Togo : le secteur du tourisme à l’heure de la relance

Togo / Covid-19 : le secteur du tourisme à l’heure de la relance

Le garant du secteur du tourisme, Pierre Gbényo Lamadokou planifie une relance du secteur. Longtemps mi au ralenti à cause de la pandémie de la covid-19, les autorités entendent relancer le secteur.

La tournée pour le ministre Lamadokou, est de s’assurer du bon état des sites touristiques et de toucher du doigt a quelques réalités. Dans l’ensemble, plusieurs sites ont été visité notamment dans la région de la Kara.

Il s’agit des hôtels Pagouda, Niamtougou et Naboulgou. Le Koutammakou classé patrimoine mondial de l’UNESCO, connue pour ses « châteaux forts » construits en terre glaise, sa plaine luxuriante et ses montagnes verdoyantes, a également reçu la visite des officiels.

Lire aussi : Clap Ivoire 2022 : le ministre de la culture lance un appel aux cinéastes

Aussi, le Centre de lecture et d’animation culturelle mobile de Pya, et le Musée Général Gnassingbé Eyadéma a été visité.

Le visite a connu également la présence des autorités locales qui ont relevé quelques manquements que le ministre a promis régler au plus vite.

Il s’agira des mesures concrètes et adaptées à chaque site dans les jours à venir en vue de rehausser le secteur touristique togolais et de lui permettre d’être un moteur de développement de notre pays.

Pass sanitaire : une micro-puce implantée dans l’organisme

Pass sanitaire : une micro-puce implantée dans l’organisme humain

La covid-19 continue de susciter des innovations tant dans le domaine médical que technologique. Si pour trimbaler son pass sanitaire ou de l’avoir dans son smartphone est encombrant, des techniciens ont trouvé une nouvelle méthode.

En effet, des développeurs suédois ont inventé une micro-puce qui est implantée dans l’organisme humain. Ils ont démontré comment une micro-puce implantée peut stocker une version numérique du pass sanitaire ou le test Covid.

Lire aussi : Togo : les fêtes de fin d’année menacées par de nouvelles mesures anti covid

L’initiative est de la société Sjoblad qui a pour spécialité l’implant de puces électroniques. Selon les explications, la micro-puce peut être scannée avec n’importe quel smartphone NFC. Ceci, sans avoir besoin d’utiliser une application dédiée.

« L’avantage de l’implant, c’est qu’on peut le poser, mais aussi le retirer. C’est une procédure complètement réversible », a déclaré Hannes Sjoblad d’Epicenter.

Il faut dire que cette pratique n’est pas une première en suède. La population s’est déjà fait implanter d’autres puces électroniques pour remplacer les clés, les cartes de visite, les billets de train etc.

« L’implant est lisible par n’importe quel smartphone doté de la fonction NFC. Je peux donc aller au restaurant ou au cinéma, je leur montre simplement mon bras et ils me font glisser avec un smartphone, ce qui fait apparaître le passeport Covid que j’ai sur ma puce. Donc vous n’avez pas besoin d’une application spéciale pour cela ».

Koffi Olomidé : en concert à Lomé 2 danseuses de l’artiste testées positives à la Covid-19 portées disparues

Koffi Olomidé : en concert à Lomé, 2 danseuses de l’artiste testées positives à la Covid-19 portées disparues

Koffi Olomidé était en prestation à Lomé durant le week-end dernier. L’artiste congolais a donné deux concerts dont un VIP au 2 Février de Lomé. Mais c’était sans l’accompagnement de 2 de ses danseuses portées disparues.

Arrivée à Lomé le mercredi 15 décembre dernier en prélude aux concerts que devrait animer Koffi Olomidé, l’équipe de l’artiste n’était pas au complet les 17 et 18 décembre derniers pour sa prestation.

Deux de ses danseuses étaient introuvables. Selon des informations recueillies de sources dignes de foi, l’équipe entière de la star congolaise était soumise au test PCR à son arrivée à l’aéroport de Lomé. Les résultats se faisant attendre, les artistes ont dû se placer à leur hôtel pour se remettre de la fatigue du voyage.

Lire aussi : Tossou Adjo Jacqueline Estelle : critiquée sur la toile, la miss répond

Le vendredi, les résultats du test PCR, n’étant pas toujours disponibles, l’équipe de l’artiste s’est rendu à l’hôtel 2 Février pour le concert. L’équipe médicale présente au sein de l’hôtel a soumis tous ceux qui accédaient à la salle du concert (Salle Fazao) à un nouveau test covid.

