augmentation des prix du gaz : Cri de la population

Togo / augmentation des prix du gaz : Cri de détresse de la population

C’est l’une des mauvaises nouvelles qui a laissé sans voix plusieurs utilisateurs de gaz à Lomé et sur l’étendue du territoire national. Les prix du gaz ont augmenté subitement de plus de 80 % d’un jour à l’autre, de quoi frustré la population.

Ce n’est pas la joie actuellement au Togo. Indignation, inquiétude, détresse et colère, sont les émotions qui se lisent sur le visage de la population. Après la hausse des prix des denrées alimentaires, du carburant, c’est au tour du prix du gaz.

Une augmentation drastique justifiée par la hausse des cours mondiaux, des perturbations dans la chaîne d’approvisionnement et la fin des subventions de l’État.

« J’ai été très surpris et en même temps vraiment énervé parce qu’on nous parle de déforestation et on essaie de changer le charbon en utilisation de gaz. Maintenant, voilà le prix qui a augmenté. On va finalement aller au déboisement et tant pis à la nature, à l’environnement », affirme un père de famille qui a préféré l’anonymat. Sur la toile, même vague de réactions des internautes suite à cette augmentation drastique.

La pilule est très amère pour le Togolais lambda. En conséquence, certaines familles retournent aux charbons de bois. Le spago (spaghetti) de 500f qui sauve les célibataires est passé à 1000.

Lire aussi : Togo-Produits pétroliers : les prix ont grimpé de nouveau

À certains endroits, c’est la quantité qui a diminué. Les femmes commerçantes crient au ras bol et font appel à l’aide à l’État. Les conducteurs de taxi moto et chauffeurs n’ont pas assez de clients pour la simple raison que leur tarif a augmenté. Même le biscuit Parle G n’est plus à 50 f. Jusqu’à quand ?

Un Russe se fait briser la jambe pour éviter le front

Russie-Ukraine : Poutine interdit ces devises pour les livraisons de gaz

Le président russe, Vladimir Poutine, a annoncé ce mercredi 23 mars que la Russie n’acceptera plus de paiements en dollars ou en euros pour les livraisons de gaz à l’Union européenne.

Vladimir Poutine a annoncé mercredi 23 mars que la Russie n’acceptera plus de paiements en dollars ou en euros pour les livraisons de gaz à l’Union européenne, donnant une semaine aux autorités russes pour mettre en place le nouveau système en roubles.

« J’ai pris la décision de mettre en œuvre un ensemble de mesures pour passer au paiement en roubles de notre gaz livré aux pays hostiles, et de renoncer dans tous les règlements aux devises qui ont été compromises », a dit le président russe lors d’une réunion gouvernementale, expliquant qu’il s’agissait d’une réaction au gel des actifs de la Russie en Occident.

Vladimir Poutine a demandé à la banque centrale et au gouvernement d’établir « dans un délai d’une semaine » le nouveau système qui doit être « clair, transparent » et implique « l’acquisition de roubles sur le marché » russe des changes.

L’Europe très dépendante des hydrocarbures russes

Cette annonce a eu un effet immédiat sur la devise russe, qui s’est renforcée face à l’euro et au dollar, alors qu’elle s’était écroulée dès le 24 février et l’entrée des forces russes en Ukraine.

Le président russe a également laissé entendre que d’autres exportations russes seraient concernées, les Occidentaux ayant gelé quelque 300 milliards de dollars de réserves russes détenues à l’étranger, mesure que le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a qualifié de « vol » mercredi.

« Il est clair que livrer nos marchandises à l’UE, aux États-Unis, et recevoir des dollars, des euros, d’autres devises, ne fait plus aucun sens pour nous », a dit Vladimir Poutine.

Lire aussi : Libye : Vladimir Poutine impliqué dans une affaire de drogue

Pour le moment, les hydrocarbures russes ont été largement épargnés des lourdes sanctions occidentales contre la Russie. Certes, Washington a décrété un embargo sur le gaz et le pétrole russe. Mais ces derniers continuent de couler à flot vers l’Europe, très dépendante des hydrocarbures russes et premier marché pour Moscou. Mais l’Union européenne réfléchit désormais elle aussi à un embargo sur le pétrole russe.

Plusieurs sommets internationaux déterminants sont attendus qui laissent présager de nouvelles sanctions occidentales.

Avec AFP

Togo : le gazoduc nigérian bientôt opérationnel, un soulagement pour le Pays

Le gazoduc nigérian reprendra officiellement son activité en avril 2020. C’est le principal fournisseur nigérian en gaz qui connecte les pays. Il s’agit du Bénin, du Togo et le Ghana. Le Togo peut souffler un gros coup !     

                                                                                        
En effet, l’interruption momentanée est due aux travaux de nettoyage et d’inspection qui se déroulent sur les installations du gazoduc comme l’a justifié la WAPco (West African Pipeline Company).

Lire aussi : TOGO : Une Zone industrielle bientôt à Agbelouvé


Par ailleurs la compagnie a affirmé que ses travaux contribueront à favoriser un meilleur accès à une énergie débordante et fiable pour la croissance économique de ses clients. Le pays est de ce fait impatient de s’offrir un service fiable et amélioré.