants.

Sommer de quitter dans les plus brefs délais, l’ambassade évoque une possible conversion de ses ressortissants en soldats russes.

« La Russie peut refuser de reconnaître la citoyenneté américaine des binationaux, leur refuser l’accès à l’assistance consulaire américaine, empêcher leur départ de Russie et enrôler les binationaux pour le service militaire ».

Visiblement, les Etats-Unis craignent la « prise en otage » de ses ressortissants dans l’armée ou encore des américains qui deviennent carrément russe. Pour cette raison, le pays de Joe Biden demande la sortie dans un bref délai de ses ressortissants.

Lire aussi : Conflit en Ukraine : Le Togo cité dans l’affaire des référendums controversés russes 

La diplomatie américaine en Russie a également fait savoir que quitter la Russie est devenu de plus en plus difficile avec le remplissage des vols et la fermeture des frontières par les troupes de l’armée. « Ceux qui résident ou voyagent en Russie doivent quitter la Russie immédiatement tant qu’il reste des options de voyage commercial limitées », a-t-elle ajouté.

Conflit tchadien : Enfin un accord trouvé avec 42 chefs rebelles

Conflit tchadien : Enfin un accord trouvé avec 42 chefs rebelles

Vers un dénouement du conflit tchadien. En effet, quelques jours après le dépôt d’armes et l’accord de paix entre les rebelles de la Casamance et le gouvernement de Macky Sall, c’est au tour du Tchad de faire un pas vers la fin des conflits internes.

Le chef de la junte et président du Tchad, Mahatma Idriss Déby Itno, a signé ce lundi, au Qatar, un accord avec une quarantaine de groupes rebelles.

Cette signature survient après cinq mois de négociations encadrés par le gouvernement de Doha. L’accord est destiné à lancer un dialogue national le 20 août à Ndjamena, rapporte l’AFP.

En effet, depuis cinq mois, différents acteurs tchadiens sous l’égide de l’émirat du Golfe, ont mené des discussions pour mettre fin à des décennies d’instabilité politique dans leur pays. Rappelons qu’en avril 2021, Idriss Déby Itno avait été tué au front contre des rebelles. Son jeune fils Mahatma fut proclamé président à la tête d’un Conseil militaire de transition de 15 généraux dans la foulée.

Lire aussi : Jeune Afrique dans une affaire de fausse information sur Macky Sall

Le groupe rebelle principal ayant conduit à la mort de l’ex-président tchadien n’a pas, cependant, signé l’accord malgré la médiation de Doha. Si le général Mahatma Idriss s’est exceptionnellement rendu au Qatar pour l’occasion, Mahdi Ali, le chef du FACT, a préféré rester dans son désert.

Cette avancée est quand même à saluer. L’un des chefs rebelles signataires estime qu’avoir autant de groupes, 42 sur 47, est un bon départ pour le dialogue national.