Gouvernement Borne : la liste complète dévoilée

France : le visage du nouveau Chef de Gouvernement dévoilé

Le président Français Emmanuel Macron, a nommé ce lundi, Elisabeth Borne au poste de Premier ministre.

« Le Président de la République a nommé Mme Elisabeth Borne, Première ministre et l’a chargée de former un Gouvernement », annonce un communiqué de l’Elysée. « C’est le choix de la compétence au service de la France, d’une femme de conviction, d’action et de réalisation », a expliqué l’Elysée.

Lire aussi : France : Macron réélu président de la République avec 58,2 % des voix (Ipsos)

Elisabeth Borne a été successivement ministre chargée des Transports, ministre de la Transition écologique et solidaire puis ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion lors du premier quinquennat d’Emmanuel Macron.

Marine Le Pen : "il faut interdire le voile dans l’espace public"

Marine Le Pen : « il faut interdire le voile dans l’espace public »

Dans la dernière ligne droite des élections présidentielles en France, Emmanuel Macron, président sortant et Marine Le Pen se sont affronté dans un débat télévisé ce mercredi 20 avril 2022.

En effet, les français sont iront aux urnes le 24 avril prochain pour choisir leur futur président de la République. Et la bataille s’annonce rude.

Ainsi, tour à tour les deux candidats sortis pour le deuxième tour, ont défendu et critiqué vice versa les projets. Dans cette bataille d’idées, madame Le Pen, candidate de l’Extrême droite, prévoit une fois élue, interdire le port du voile dans l’espace public en France.

« Je suis pour l’interdiction du voile dans l’espace public. Je l’ai dit de la manière la plus claire. Je pense que le voile est un uniforme imposé par les islamistes puisque les femmes qui les mettent ne peuvent pas faire autrement même si elles n’osent pas le dire… il faut faire reculer les islamistes et pour cela, je le crois, il faut interdire le voile dans l’espace public », a soutenu Marine Le Pen.

Lire aussi : Présidentielle en France : Macron dézingué publiquement : « Je n’ai jamais vu un président aussi nul » (vidéo)

En réponse, cette proposition de madame Le Pen « est une trahison de l’esprit français et de la République ». Selon le président sortant, ce choix ne respecte pas la constitution et les valeurs de la France universelle et progressiste.

« Vous allez créer la guerre civile si vous faites ça », a ajouté Macron et de poursuivre : « La France, patrie des Lumières, de l’universel, serait le premier pays au monde à interdire les signes religieux dans l’espace public » mais « la laïcité, ce n’est pas combattre une religion ».

Emmanuel Macron réaffirme pour sa part, qu’il « n’y aura pas d’interdiction du foulard, ni de la Kippa ni de quelques signes religieux dans l’espace public ».

France : Claudy Siar annonce la création de son parti politique

France : Claudy Siar annonce la création de son parti politique !

L’élection présidentielle en France bat son plein. Une aubaine pour l’animateur de radio et de télévision français Claudy Siar d’annoncer deux grands projets dont l’un démarre à l’entame de ces élections. Il s’agit d’un mouvement citoyen et plus tard d’un parti politique. L’information émane de sa dernière publication sur sa page Facebook.

En effet, le Producteur de l’émission Couleurs tropicales sur la Radio France Internationale (RFI), lancera un mouvement citoyen dénommé « unir ».

« J’ai également voté pour que #zemmour dégage !!!  Rendez-vous au second tour !! Et après le dernier round, je lance mon mouvement citoyen #unir ! Grâce aux femmes et hommes qui le composeront, nous aboutirons (dans un temps un peu plus long) à la création d’un parti politique. EN FRANCE NOS VOIX COMPTERONT ! », a écrit l’homme du micro sur le réseau social.

En effet, la course pour le prochain patron de l’Elysée se poursuit. Les résultats des premiers tours sont annoncés avec Emmanuel Macron, le président sortant en tête avec 28,1 % des voix selon l’institut Ipsos.

