Wahala : grave accident sur la nationale N°1 ce matin

Wahala : grave accident sur la nationale N°1 ce matin

Un grave accident s’est produit mardi sur la nationale N°1. Un véhicule s’est retrouvé dans un ravin à Wahala après que ses deux pneus avant se sont éclatés.

L’accident s’est produit dans la commune Haho 4 précisément à Wahala (Togo), sur le pont de la rivière Bako. Le bilan provisoire du drame fait état de 10 morts et de 14 blessés.

A bord du bus, des passagers majoritairement des femmes qui selon les infos se rendent au marché de Glei qui s’anime traditionnellement les mardis.

Lire aussi : Danyigan : seul échoué au BEPC dans sa classe, il se donne la mort

Le bus tombé dans le ravin à Wahala

Alerté du drame, les autorités locales se sont rapidement dépéchées sur les lieux. Il s’agit du préfet Tchangani Awo, le maire de Haho 4, Badombena Wanta et le maire de Haho 1, Sefenu Laurent accompagné de la police. Les blessés sont actuellement en soins à l’hôpital de Notsè et au CMS Wahala.

Togo : un corps sans vie repêché dans la lagune de Nyékonakpoè

Lagune de Nyékonakpoè : un corps sans vie repêché ce mercredi

Ce mercredi, les sapeurs-pompiers ont sorti un corps sans vie dans la lagune de Nyékonakpoè, un quartier de Lomé.

S’agit-il d’un meurtre ou d’une noyade ? c’est la grande question que pose actuellement les populations qui étaient présent sur les lieux.

D’après les constats qui sautent à l’œil à la sortie de l’eau, on aperçoit un tatouage sur le bras gauche, la langue enflée et presque sortie de la bouche de la victime. Elle porte une culotte noire et un T-shirt vert-citron.

Lire aussi : Mystère : la foudre tue un voleur à Lomé

Selon nos confrère letabloid, certains disent que la victime est de teint clair, d’autres parlent de décoloration de sa peau ou plutôt d’éclaircissement sous l’effet de l’eau et avancent la thèse d’une durée longue du corps dans la lagune ».

Une enquête sera ouverte probablement pour élucider l’affaire et déterminer s’il s’agit d’un meurtre ou d’une noyade.

Danyigan : seul échoué au BEPC dans sa classe, il se donne la mort

Gendarme tué au Grand marché : voici ce qui s’est réellement passé

Ce jeudi 02 juin 2022, le décès d’un gendarme togolais dans une attaque au couteau au grand marché de Lomé crée des remous sur la toile. Il s’agit là d’une affaire implicite nécessitant plus de détails.

Dans ce sens, le Ministre de la Sécurité et de la protection civile, le Général de Brigade Damehane YARK à travers un communiqué, est revenu sur les circonstances du meurtre.

Les deux agents des forces de sécurité dont le gendarme et son collègue policier, étaient déployés au sein du dispositif de sécurisation du grand marché d’Adawlato à Lomé. L’incident s’est produit au niveau de l’ancien restaurant Marox à Abattoir, aux environs de 12heures, par un « individu mal intentionné » de nationalité tchadienne.

Selon le communiqué du Ministre en charge de la Sécurité, le criminel est un certain  Aboubakar Mohamed Ousmane, âgé de 51 ans, vendeur de friperie et demeurant au Togo il ya plus de deux ans. « Au moment des faits, il s’est dirigé au poste situé à l’entrée du marché d’Atikpodji où il a dans un premier temps, poignardé par surprise un gendarme à la poitrine avant de blesser grièvement son second qui est un policier », a-t-il précisé.

Gendarme agressé mortellement

Ensuite, l’agresseur s’est saisi de l’arme de sa victime pour intimider la foule au lieu du crime. A en croire le Général de Brigade, Damehane YARK, « il a pu être maîtrisé grâce à l’intervention d’autres agents alertés par la population et avec le concours de celle-ci ».

Lire aussi : Drame : un Togolais poignardé mortellement en Turquie pour une affaire de portable

Dans la foulée, les deux agents blessés sérieusement par le Tchadien ont été immédiatement évacués au CHU Sylvanus pour des soins. « Malheureusement, l’un d’eux a succombé à ses blessures. Le second se trouve toujours en soins intensifs », peut-on lire dans le communiqué.

