Mali : Rfi Et France 24 Sommés De Quitter Le Pays Au Plus Tard, Le 31 Mars

Mali : Rfi Et France 24 Sommés De Quitter Le Pays Au Plus Tard, Le 31 Mars

Les médias français Rfi et France 24 auraient été sommés de quitter dans les prochains jours le Mali. En effet, les choses ne s’arrangent pas entre la France et le Mali. Le dernier développement dans le pourrissement de leurs relations intervient ce lundi 14 mars 2023.

Dans un communiqué repris par des sites d’information, notamment Ovajab, LLC, le Collectif pour la défense des militaires (Cdm) a donné un ultimatum très clair aux médias français, Radio France internationale (Rfi) et France 24 de quitter le Mali à la fin de ce mois de mars.

Il est reproché à Rfi d’avoir donné, dans une édition de ce lundi 4 mars, une information qui serait erronée sur des exactions supposées des Forces Armées du Mali (FAMa) sur des populations civiles peuples de la Zone de Sofara.

Il n’en fallait pas davantage pour soulever le courroux des membres du Cdm qui se sont assignés pour mission, la défense des militaires au pouvoir à Bamako.

Rfi et France 24 sommés de quitter

Les médias français sont régulièrement accusés de partialité dans le traitement de l’information concernant le Mali. Surtout après le coup d’État qui a chassé le Président Ibrahim Boubacar Kéita (Ibk) du pouvoir.

Lire aussi : Mali : retrait sans délai de la France, Macron rejette la décision de la junte et met en garde

Le correspondant de Rfi et de l’Agence France presse (Afp), le Franco-Béninois, Serge Daniel est régulièrement montré du droit pour son traitement supposé déséquilibrer de l’information. D’aucuns avaient exigé un moment, que ce journaliste parte du Mali. Les choses s’étaient tassées un moment avant de rejaillir avec cet ultimatum de Cdm. Dans cette affaire, France 24 qui n’est pas directement incriminée « a pris le cailloux jeté » à Rfi. Le raidissement dans les relations Mali-France y est pour quelque chose !

Les autorités militaires ont déjà obtenu le départ des Forces françaises Barkhane et Takuba. L’on peut donc parier à peu de frais que les médias incriminés seront bien obligés d’obtempérer.

Avec Le courrier quotidien