Lire aussi : Michel Platini porte plainte contre le président de la FIFA (communiqué)

Il est suivi de Marine Le Pen (23,3 %) et de Jean-Luc Mélenchon en troisième position, avec un score autour de 20 %. Et le candidat de Reconquête Eric Zemmour est dans le mur avec 7,2%.

Les regards sont ainsi tournés sur le second tour avec en lice M. Macron et Marine Le Pen.

Charles Millon dézingue Macron et Yves Le Drian

Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

La situation diplomatique de la France surtout entre l’Elysée et le Mali fait jaser sur la scène politique française. Le cas de Charles Millon, ancien ministre de la Défense sous Jacques Chirac qui s’est également exprimé sur le sujet. Dans ses propos, l’ancien ministre dézingue Macron et Le Drian et donne des leçons de diplomatie.

Selon Charles Millon, la France a commis plusieurs erreurs qui coutent chère aux pays du Sahel. « La première erreur dramatique aura été la guerre que Nicolas Sarkozy a mené en Libye. Lors de la chute de Kadhafi, les touaregs qui avaient été enrôlés dans l’armée libyenne ont rejoint, lourdement armés, leur pays d’origine. Ils ont constitué, surtout dans le Nord du Mali, le noyau dur des groupes djihadistes », a expliqué Millon.

Il poursuit en soulignant que « ce n’est pas la seule erreur française. Si notre armée a eu raison d’intervenir pour éteindre l’incendie djihadiste, elle aurait dû agir en pompier et très vite préparer sa sortie. En restant sur place, les soldats français qui avaient été accueillis en 2013 comme des libérateurs, ont été perçus neuf ans plus tard comme une armée d’occupation ».

Le Drian est surtout médiocre, Charles Millon

En ce qui concerne la politique étrangère du gouvernement du président français Emmanuel Macron, l’ancien ministre assure que « le temps de l’immixtion dans la politique intérieure des États africains est dépassé ». « Le Drian est surtout médiocre et il n’a pas l’air de s’intéresser aux Africains et à l’Afrique. Sans doute n’est-il pas facile de travailler avec un Emmanuel Macron qui veut toujours prendre la lumière », a-t-il indiqué.

Lire aussi : Mali : le départ des troupes françaises ne prendra pas « 4 à 6 mois » comme annoncé par Macron !

« Ce que je reproche au Président français au Mali comme au Liban ou en Ukraine, c’est de faire une politique de coups, sans suivi, ni constance. Cette fâcheuse habitude est totalement contre-productive. La diplomatie se joue dans la durée et dans des liens de confiance avec nos interlocuteurs étrangers », explique Charles Millon.

Millon ajoute que « la politique d’Emmanuel Macron et de Jean Yves Le Drian est finalement illisible. Comment en même temps, selon l’expression consacrée du président français, dénoncer les coups d’état en Guinée ou au Mali et apporter un soutien total au fils du président Déby qui prend le pouvoir par la force après le décès brutal de son père ? Emmanuel Macron a des réactions d’adolescent. Ce n’est pas ainsi qu’on doit construire la politique étrangère d’un pays comme la France ».

Divorce militaire Bamako-Paris : l’inquiétude du président ivoirien

Divorce militaire Bamako-Paris : l’inquiétude du président ivoirien

C’est acté, c’est décidé, le divorce militaire Bamako-Paris est consommé. La France et ses partenaires se retirent du Mali. La décision a été annoncée par le président français, Emmanuel Macron.

En effet, ce départ notamment de Barkhane et Takuba fait choux gras sur la toile. Dans une interview exclusive accordée à France 24 et RFI, le président ivoirien Alassane Ouattara a donné sa position sur la nouvelle donne.

Pour Alassane Ouattara, le départ de Barkhane et Takuba portera un coup sur le dispositif sécuritaire de certains pays côtiers notamment la Côte d’Ivoire.

