Covid-19 : la Corée du Nord annonce son tout premier cas, la réaction de Kim Jong-un

Covid-19 : la Corée du Nord annonce son tout premier cas, la réaction de Kim Jong-un

La Corée du nord de Kim Jong un épargné par la pandémie de la Covid-19 qui sévit depuis plus de deux ans vient d’être touchée. D’après les informations rendues publique par le président nord- coréen, un tout premier cas vient d’être signalé.

En effet, selon l’agence officielle KCNA, ce premier cas, détecté au cours tests effectués dimanche à Pyongyang sur des personnes malades et présentant de la fièvre, «correspond» au variant Omicron, hautement contagieux.

La réaction de Kim Jong un

Les détails ont été donné par Kim Jong-un qui a annoncé la mise en place d’un système de contrôle du virus d’«extrême urgence» à l’issue d’une réunion de crise du bureau politique.

Lire aussi : Crise Ukrainienne : « C’est de l’arrogance », la Corée du nord critique les Etats-Unis

Pour parer au plus vite dans la limitation de la propagation du virus, Kim Jong-un décrète la mise en place de mesures de confinement, le renforcement du contrôle aux frontières et l’isolement des unités de travail.

Aux premières heures de la pandémie, la Corée du Nord avait pris la décision de fermeture totale du pays avec ordre de tirer à vue aux frontières pour limiter tout risque d’infection. Jusqu’ici, le pays n’avait jamais accepté recevoir des dons de vaccins, d’où qu’ils viennent.

Que ce fut de la Russie, de la Chine ou même de l’Onu. En septembre 2021, Kim Jong-un avait même rejeté 3 millions de doses du vaccin chinois Sinopharm proposées par l’Unicef, affirmant que la campagne de lutte contre l’épidémie nord-coréenne se ferait « à notre façon », à savoir en fermant à double tour le pays. Aujourd’hui, le pays va devoir apprendre à son tour à vivre avec le virus.

Il faut redouter une épidémie d’ampleur car le système de santé de ce pays est extrêmement fragile, ce qui rend les quelque 25 millions de Nord-Coréens particulièrement vulnérables.

Togo : le programme Novissi distingué à l'international

Togo : le programme Novissi distingué à l’international

Lancé au début de la pandémie du COVID-19, le programme Novissi a été distingué à l’international. Le projet mis en place par le gouvernement togolais a reçu un prix spécial au salon des innovations South by Southwest (SXSW) à Austin au Texas (USA).

En effet, l’application GiveDirectly-Novissi, destiné à combattre la pauvreté a reçu un prix spécial du jury. Elle a été conçu avec le soutien d’une Université américaine sur la base de l’imagerie satellitaire et l’intelligence artificielle, nous indique RFI.

Pour rappel, Novissi, est un programme de transferts monétaires mis en place en avril 2020 par l’Etat togolais dans le cadre d’accompagnement de la population prises en cette période de la pandémie du coronavirus.

Lire aussi : Le togolais Gilbert Houngbo, prend la tête de l’OIT

Les personnes bénéficiaires étaient celles ayant perdu leurs revenus en raison des mesures de riposte contre la COVID-19 notamment le couvre-feu et le bouclage des villes.

Crise au Ghana : réduction de 30% des salaires du Président et ses ministres

Crise au Ghana : réduction de 30% des salaires du Président Nana Akufo-Addo et ses ministres

Les retombées négatives de la Covid-19 sur l’économie ainsi que la guerre ukrainienne ont déclenchées une Crise au Ghana. Une situation qui oblige les autorités à prendre des mesures drastiques.

« En raison de la crise économique mondiale née de la Covid-19 et exacerbée ces dernières semaines par le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine, on a décidé de se serrer la ceinture du côté du gouvernement ghanéen ». Ainsi, le Ministre des Finances a annoncé jeudi, la réduction de 30% les salaires des Ministres et du Chef de l’Etat.