C’est ce test qui révèle que les 2 danseuses de Mopao Mokonzi étaient positives à la Covid19 et devraient être mises en quarantaine.

Mais les danseuses se sont rapidement soustraites de l’endroit et ont été introuvables le reste de la soirée. Elles n’étaient pas non plus présentes à l’hôtel où l’équipe était logée. Tout porte à croire qu’elles ont quitté le Togo. 

Koffi Olomidé a donné un concert VIP le 17 décembre dernier à l’hôtel 2 Février de Lomé, quelques jours après son acquittement dans une affaire de viol. Le samedi 18 décembre, il a donné un 2e concert à Lomé.

Nous y reviendrons !

Avec Togobreakingnews.info

Miss Monde 2021 : la grande finale victime de la covid-19

Miss Monde 2021 : la grande finale victime de la covid-19

La cérémonie de Miss Monde 2021 a été annulée et reportée dans 90 jours et pour cause la présence de nombreux cas Covid sur les lieux.

« La finale sera reprogrammée au Puerto Rico Colisée Jose Miguel Agrelot dans les 90 prochains jours » a annoncé la direction d’organisation.

Et d’ajouter, « après avoir rencontré les virologues et les experts médicaux engagés pour superviser l’événement Miss Monde 2021 et avoir discuté avec le département de santé de Porto Rico, les organisateurs de l’événement ont décidé de reporter le Finale de diffusion mondiale au Puerto Rico Coliseum Jose Miguel Agrelot sera retenu dans les 90 prochains jours ».

« Depuis hier, des mesures de sécurité supplémentaires ont été mises en œuvre dans l’intérêt des concurrents, de l’équipe de production et des spectateurs, comprenant l’événement a augmenté les risques sur scène et dans le vestiaire Cependant, après que d’autres cas positifs aient été confirmés ce matin après consultation des responsables de la santé et des experts, la décision de report a été prise » a poursuivi le communiqué.

Lire aussi : Miss Monde 2021 :Dominique Ouattara soutien Yacé Olivia

Selon les experts médicaux, la prochaine étape est la quarantaine immédiate, dans l’attente d’une observation et d’autres tests selon les meilleures pratiques dans des situations comme celle-ci.

« Une fois et seulement lorsque les concurrents et le personnel sont blanchis par les responsables de la santé et les conseillers, les candidats et le personnel apparenté retourneront dans leur pays d’origine. « Nous attendons avec impatience le retour de nos concurrents, (que nous avons appris à connaître et à aimer), pour rivaliser pour la couronne Miss Monde », a déclaré Julia Morley, PDG de Miss World Ltd. Porto Rico offre un environnement sûr et une toile de fond spectaculaire pour avoir filmé le Mis World Festival ! » a conclu le communiqué.

Covid-19 : un américain condamné à 12 mois de prison

Covid-19 : un américain condamné à 12 mois de prison

Un américain a été arrêté pour fraude et est condamné à douze mois de prison avec sursis et une amende de 2 millions. En effet, alors qu’il devait voyager à partir du Togo, un vieillard de 72 ans de nationalité américaine testé positif a opté pour la fraude en rendant son test négatif. Il a été aidé dans sa sale besogne par deux togolais et un franco-tunisien.

Appréhendé, la justice vient de prononcer sa sentence avec une condamnation selon la loi. Ses complices ont été également condamnés.

« Nous devons évoluer vers certaines règles pour permettre à tout le monde de reprendre les activités. Nous n’allons pas permettre à certains d’empêcher cette reprise. C’est pour cela qu’avec la rigueur dont nous faisons preuve, nous arrivons à mettre la main sur les fraudeurs », a déclaré Colonel Mohaman Djibril.

Lire aussi: Variant Omicron : le Togo prend des mesures

Par ailleurs, les gestionnaires des boîtes de nuit qui menaient clandestinement leurs activités lors du couvre-feu de février 2021 ont aussi été condamnés par la justice togolaise, a informé le colonel Djibril.

Dans les dispositifs de lutte contre la covid-19, les voyageurs sont tenus de présenter un test PCR négatif pour valider les formalités. De ce fait, les cas frauduleux sont punis par la loi.

