Eglise catholique : un ancien vicaire condamné pour escroquerie

Eglise catholique : un ancien vicaire condamné pour escroquerie

Ceci est un autre scandale qui vient jeter de nouveau des discrédits à l’église catholique. Il s’agit de la condamnation à trois ans de prison avec sursis d’un ancien vicaire général.

D’après la sentence, le quinquagénaire est accusé d’escroquerie et d’abus de confiance par le tribunal correctionnel de Vannes.

Lire aussi : Scandale sexuel: une Chantre de l’éternel aperçue dans une vidéo de partouze

Selon des sources judiciaires, l’ancien vicaire dont le procès a eu lieu, 21 octobre dernier, a détourné 678.000 euros, pour s’offrir des parties de jambes en l’air. Il faut noter que les fonds, détournés par l’homme de Dieu, provenaient de plusieurs sources, à savoir : des emprunts auprès des communautés du diocèse, des dons et des offrandes des paroissiens pour célébrer des messes.

Plusieurs scandales secouent l’église notamment des crimes comme; abus sexuels, viols, pédocriminalités, homosexualités et détournement de fonds.

Côte d’Ivoire : affaire de 10 millions, Safarel Obiang brise le silence et réclame justice

Côte d’Ivoire : affaire de 10 millions, Safarel Obiang brise le silence et réclame justice

Dans une vidéo publiée sur sa page Facebook, L’artiste ivoirien Safarel Obiang a fait savoir qu’il a été victime d’escroquerie. Il raconte avoir été victime d’une dame à qui, il avait remis une somme de 10 millions de FCFA.

Selon ces explications, le fond était destiné à l’achat d’une maison qui devrait servir à l’hébergement de ses danseurs.

Safarel Obiang donne d’amples détails

« J’ai voulu acheter une maison depuis 2019, la dame m’a dit que la maison coûte 45 millions de FCFA. J’ai fait une avance de 10 millions de FCFA… Peu de temps après, la dame appelle pour nous dire que la maison est passée à 80 millions. On lui a dit que ce n’est plus la peine, qu’elle nous rembourse les 10 millions… », explique Safarel Obiang.

Elle dit qu’elle a compris, mais depuis lors, elle ne fait que nous tourner en bourrique… On a déposé plusieurs plaintes à la Gendarmerie, à la Police… Mais il n’y a jamais eu de suite, et la dame se promène dans les grosses voitures comme si de rien n’était ». Telles sont les clarification apportées par l’artiste du Couper décaler.

Quand l’artiste appelle les autorités au secours

L’artiste a lancé un appel aux autorités ivoiriennes afin que justice lui soit rendue. « Papa Hamed Bakayoko, vous êtes notre Papa, vous savez combien de fois les artistes souffrent. Maman Dominique Ouattara, M. Le Dg de la police, le père Youssouf Kouyaté, le procureur Adou Richard, voici de quoi on souffre », a-t-il mentionné.

« Il n’y a pas que la piraterie qui tue les artistes. Ce genre de personnes ruinent aussi les artistes. Chères autorités, il faut que justice soit faite. Aidez-nous sur cette affaire… », a lancé Le Safking.

Avant d’ajouter : « J’ai plus de 15 danseurs sous ma responsabilité. Il y a des orphelins parmi eux ; ils ne vont pas dormir dans la rue. Je ne veux pas qu’on mette quelqu’un en prison. Je veux juste mon argent pour trouver une maison à mes danseurs. C’est comme ça les gens font et puis les artistes finissent mal. Aidez-nous à régler cette affaire », a-t-il imploré.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : « affaire de se3tape de Didier Drogba », un gros mensonge