Sérieusement molesté par la population, le criminel, d’après le communiqué, « est conduit à la gendarmerie nationale qui a ouvert une enquête pour élucider les circonstances réelles de cet acte crapuleux ».

Enfin, il a réitéré l’engagement et la détermination des forces de défense et de sécurité « à assurer la protection des personnes et des biens en toutes circonstances et sur toute l’étendue du territoire national ».

Perside Katanga (Stagiaire)

Tuerie dans le Texas : de nouvelles révélations sur le drame

Tuerie dans le Texas : de nouvelles révélations sur le drame

Le monde sous le choc après la tuerie dans le Texas aux Etats-Unis par un jeune nommé Salvador Ramos ce mardi 24 mai 2022. Né dans le Dakota du Nord, le tireur a tué de sang froid 19 élèves et 2 enseignants dans une école primaire du Texas.

D’après les premières enquêtes révélées par la police, le jeune a eu des échanges sur le réseau social Instagram avec une femme de pseudo @sal8dor.

Salvador Ramos a dit à la femme : “Tu vas retweeter ma photo de l’arme”. La dame était intriguée et lui a demandé : « Qu’est-ce que vos armes vont me faire ? Selon le New York Times, Ramos lui a alors dit : “Je voulais juste vous étiqueter.”

Alors Salvador Romes a insisté : “Je vais le faire”. La dame surprise lui demanda “quoi ?” Salvador Ramos lui répondait : “Je te le dirai avant 11h”. ““Non, c’est effrayant… Je vous connais à peine et vous me marquez avec une arme à feu ?”, a répondu la femme avant que la discussion ne s’arrête, notant à quel point tout le monde était terrifiant.

Lire aussi : Drame : elle tue sa voisine lors d’une bagarre diffusée en direct sur Instagram (vidéo)

Selon les révélations, Salvador Ramos est un jeune profondément frustré depuis l’enfance. Un de ses amis au lycée a également révélé qu’il a déjà été ridiculisé par des amis à cause de ses vêtements et de la mauvaise situation financière de sa famille. Après cela, Ramos a travaillé dans un restaurant de restauration rapide Wendy’s. Là, cependant, on se souvient de lui comme d’un homme calme et discret. Sur ses réseaux sociaux, Salvador Ramos a obtenu plusieurs photos d’armes à feu.

Barkoissi : Une fille décapite sa propre mère suite à une dispute

Barkoissi : Une fille décapite sa propre mère suite à une dispute

Une dispute entre une mère et sa fille vire au drame. Kolani Mondomg Bindjodone a décapité de sang-froid sa propre mère après l’avoir tuée à coup de bâton. La scène s’est passée au Togo dans la localité de Barkoissi, dans la région des savanes.

Saisie par l’affaire, la gendarmerie donne les détails sur le drame :

Le crime a eu lieu dans un petit village situé à 25 km à l’ouest de la ville de Barkoissi. C’était le 3 avril dernier. Les habitants de la localité ont alerté la gendarmerie après la découverte des traces de sang dans la maison de Madame Kokoni Kondite, une femme âgée de 76 ans (la victime).

Selon le Chef d’Escadron TCHEOUAFEI Birénam, Commandant du groupement de Gendarmerie de la Région des Savanes, une patrouille dépêchée sur les lieux, découvre après une fouille de la concession, la scène macabre.

« Le corps décapité de Mme Kokoni Kondite a été retrouvé dans un sac et la tête dans un autre. Un coupe-coupe avec des traces de sang a été aussi retrouvé dans la cour de la maison. Immédiatement, une enquête a été ouverte après avoir informé le Procureur de la République, près le Tribunal de 1re Classe, de 3e instance à Mango », a-t-il dit.

Après investigations de quelques jours, les gendarmes ont mis la main sur Mme Kolani Mondomg Bindjodone, une femme âgée de 35 ans, fille de la victime. La gendarmerie explique que la suspecte a avoué lors des interrogatoires être l’auteur de ce crime macabre.

Lire aussi : Golfe 1 : ce nigérien poignarde mortellement un jeune togolais pour une affaire de portable

Dans son récit la mise en cause explique ce crime par le fait que, quelques heures avant le forfait, elle a eu une dispute avec sa mère qui avait refusé de lui servir à manger.

