Attaque à Kpékpakandi : verrouillage hermétique du cordon frontalier par l’armée togolaise

Attaque à Kpékpakandi : verrouillage hermétique du cordon frontalier par l’armée togolaise

Le Togo a tiré des leçons dans la nouvelle attaque terroriste intervenue dans la nuit du 10 au 11 mai 2022 à Kpékpakandi, dans le nord du pays. Un acte qualifié de lâche et barbare selon le gouvernement qui engage des mesures sécuritaires frontalière de taille. Il s’agit de la réorganisation du dispositif de l’opération Koundjouare avec un renfort important des forces de défense.

En effet, avec les autorités togolaises, le commandement militaire a envoyé un important renfort dans la région depuis mercredi matin pour consolider les positions à Kpékpakandi.

Des troupes togolaises déployées assurent un verrouillage hermétique du cordon frontalier. Les habitants des hameaux les plus reculés sont priés de regagner les grands centres la nuit venue. Des instructions leur sont également données pour signaler tout mouvement suspect.

Lire aussi : Attaque terroriste : nouvelle frappe djihadiste au nord du Togo

Alors que les forces de défense et de sécurité du Burkina-Faso ont perdu le contrôle de la zone, qui est finalement un nid des jihadistes qui s’y organisent comme bon leur semble, le Togo est pratiquement seul face à la menace terroriste : « De l’autre côté, il n’y a plus de répondant…Le terrain est vide. Nous avons du boulot », avait indiqué récemment le ministre togolais de la de la sécurité et de la protection civile, Général Damehane Yark.

Bénin: attaque terroriste dans le nord-ouest du pays avec un bilan lourd

Bénin: attaque terroriste dans le nord-ouest du pays avec un bilan lourd

Une attaque terroriste a eu lieu au Bénin dans le nord-ouest avec un bilan lourd notamment deux décès du camp béninois et un du côté des djihadistes. 

En effet, selon les informations révélées par RFI, l’attaque a eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi, entre minuit et une heure du matin. Elle est intervenue seulement 24 heures après un accrochage dans le lit du fleuve Mekrou. C’est une position de l’armée de terre béninoise qui a été attaquée dans la région de Porga, non loin du parc de la Pendjari, à 650 km au nord-ouest de Cotonou et proche de la frontière burkinabè, a écrit RFI.

Au cours de cette attaque meurtrière, deux militaires ont été tués et entre cinq et sept ont été blessés, selon les sources. Ils ont tous été évacués vers un hôpital de la région. Côté djihadiste, un cadavre a été retrouvé par l’armée béninoise, révèle le média français.

Lire aussi : Togo : une attaque terroriste signalée dans le nord du pays

Si le nombre d’assaillants est encore inconnu, il faut dire qu’aucun communiqué de revendication n’a été diffusé. L’appartenance du groupe d’assaillants est donc, pour l’heure, toujours inconnue.

Le gouvernement béninois n’a pas encore communiqué sur l’attaque, mais, selon nos informations, le patron de l’armée de Terre a adressé un message écrit à ses hommes. Un message dans lequel il présente ses condoléances aux familles des frères d’armes tombés sur le champ d’honneur et ajoute « que le danger est réel sur le terrain », a ajouté la Radio France Internationale.