Au cours d’une conférence de presse animée jeudi dans la capitale ghanéenne, Ken Oforo-Atta, ministre des Finances, a rendu public les nouvelles mesures prises par l’exécutif ghanéen pour juguler le déficit que connait le pays, en lien avec la crise économique mondiale. Face à la hausse vertigineuse de sa dette publique (près de 80% de son PIB) les autorités ghanéennes avaient opté pour de nouvelles taxes. C’était sans compter sur sa population qui à grand renfort de manifestations, a fait part de son opposition. Les Ghanéens ont dénoncé des conditions de vie déjà très difficiles et n’étaient pas prêts à payer de nouveaux impôts.

Lire aussi : Accra : Assimi Goita décline l’invitation de la CEDEAO (communiqué)

Plus de voyages à l’étranger

Ce sera donc aux membres du gouvernement de payer un tant soit peu l’addition. Avec le président, ils voient leur salaire diminuer de 30%.  Cette décision a été prise à l’issue d’une réunion entre Nana Akufo-Addo, les membres de son cabinet et ceux de l’équipe de gestion économique (EMT). Outre la diminution des salaires des ministres et du président, il a également annoncé la fin des voyages à l’étranger pour les membres du gouvernement et de l’achat de véhicules importés jusqu’à la fin de l’année. Le gouvernement espère ainsi économiser autour de 360.000 euros. Pour l’exécutif ghanéen cette manne permettrait également de maintenir les interventions sociales telles que le programme alimentaire scolaire.

Les Chefs d’entreprises publiques, des Assemblées municipales et de districts pourraient être touchés par ces mesures.

Togo/Covid-19 : reprise des activités culturelles et réouverture totale des lieux de cultes

Togo/Covid-19 : reprise des activités culturelles et réouverture totale des lieux de cultes

Le gouvernement annonce la reprise des activités sportives, culturelles et sociales sur l’étendue du territoire ainsi que la réouverture de tous les lieux de culte. L’annonce fait suite à la baisse du taux de contamination de la Covid-19 annoncé depuis le 1er février 2022.

Dans la note, le gouvernement informe sur la réduction de la durée de l’isolement pour les sujets déclarés positifs à 7 jours pour les personnes vaccinées et à 10 jours pour les personnes non vaccinées.

Le gouvernement décide de la réouverture de tous les lieux de culte officiellement reconnus dans le strict respect des mesures sanitaires actuellement en vigueur.

« La reprise de toutes les activités sportives avec la participation du public sur présentation d’une preuve de vaccination avec l’installation d’un dispositif de vaccination à proximité des lieux qui accueillent ces activités », lit-on dans la note.

Le communiqué indique également que les activités culturelles et sociales peuvent reprendre. Mais l’autorisation d’accès à la plage se fera sur présentation d’une preuve de vaccination avec l’installation de dispositifs de vaccination à proximité des lieux qui accueillent les activités.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : le secteur du tourisme à l’heure de la relance

Il est demandé à chaque responsable sectoriel de préciser à travers des protocoles sanitaires ajustés les conditions précises d’application des mesures ci-dessus.

Par ailleurs, le gouvernement invite à une intensification de la campagne de vaccination sur toute l’étendue du territoire afin de mettre le Togo à l’abri de futures vagues. « Seule cette accélération du rythme de vaccination permettra de décider de nouveaux assouplissements », ajoute le communiqué.

Covid-19 : bientôt un pass vaccinal pour accéder dans les marchés

Togo / Covid-19 : bientôt un pass vaccinal pour accéder aux marchés

Après son instauration dans les lieux de culte, le pass vaccinal pourrait être appliqué dans les marchés. L’accès à ces lieux sera donc conditionné par la présentation d’un pass vaccinal ou d’un test PCR de moins de 72 heures.

Une réunion a été tenue dans ce sens le mardi 18 janvier 2022 avec les acteurs impliqués. La séance s’est déroulée entre le ministre Payadowa Boukpessi et les premiers responsables des différentes entités en charge de la gestion des marchés du Grand Lomé.

Selon Payadowa Boukpessi, cette nouvelle mesure sera prise afin de mieux faire face au variant OMICRON, qui est plus contagieux et qui fait ravage ces derniers jours au Togo.