« Énervée, elle se saisit d’un bâton avec lequel elle a assommé sa mère avant de la décapiter. Pour couvrir son forfait, elle emballe le corps dans un sac et la tête dans un autre qu’elle a déposé dans un coin de la case », rapporte le Chef d’escadron.

Kolani Mondomg Bindjodone sera présentée au procureur de la République pour la suite de la procédure.

Match Cameroun-Comores : voici la source du drame causant plusieurs décès

Le stade Olembe a connu un terrible drame avant la rencontre Cameroun Comores ce lundi 24 janvier 2022. Plusieurs décès et blessés ont été enregistrés.

En effet, deux journalistes notamment comorien et camerounais ont relaté les faits indiquant la source du drame.

La version de Kassim Oumouri, commentateur pour la télé comorienne, « Je me suis retrouvé près du portail, du bon côté et c’est alors qu’un jeune de la sécurité a ouvert les portes. Quelqu’un de la sécurité lui a dit de ne pas le faire. Mais c’était trop tard ». Une ouverture qui a attiré la foule en masse. « Et c’est là que la personne a ouvert complètement la deuxième porte du portail et tout le monde s’est précipité. Ça tombait de partout. Il y avait des femmes, des jeunes et ça criait, ça pleurait », a raconté le journaliste.

Cameroun Comores, plusieurs décès déplorés

Même témoignage du journaliste camerounais André Mirabeau Mahop (Canal 2 international) qui s’est confié à RMC. « Quand je suis sorti une demi-heure avant le coup d’envoi, le stade n’était pas plein au quart, la plupart des gens étaient encore à l’extérieur, il y avait une grande foule. On a renforcé le processus de checking, ce qui a retardé l’entrée des spectateurs. Et à un moment les gens sont venus en masse en voulant entrer, les forces de l’ordre ont exigé qu’on ne fasse passer qu’une personne à la fois, et il y a eu une bousculade. »

Lire aussi : CAN 2021 : un appel téléphonique du Président Buhari serait à l’origine de l’échec des Super Eagles

Et le journaliste de témoigner des nombreuses victimes après ces incidents… « Les barrières de sécurité ont été poussées d’un côté et sont tombées sur les gens. Les gens à gauche ont fait tomber la barrière sur les gens à droite et leur ont marché dessus. C’est ce qui a causé le drame. (…) J’ai vu plusieurs dizaines de personnes allongées sur le sol un quart d’heure avant le coup d’envoi, ça allait dans tous les sens… Je ne savais pas s’il y avait des morts ou pas, mais j’ai vu des dizaines de personnes allongées ».

Un drame déploré par plusieurs acteurs sportifs ainsi que le président Paul Biya qui a demandé l’ouverture d’une enquête.

Drame : pour punir son ex-épouse, ce docteur tue leurs 3 enfants et se suicide

Drame : pour punir son ex-épouse, ce docteur tue leurs 3 enfants et se suicide

Le médecin Dr Falla Paye a décidé de commettre l’irréparable. Selon la presse locale qui donne les détails de la sordide affaire, l’homme a mis fin à ses jours après avoir tué ses 3 enfants qu’il avait eu avec son épouse, elle-même dans le domaine de la médecine. Celle-ci avait décidé de se séparer de lui, laissant l’homme dans une détresse totale. La scène se passe au Sénégal.

Il a posté sur la toile, un message décrivant le calvaire qu’il estime avoir vécu auprès de son ex, qu’il voulait à tout prix punir. Une ex qu’il juge « orgueilleuse, têtue, rancunière, nerveuse, froide, caractérielle, ingrate, méchante, manipulatrice, et malhonnête », une femme qu’il dit avoir servi, alors qu’elle se servait de lui.

Autant de raisons qui semblent avoir poussé l’homme à commettre un acte aussi difficile à imaginer. « Il ne faut pas qu’il y ait une descendance de ce mariage sans amour. Trouve-toi un mari qui t’aimera ; peut-être et vous ferez d’autres enfants.

Tu m’as dit avoir réfléchi à tous les cas de figure mais tu ne t’attendais pas à une telle éventualité. Visiblement il y en a un qui t’a échappé » a-t-il affirmé dans sa lettre.