 « Le départ de Barkhane et Takuba crée un vide », déclare le président Ouattara. « Nous serons obligés d’augmenter nos forces de défense et d’accroître la protection de nos frontières. », a-t-il ajouté. 

Lire aussi : Mali : « le retrait des Forces françaises prendra 4 à 6 mois », Macron

Le président français dans son intervention a souligné que le départ des forces françaises, prendra 4 à 6 mois.

Et d’ajouter, que pendant ce temps, personne ne foulera son pied sur les bases françaises et qu’un dispositif ultra sécurisé sera déployé pour la sécurisation des bases.

« emmerder les non vaccinés », Macron dévoile sa stratégie et attise la colère des français

Covid-19 : « emmerder les non vaccinés », Macron dévoile sa stratégie et attise la colère des français

Le président français, Emmanuel Macron, dans un entretien avec des lecteurs du quotidien Le Parisien, a envoyé un tacle sec aux antivax. « Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout, c’est ça la stratégie. », a laissé entendre Macron.

Pour le patron de l’Elysée, il sera inutile de mettre ceux qui ne veulent pas se faire vacciner en prison. Par contre, ils seront privés d’accès à certains endroits. Je compte limiter « pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale ».

Lire aussi : Guinée: « Cellou Dalein Diallo m’a violé, abusé de moi et m’a poussé à avorter », l’opposant dans de sale drap (vidéo)

« Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné… », a-t-il ajouté Macron.

Cette sortie du Président Macron n’est pas passée sous silence. Selon les Républicains, ces propos sont « indignes, irresponsables, méprisants et surtout très prémédités ». De son côté, pour Éric Zemmour. « Ce n’est pas seulement la déclaration cynique d’un politicien qui veut exister dans la campagne présidentielle. C’est la cruauté avouée, assumée, qui parade devant des Français méprisés », a écrit L’essayiste sur son compte Twitter.

France : Emmanuel Macron va reprendre la construction de réacteurs nucléaires

France : Emmanuel Macron va reprendre la construction de réacteurs nucléaires

Stoppé depuis des décennies, la France va relancer de nouveau ces constructions nucléaires. L’information émane du président de la République Emmanuel Macron.

Cette nouvelle décision annoncée depuis l’Elysée ce mardi 10 novembre, a pour ambition de garantir l’indépendance énergétique du pays.

Lire aussi : Bénin : restitution des 26 trésors pillés, les béninois se prononcent

 « Pour garantir l’indépendance énergétique de la France, nous allons pour la première fois depuis des décennies relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays », a déclaré Macron, cité par la chaîne d’information BFMTV.

Bénin : restitution des 26 trésors pillés, les béninois se prononcent

Bénin : restitution des 26 trésors pillés, les béninois se prononcent

Le Bénin célébrera dans les prochains jours un évènement historique. Pour raison le retour au bercail des 26 trésors pillés au XIXe siècle et gardé en France. En effet, ce mardi 09 novembre, Emmanuel Macron recevra le président béninois Patrice Talon pour une cérémonie solennelle de restitution des trésors royaux d’Abomey.

26 trésors restitués, une fierté nationale

Ces trésors pillés par les troupes coloniales et gardés au musée parisien du Quai Branly fouleront le sol béninois demain mercredi 10 novembre. Un moment historique qui réjouit la population béninoise. 

« C’est un moment historique de fierté nationale », a déclaré Michel Abimbola, le ministre de la culture à la télévision béninoise en prélude de la rencontre avec l’Elysée. « Certes, ce ne sont que 26 œuvres sur des milliers, mais nous démarrons quelque chose qui ne peut plus s’arrêter », a-t-il ajouté.

« Je frissonne à l’idée d’observer de plus près ces trésors royaux, notamment les trônes de nos ancêtres. C’est inimaginable », a ainsi confié à l’AFP à Cotonou un dignitaire et chef de collectivité Dah Adohouannon. « Du haut de mes 72 ans, je peux mourir en paix, une fois que je les aurais vus », a-t-il ajouté.