Togo / Covid-19 : le pass vaccinal s’invite dans les églises et mosquées

Togo / Covid-19 : le pass vaccinal s’invite dans les églises et mosquées

Dès le 03 décembre prochain, l’accès au lieu de cultes notamment églises et mosquées sera subordonné par un pass vaccinal.

Le Ministre d’Etat, Payadowa Boukpessi, dans un communiqué rendu public ce 15 novembre annonce de nouvelles mesures qui s’invitent dans les lieux de culte. L’autorité fait une précision en ce qui concerne le pas vaccinal dans ces lieux.

« Le gouvernement précise que l’accès au lieu de culte est désormais subordonné à la présentation d’un pass vaccinal ou d’un test PCR négatif datant de moins de 3 jours ». Et de poursuivre, « cette mesure qui deviendra effective à partir du 03 décembre 2021 est indispensable pour poursuivre la lutte contre la Covid-19 notamment en cette période de fête ».

Ainsi, par rapport à l’évolution de la covid-19 qui devient de plus en plus satisfaisante selon le conseil de coordination, certains lieux de culte pourront rouvrir.

« Au regard de l’évolution positive actuelle enregistrée dans la lutte contre la pandémie sur l’ensemble du territoire national, il est décidé de la réouverture à compter du 19 novembre 2021, des lieux de culte restants et légalement reconnus par le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires (MATDDT) », indique le communiqué.

Lire aussi : Togo : l’église du pasteur Adjognon cambriolée

Outre ces mesures, le gouvernement a décidé la reprise de la célébration des mariages civils et des cérémonies funéraires dans le respect des mesures barrières, avec la participation au maximum de 15 personnes ayant reçu leur vaccin anti-Covid-19.

le gouvernement autorise la réouverture des Eglises et invite les responsables à la sensibilisation

Togo : le gouvernement autorise la réouverture des Eglises et invite les responsables à la sensibilisation

Le gouvernement togolais vient de rouvrir les lieux de culte et des bars fermés le 10 septembre dernier suite à une flambée drastique des cas de contamination.

En effet, promis pour une réouverture suite à un constat de baisse des contaminations, le gouvernement a tenu promesse. Dans un communiqué signé par le ministre Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, le gouvernement informe la population la réouverture des lieux de culte.

Une décision prise suite à une baisse constatée des cas de contamination et après une concertation des responsables religieux et des bars. 

Lire aussi : Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Cette réouverture se fera conformément à la liste des lieux de culte dont l’ouverture était autorisée avant la mesure de fermeture en septembre et dans le strict respect des mesures barrières, précise le communiqué.

Tout en invitant les responsables religieux et bars à sensibiliser les fidèles à se faire vacciner, le gouvernement informe par ailleurs que des dispositifs mobiles de vaccination seront installés à côté des lieux de culte.

Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Le Togo poursuit sa campagne de vaccination contre la Covid-19. Selon Financial Times, le Togo bat le record dans l’UEMOA en terme de personnes s’étant faites vacciner contre le virus. 

Selon les informations données par le gouvernement, plus d’un million de doses de vaccins ont été administrées à ce jour. « 1,13 million de doses de vaccins ont été administrées à ce jour. Les contaminations à la Covid-19 en légère baisse grâce à votre mobilisation de plus en plus massive », ont indiqué les autorités.

Les données publiées par le Financial Times indiquent à peu près 13,6 doses pour 100 habitants. La couverture vaccinale au Togo est actuellement de 4,9 % et 8,7 % de Togolais ont reçu au moins une dose.

Ainsi, le Togo devance le Sénégal (7,3 % des habitants y ont reçu au moins une dose), la Côte d‘Ivoire (6,6 % ont reçu au moins une dose), la Guinée Bissau (4,4 %), le Niger (1,7 %), le Mali (1,6 %), le Bénin (1,9 %), et le Burkina Faso (0,8 %).

Pour rappel, la Cheffe du gouvernement Victoire Tomegah Dogbe était à l’Assemblée nationale le 14 septembre 2021. Une rencontre qui avait pour objectif, la présentation de la nouvelle stratégie et la prorogation de l’état d’urgence sanitaire.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : « nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur », Victoire Tomegah-Dogbe

Outre, le renforcement du respect des mesures barrières, le gouvernement a conditionné l’accès aux institutions publiques par la présentation obligatoire d’une passe vaccinale.