Lire aussi : Pass vaccinal : rififi entre le gouvernement et les responsables religieux

« On nous a expliqué que le variant OMICRON compte tenu de sa nature, peut facilement se propager dans nos marchés, ce qui sera une catastrophe. C’est un variant du Coronavirus qui circule dans la nature. C’est pourquoi, l’autorité nous a demandé d’aller sensibiliser nos camarades à se faire vacciner pour éviter le pire. Donc, un délai de deux semaines est donné pour la sensibilisation. Après ce délai, on va démarrer le contrôle du pass vaccinal aux entrées des marchés », a rapporté AfreePress.

des cas du variant Omicron détectés au Ghana et au Nigéria

Covid-19 : des cas du variant Omicron détectés au Ghana et au Nigéria

Le nouveau variant omicron a foulé les sols ghanéen et nigérian. L’annonce a été faite par les deux nations qui ont détecté leur premier cas. 

En effet, le Centre nigérian de contrôle des maladies (NCDC), a indiqué, dans un communiqué ce mercredi, que les tests effectués sur trois personnes provenant de l’Afrique du Sud s’étaient « révélés positifs au variant ».

Lire aussi : Variant Omicron : le Togo prend des mesures

Même son d’alarme pour le Ghana, qui a annoncé le même jour, ses premiers cas de variant Omicron, chez des voyageurs en provenance du Nigeria et d’Afrique du Sud, révèlent les autorités sanitaires ghanéennes.

Pour rappel, le gouvernement togolais a pris des mesures en imposant une quarantaine obligatoire de 72h aux passagers en provenance de l’Afrique du Sud.

Togo / Covid-19 : débat à l’Assemblée nationale, un citoyen frustré répond au Premier ministre

Togo / Covid-19 : débat à l’Assemblée nationale, un citoyen frustré répond au Premier ministre

La situation de la pandémie de la covid-19 devient de plus en plus inquiétante au Togo. Tous les efforts sont déployés pour contrer les risques de contaminations. Dans la même dynamique, le Premier ministre, Victoire Dogbe a rencontré les députés ce mardi 14 septembre. Ceci, pour une séance d’information sur la demande de prorogation de l’état d’urgence.

Visiblement, l’une des réponses du Premier ministre sur la stratégie adoptée par le gouvernement pour contrer la maladie est mal perçue par un citoyen.

Lire la réponse

Réponse d’un citoyen frustré à Madame la PM.  « Le drame dans tout ça, c’est d’écouter la PM nous parler de stratégie agressive. Quelle insulte pour ce peuple qui a voulu rester respectueux des consignes des institutions de la république en allant se faire vacciner.?

Comment peut-on manquer d’égard à tout un peuple en arguant que c’est une stratégie agressive ?  Ce peuple est-il devenu un bétail pour être agressé ?  Pourquoi n’y a-t-il pas eu cette stratégie agressive pour pousser le comité scientifique à nous trouver un produit made in Togo.?

Sommes-nous si fiers de parler de stratégie agressive envers toute une population juste pour faire passer des produits importés dont les preuves scientifiques confirment qu’ils ne protègent pas à 100%.?

Sommes-nous si fiers de voir son peuple servir de terrain d’expérimentation alors qu’on pouvait mobiliser les mêmes moyens pour une réponse nationale efficace dans le traitement et faire valoir son génie. Reconnaissez que vous êtes à féliciter pour services rendus à autrui mais que vous êtes à blâmer pour avoir échouer dans votre entreprise à prouver la capacité de nos chercheurs à proposer quelque chose. Vous avez manqué l’occasion de hisser le Togo à un niveau de recherche acceptable.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : « nous sommes obligés de passer à une autre stratégie pour être plus agressifs et faire peur », Victoire Tomegah-Dogbe

Alors, pouvez-vous servir les multinationales sans faire du bruit et sans frustrer vos populations.? C’est vraiment une doléance de la part d’un citoyen déçu.

Excellente journée sans agression”.