Un nouveau départ avec l’Afrique

Ce cap considérable franchi est salué par Emmanuel Macron qui ajoute que c’est un nouveau départ pour les relations entre l’Elysée et l’Afrique. 

« Nous avons amorcé la pompe et ne désespérons pas de récupérer d’autres œuvres » en Allemagne, en Grande-Bretagne, aux États-Unis… Cette initiative est « un marqueur important pour la construction d’une nouvelle relation et d’un nouveau regard entre la France et le continent africain », a indiqué Emmanuel Macron.

Crédit Photo AFP

Lire aussi : Expo Dubaï 2020 : au Pavillon du Togo, un américain célèbre la langue Ewé

« C’est évident qu’il y aura de la bousculade parce que tout le monde voudra les voir très vite et assez tôt », prévoit, Henriette Béhanzin, une étudiante qui espère que les visites ne seront pas réservées aux privilégiés, « car ce sont des trésors à nous tous ».

Rappelons que parmi ces trésors qui seront restitués après près de 130 ans d’absence, se trouvent des statues totem de l’ancien royaume d’Abomey ainsi que le trône du roi Béhanzin.

Sommet Afrique-France : les « pépites » ont fustigé Macron sur le colonialisme

Sommet Afrique-France : les « pépites » ont fustigé Macron sur le colonialisme

Environ 3 000 jeunes venus de l’Afrique ou de la diaspora ont pris part au 28ème sommet Afrique –France. Une rencontre placée sous un nouveau format avec l’exclusion des Chefs d’Etats Africain.

En effet, le vendredi 08 octobre, 11 jeunes Africains ont été invités à débattre avec le président français, Emmanuel Macron. Un échange au cours duquel « les sujets qui fâchent seront sur la table », promet l’entourage d’Emmanuel Macron.

Répondant aux accusations de soutien à des tyrannies et aux critiques sur les interventions militaires, le président Macron a réitéré ses fondamentaux: « la France est là militairement à la demande » des pays africains. Le président a également déclaré que « la France n’avait pas vocation à rester au Mali ».

L’annonce de la création d’un « Fonds d’innovation pour la démocratie en Afrique », avec une « gouvernance indépendante », ainsi que plusieurs initiatives culturelles. Ce fonds, doté de 30 millions d’euros sur trois ans, doit aider les « acteurs du changement » notamment sur les questions de gouvernance et de démocratie.

Lire aussi : Ethiopie : la plus jeune ministre d’Afrique a démissionné, les raisons

La plupart des « pépites » notamment les 11 jeunes sélectionnés pour le débat ont fustigé le président sur « le colonialisme » et l’attitude « paternaliste » de la France. Ils ont par la suite plaidé pour une nouvelle relation entre la France et le continent basée sur la collaboration.

France : voici pourquoi Mamoudou Gassama a été éjecté du corps des sapeurs-pompiers

France : voici pourquoi Mamoudou Gassama a été éjecté du corps des sapeurs-pompiers

Mamoudou Gassama ne fait plus partie de la brigade des Sapeurs-pompiers a-t-on appris en début de cette semaine. En effet, le jeune malien, immigré en France a été élevé au rang de star mondiale suite à un acte de bravoure. Il a sauvé un enfant suspendu à un balcon situé au 4ème étage.

Sur promesse du président français, Emmanuel Macron, il a obtenu la nationalité française, et a intégré le corps des sapeurs-pompiers de Paris pour un stage de dix mois.

Lire aussi : France : Mamoudou Gassama ne fait plus partie du corps des sapeurs pompiers

Ainsi, relayant l’information, notre média s’est interrogé si c’était une fin de contrat entre Gassama et les pompiers parisiens. Nous vous informons que notre « spider man » français a été évincé parce qu’il n’a pas de niveau requis. Sa non-maîtrise de la langue française. Il n’a par ailleurs pas le niveau requis, notamment le Brevet des collèges équivalant de BEPC, pour intégrer ce corps.