Visiblement, cette nouvelle stratégie déployée par les autorités togolaises semble apporter les résultats escomptés. Pour preuve, ce premier record enregistré en quelques semaines de sa mise en œuvre.

« Syndrome anal sans repos », un effet secondaire de la Covid-19 détecté par les médecins

« Syndrome anal sans repos », un effet secondaire de la Covid-19 détecté par les médecins

La pandémie de la covid-19 continue de bouleverser le monde en l’occurrence les chercheurs. Si les efforts ont été déployés pour trouver des vaccins capables d’éradiquer la maladie, des effets secondaires surprenants aussi s’en suivent.  

« Syndrome anal sans repos »

En effet, les médecins japonais, dans un récent rapport rendu public, ont révélé une maladie mystérieuse associée à la covid-19 appelée « syndrome anal sans repos ».

Son nom est assimilé au syndrome des jambes sans repos (SJSR) plus communément discuté et décrit exactement les afflictions d’un patient de 77 ans.

Selon les faits racontés par Afrikmag, un homme venait tout juste de quitter l’hôpital universitaire de médecine de Tokyo après un séjour de 21 jours alors qu’il était malade de la COVID-19. Bien qu’il fut déclaré complètement remis du virus, il est revenu pour signaler de nouveaux symptômes inconfortables.

Un malaise anal profond

Il a déclaré aux médecins qu’il avait commencé à souffrir d’un « malaise anal profond » dans la zone située entre son anus et ses organes génitaux, ce qui l’a poussé à ressentir « l’envie incessante de bouger » ses intestins – ce qui ne lui a apporté aucun soulagement, selon le rapport, disponible chez BMC Infectious Diseases.

Au fil des jours, le patient a observé que l’activité physique semblait soulager son anus malade, tandis qu’être allongé ne faisait qu’augmenter son inconfort, qui augmentait également pendant les heures du soir.

Une coloscopie a montré que l’homme souffrait d’hémorroïdes internes, mais cela n’expliquait pas ses spasmes. Son système nerveux semblait également fonctionner correctement.

La covid-19 est connue pour provoquer une onde de choc d’effets secondaires, dont certains neurologiques, notamment une perte du goût et de l’odorat, un brouillard cérébral et un engourdissement.

C’est à ce moment-là que les médecins ont estimé que son état gênant devait être neurologique, notant que ses symptômes s’étaient manifestés de manière similaire au SJSR, qui a été détecté chez au moins deux autres patients COVID-19 récupérés.

Un premier cas

En effet, le rapport entre la maladie et le SJSR n’est pas encore compris, a déclaré l’auteur du rapport, le Dr Itaru Nakamura. Le patient de Nakamura, cependant, pourrait être le premier cas documenté de syndrome anal sans repos associé à la COVID-19, a-t-il écrit.

Lire aussi : Togo / Vaccination Covid-19 : voici comment se passe l’inscription en ligne

Le syndrome des jambes sans repos se produirait chez au moins 3 millions d’Américains, et ses symptômes peuvent apparaître ailleurs sur le corps, comme les bras ou même le visage. Certains experts pensent que la maladie est largement sous-déclarée, car la Restless Legs Syndrome Foundation estime que 7 à 8 % aux États-Unis vivent avec une forme de SJSR.

Nakamura a prescrit à l’homme un régime quotidien de sédatif clonazépam (Klonopin) pour aider à détendre ses muscles anaux, et il a continué à s’améliorer après 10 mois de traitement, selon le rapport.

Togo : l’Institut Goethe suspend toutes ses activités

Togo : l’Institut Goethe suspend toutes ses activités

Sur son compte Twitter, l’Institut Goethe a annoncé à la population la suspension de toutes ses manifestations culturelles et activités.

La pandémie de la covid-19 continue de faire des victimes. En effet, la nouvelle décision de l’Institut Goethe concerne les activités prévues pour se tenir en présentiel. La décision couvre le délai fixé par les autorités notamment les un mois, a indiqué l’Institut.

Lire aussi : Togo : plusieurs employés licenciés à la société Amina

Pour rappel, le gouvernement a annoncé, le 09 septembre 2021, la suspension de toutes les manifestations culturelles, sportives et politiques pour une durée d’un mois. Ceci, à cause de l’inquiétante flambée des cas de contamination au Togo.