Une fin tragique

D’après les premiers éléments de l’enquête, les enfants seraient morts suite à une injection d’une substance pour le moment non rendu publique. Il s’est ensuite suicidé. L’homme semblait très amer envers son ex-femme qui, accuse-t-il, l’a privé de sexe pendant 42 jours, lui qui « voyait tout ce que sa femme faisait sans rien dire « … D’après la lettre de l’intéressé, il a rencontré Ndeye Awa Diagne, celle qui allait devenir sa femme en 2004.

Lire aussi : Un pasteur pris en flagrant délit en plein rapport sexuel avec une femme mariée sur l’autel de l’église (vidéo)

Elle refusa ses avances arguant qu’elle avait un engagement pour être la deuxième femme d’un autre homme. Puis, plus aucun contact quand 3 mois plus tard, elle lui fait signe et souhaite savoir si sa demande en mariage était toujours valable.

Ni une ni deux, elle a voulu ensuite que le mariage se fasse rapidement. Il décrit dans les lignes suivantes une femme jalouse de sa position sociale, une femme qu’il a aidé à obtenir son diplôme de gynécologue et qui a été ingrate envers lui… selon lui. Une histoire qu’il utilise pour justifier son geste.

un Togolais poignardé mortellement en Turquie pour une affaire de portable

Drame : un Togolais poignardé mortellement en Turquie pour une affaire de portable

Dans une vidéo devenue virale sur la toile, l’on aperçoit un homme agonisant dans un bain de sang. Selon les informations, il s’agit d’un footballeur de nationalité togolaise vivant en Turquie. Il serait poignardé à mort pour une affaire de téléphone portable entre son vendeur et lui.

Lire aussi : Incroyable : une artiste se fait doigter en pleine prestation (vidéo)

Il a succombé à ses blessures plus tard malgré l’intervention des secours appelés sur le coup par des passagers.  Une enquête est ouverte par la police pour élucider l’affaire et trouver les coupables du meurtre.

Danyigan : seul échoué au BEPC dans sa classe, il se donne la mort

Drame : les belles-mères retrouvées mortes au lendemain de la soirée de mariage de leurs enfants

Le mariage est un évènement heureux et comme de coutume les familles organisent des moments de réjouissances. Cependant, pour cette famille les moments de joie ont été convertis en drame.

En effet, Ekanté B. et Josiane se sont dit oui à la mairie de Douala III au Cameroun. Ainsi, une fête a été organisée pour la circonstance dans une résidence familiale. Les belles mères des deux familles sont évidemment de la partie et logée dans la même chambre.

Les réjouissances se sont bien déroulées et la famille a décidé de faire une prolongation le lendemain.  C’est dans cette prolongation des festivités, que la famille a constaté l’absence des deux belles mères et s’est mise à leurs recherches. Elles ont été malheureusement retrouvées mortes dans leur chambre après quelques heures de recherche.

Lire aussi : France / 14 juillet : un soldat fait sa demande en mariage en direct sur les Champs-Elysées

« L’autre est sur le lit couché sur le ventre. Les deux sont mortes. Déjà froides. C’est le choc la stupeur puis les lamentations… », a révélé la police. Une enquête a été ouverte pour élucider le drame.

Danyigan : seul échoué au BEPC dans sa classe, il se donne la mort

Drame : Elle Tue son mari pour avoir fêté la Victoire de Chelsea

La police de Teshie, dans la région du Grand Accra est à la recherche d’une femme qui aurait poignardé à mort son ancien amant. Selon les faits, l’homme a été tué par sa femme pour avoir célébrer son équipe de foot préférée. La scène s’est produite à Teshie, dans la région du Grand Accra.

Selon des témoins oculaires, la femme a pénétré dans un bar où son ancien amant avec qui elle a trois enfants, célébrait la victoire de son club Chelsea lors de la Ligue des champions samedi soir, et l’a poignardé à la poitrine.

Un membre de la famille de la victime, Dennis Tetteh, a déclaré que Dannis Amarh-Boye a été déclaré mort après avoir été transporté d’urgence à l’hôpital militaire 37.

La suspecte qui est actuellement en fuite aurait déposé une plainte il y a deux semaines, alléguant la négligence de leurs enfants par le défunt.

Lire sur : Faits divers : Cet homme tue son colocataire et vend ses organes à un pasteur pour des rituels