Comores : démission de toute l’équipe nationale, les raisons

Comores : démission de toute l’équipe nationale, les raisons

Grosses bourdes entre l’équipe nationale de football de Comores et les autorités du pays. Après leur exploit qui a soulevé le monde du football africain, toute l’équipe nationale des coelacanthes a rendu le tablier. Lire la déclaration du manager :

Salam Aleykoum,

« C’est avec beaucoup de déception et de colère que vous écrit au nom du coach, de son adjoint, de l’ensemble du staff avec le soutien de tous les joueurs. Notre collaboration a atteint sa limite. Nous avions chacun pris des engagements. De notre côté nous avons remis des choses en ordre en créant une seule et même équipe avec le staff. Les joueurs et la fédération.

Comores, démission de l’équipe

Nous avons rempli avec succès le premier mois à nos postes et ramené de la sérénité et une victoire du premier rassemblement d’après CAN. De votre côté, vous n’avez tenu vos engagements que jusqu’au match contre l’Ethiopie ! Depuis on ne cesse de reculer.

Et pire que ça vous nous freinez au quotidien dans notre travail : manque de communication, lenteur dans la prise de décision, manque de moyen mise à notre disposition…

Les exemples ne manquent pas ! Nous ne pouvons rien anticiper car pour espérer avoir un retour de votre part, il faut patienter des semaines. Quand vous voulez bien répondre ! ça fait trois, quatre jours que j’essaie de joindre le Chef d’Etat-major et le président en vain.

Lire aussi : Comores : le maillot de Chaker Alhadhur admis au musée de la FIFA

A ce jour, nos contrats ne sont toujours pas finalisés. Imaginez que pour un coach comorien qui a une famille à nourrir, il continu de s’investir à 100% sans avoir aucune garanti de contrat. Nos joueurs aussi sont également en colère, car nous n’avons toujours pas traité leur demande !

Nous vous avons fait confiance et nous nous sommes investi à fond pour le pays et pour vous. Mais là c’est trop ! on ne peut plus continuer dans ces conditions, donc on arrête.

Kassim Abdallah/ manager des coelacanthes

Urgent : Patrick Achi, le premier ministre ivoirien démissionne

Urgent : Patrick Achi, le premier ministre ivoirien démissionne

Le Premier ministre ivoirien Patrick Achi, a remis sa démission au président Alassane Ouattara. C’est à l’ouverture d’un Conseil des ministres ce mercredi 13 avril. Le remaniement ministériel était annoncé en début de l’année 2022.

Le chef du gouvernement et Premier ministre ivoirien, Patrick Achi, a remis sa démission, ce mercredi 13 avril 2022, au président Alassane Ouattara.

Une démission qui entraîne également la démission du gouvernement. Le président Ouattara annonce la nomination d’un nouveau Premier ministre et d’un nouveau gouvernement dès la semaine prochaine.

Lire aussi : Côte d’Ivoire / effondrement d’immeubles : le Community Manager du Ministère de la Construction limogé, la raison

Le chef de l’État ivoirien promet un gouvernement « resserré d’une trentaine de membres ».

Ethiopie : Filsan Ahmed, la plus jeune ministre d’Afrique a démissionné, les raisons

Ethiopie : la plus jeune ministre d’Afrique a démissionné, les raisons

La benjamine du gouvernement éthiopien et la plus jeune en Afrique, Filsan Ahmed, 28 ans a rendu le tablier. Elle a soutenu sa démission par des raisons de « nature personnelle qui pèsent lourdement sur sa conscience personnelle ».

 « Toute situation qui compromet mon éthique est contraire à mes convictions et à mes valeurs, et trahir ces croyances est un abus de confiance envers moi-même et nos citoyens », a-t-elle posté dans un communiqué sur Twitter.

La décision est intervenue après avoir eu des échanges sur les « questions nationales et internationales » avec son chef de gouvernement Abity Ahmed.

Lire aussi : Coup d’état en Guinée : « la CEDEAO est un gadget politique destinée à faire illusion », Umaro Sissoco Embalo

La ministre de la femme et de la jeunesse a déclaré qu’elle était fière de ce qu’elle avait accompli dans son ministère. Sa démission est annoncée avant un remaniement ministériel annoncé par le Premier ministre.

Notons qu’au cours des 11 derniers mois, la guerre dans la région nord du Tigré a entrainé la mort des milliers de personnes et des millions de déplacées en Ethiopie.