Côte d’Ivoire / Covid-19 : cet ex-ministre de Gbagbo préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner

Côte d’Ivoire / Covid-19 : cet ex-ministre de Gbagbo préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner

La Côte d’Ivoire a démarré sa campagne de vaccination anti-covid en début de cette semaine. Si pour les autorités le vaccin est la solution pour faire face à la pandémie, ce n’est pas le cas pour les populations. Selon ces derniers, les effets secondaires du vaccin observé notamment sur les premières personnes qui ont été vaccinés en Angleterre n’encouragent pas à se faire vacciner.

C’est le cas de Joel N’guessan, ancien ministre des droits de l’homme sous le régime de Laurent Gbagbo qui dans une vidéo incroyable, affirme avoir des doutes sur le vaccin contre la Covid-19. Cet ex-porte-parole d’Alassane Ouattara et militant actif du RHDP préfère se purger avec du piment que de se faire vacciner.

“Là, on m’a dit qu’ils ont trouvé un vaccin. Donc tout le monde se presse pour se vacciner. Je disais à des amis, d’ores et déjà qu’est-ce qu’on apprend ? C’est que les effets secondaires des premières personnes qui ont été vaccinés en Angleterre laissent à désirer”, constate Joël N’guessan.

“ Donc, franchement, je ne vois pas pourquoi je vais me presser si je suis capable d’aller prendre le « aromangnrin » (des feuilles aux vertus thérapeutiques) pour mettre cela dans mes narines, si je suis capable d’aller prendre le piment et puis quelques herbes pour me purger avec et puis je me sens bien, franchement…”, déclare l’ex-ministre des droits de l’homme.

“Je n’ai pas dit que le vaccin n’est pas bon hein, mais moi je ne prendrai pas ce vaccin ” a terminé Joël Nguessan qui a dit attendre au moins un an afin de voir les effets du vaccin sur les premières personnes qui se seront vaccinées.

Lire aussi: Côte d’Ivoire : « affaire de se3tape de Didier Drogba », un gros mensonge

Économie : top 5 meilleurs ministres africains des Finances

Économie : Top 5 des meilleurs ministres africains des Finances

La Covid-19 depuis son apparition a bouleversé tous les secteurs d’activité en l’occurrence celui de l’économie. La pandémie a ainsi mis les équilibres macroéconomiques des pays africains à rude épreuve.

En effet, les ministères africains des Finances et de l’Économie ont été confrontés à la mobilisation des ressources pour le financement des programmes sociaux et sanitaires d’urgence alors que de l’autre côté, les murs du déficit et de la dette se rapprochent à grande vitesse depuis février 2020. Les ministres choisis dans ce classement, sur les 54 du continent, sont au pilotage manuel avec, constamment, la main sur le bouton de la relance et le pied sur le levier du financement des programmes d’urgence.

Ces ministres que voici présentent un niveau de leadership élevé, attesté par leurs parcours, leurs connaissances du système financier international et leur capacité à attirer des financements et à convaincre des investisseurs.

  • Romuald Wadagni, ministre de l’Économie et des Finances du Bénin
  • Abouldaye Diallo, ministre des Finances et du Budget et Amadou Hott, ministre de l’Économie, du Plan et de la Coopération Internationale du Sénégal
  • Dr Mohamed Ahmed Maait, ministre des Finances de l’Egypte
  • Tito Mboweni, ministre des Finances de l’Afrique du Sud
  • Renganaden Padayachy, ministre des Finances de Maurice

Méthodologie

– Si un pays présente 65% du PIB, il a une marge de manœuvre d’encore 5 % du PIB. Ce qui correspond à 5 points dans notre classement. S’il a en revanche 75 % du PIB, il a 5 % de PIB à réduire, ce qui correspond dans notre classement à -5%.

-Sur la croissance du PIB, la barre d’équilibre est zéro (0 % du PIB) avec des notes positives en dessus et négatives en dessous.

-Sur le déficit, la barre d’équilibre est de 3 %, avec des notes positives en dessous et négatives en dessous.

Critères

-Leadership

-Croissance 2020-2021

-Financement du secteur privé

-Maitrise de la dette

-Maitrise du déficit

Source : Financial Afrik

Lire aussi: RDC/COVID-19 : Le plan Marshall de Félix Tshisekedi pour l’économie congolaise, une ambition sans socle

Emplois-International.com

Emplois-International.com lance une vaste campagne de recrutement en Afrique pour répondre à la pénurie de personnels de santé en France

Face à la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, les établissements de santé sont confrontés à un manque d’effectifs criant. Emplois-International.com lance une campagne de recrutement de plus de 7 500 spécialistes africains du secteur médical pour des missions dans les établissements de santé en France.

Emplois-International.com est un organisme spécialisé dans les solutions en ressources humaines pour les travailleurs africains qui recherchent des opportunités professionnelles en Europe. Un accompagnement de placement dans l’emploi à l’international, qui depuis l’année dernière et la manifestation de la pandémie mondiale de Covid-19, devient indispensable, notamment dans le secteur de la santé pour la France. Infirmiers, aide-soignants, brancardiers, médecins, pharmaciens, kinésithérapeutes…, des centaines de postes disponibles sont aujourd’hui à pourvoir avec l’organisme de placement Emplois-International.com. Les candidats peuvent postuler quels que soit leurs métiers ou spécialisations. Ils doivent parler français et résider dans un pays d’Afrique Francophone.

Pour tous les professionnels de la santé diplômés d’une université africaine ou tout autre établissement d’études supérieures du continent, Emplois-International.com parvient à placer ses clients sur des postes en France avec une Validation des Acquis de l’Expérience de ses clients leur permettant sous 18 mois de faire valider pleinement leurs compétences. Elle permettra ainsi une reconnaissance de leurs diplômes partout dans le monde. L’organisme Emplois-international.com propose également un programme spécifique pour toutes les personnes motivées pour devenir aide-soignant, peu importe leur âge, peu importe leurs diplômes déjà obtenus, il suffit là aussi de parler français et d’être en bonne forme physique car les aide-soignants sont debout la plupart de la journée. Les clients pourront bénéficier d’un statut d’alternant, c’est-à-dire qu’ils seront salariés dans un établissement de santé mais pourront, en parallèle, poursuivre leur formation dans une école de santé. Il s’agit d’un contrat spécial de 2 ans, sans aucun frais de scolarité, à l’issue duquel le candidat recevra un diplôme d’Etat français d’aide-soignant. Etre payé chaque mois tout en apprenant un métier, superbe opportunité.

Par contre, il est possible de s’inscrire seulement jusqu’au vendredi 19 février 2021 fin après-midi. « Nous envoyons de nombreux futurs employés africains en Europe dans différents secteurs. Mais effectivement la pandémie de COVID-19 a bouleversé le marché de l’emploi. Les besoins dans le secteur de la santé sont apparus de manière criante, sans pouvoir être différés, par rapport à l’année dernière. Il faut recruter, et vite. Ce phénomène va certainement encore perdurer au moins jusqu’à la fin de l’année » précise Sébastien Samier, responsable de l’activité placement dans l’emploi pour emplois-international.com Outre le secteur médical, Emplois-international.com accompagne également tous les clients professionnels dans les métiers de l’ingénierie, des nouvelles technologies, du bâtiment, de l’industrie, de l’agriculture, des transports, etc.

Des secteurs d’activité en manque de personnels dans la majeure partie des pays européens. L’ensemble des démarches administratives seront intégralement prises en charge et gérées par cet organisme spécialisé dans les solutions en ressources humaines. Les conditions de prise en charge sont expliquées sur le lien suivant : www.emplois-international.com. emplois-international.com a son siège à Dakar, Sénégal, et des bureaux partenaires au Bénin, Burkina Faso, au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Gabon, en Mauritanie et au Togo. Leurs coordonnées sont indiquées sur www.emplois-international.com.

Lire aussi: SOS Villages d’Enfants Togo recherche une (01) aide-soignante