Grève des enseignants : les missiles du gouvernement continuent de dévaster

Grève des enseignants : les « missiles » du gouvernement continuent de dévaster

Le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara a, dans un communiqué sanctionné de nouveau des enseignants grévistes et gracié d’autres par la même occasion. Des décisions tombées sont issues du rapport du conseil de discipline en date des mois de mai et juin.

En effet, les « missiles » du gouvernement continuent de tomber dans la fonction enseignante suite à la grève du Syndicat des Enseignants du Togo (SET) tenu en mars dernier.

Selon l’arrêté publié mardi, quatre fonctionnaires stagiaires ont été licencié pour manquements graves aux lois et règlements en vigueur et aux normes d’éthique et de déontologie réagissant les fonctionnaires, notamment des actes d’incitation à la violence et à la désobéissance civile.

Ils sont accusés, selon le gouvernement, d’incitation à la révolte et avoir eu des agissements ayant entraîné des perturbations et troubles en milieux scolaires et dans certaines localités.

Lire aussi : Grève du SET : les enseignants « punis » par le gouvernement montent au créneau

Dans la sortie du ministre Bawara, d’autres enseignants radiés en mars dans la fonction enseignante ont été rétablit. 18 autres sont exclus temporairement pour une durée de 3 mois sans traitement pour manquements professionnels.

Également, 7 enseignants radiés en mars dernier pour presque les mêmes motifs sont rétablis dans le corps des fonctionnaires de l’enseignement.

Grève du SET : le gouvernement exclut 137 enseignants grévistes

Grève du SET : le gouvernement exclut 137 enseignants grévistes

Le gouvernement a réagit à la grève du SET (Syndicat des Enseignants du Togo) qualifiée d’illicite par l’autorité. En effet, le ministre de la fonction publique, du travail et du dialogue social, Gilbert Bawara, a signé un arrêté portant mesures administratives et excluant du cadre des fonctionnaires de l’enseignement cent trente-sept (137) enseignants.

« Il s’agit, pour l’essentiel, d’agents qui se sont illustrés de façon répétitive dans des agissements contraires aux exigences d’enseignants en s’obstinant à créer et à entretenir dans ce secteur crucial de la vie nationale qu’est l’éducation, des tensions et perturbations », a posté Gilbert Bawara sur son compte Twitter.

Lire aussi : Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

La décision est prise en application des textes en vigueur et précise que les enseignants exclus sont désormais mis à la disposition de l’administration générale, a-t-il précisé dans le post.

Pour le ministre de la fonction publique, les enseignants visés ont affiché un mépris aux lois en vigueur. Et ce, malgré les informations du gouvernement quant au défaut d’existence légale et de représentativité du Syndicat des Enseignants du Togo (SET).

De même, Gilbert Bawara accuse les enseignants virés de continuer « à faire montre d’une attitude de défiance envers l’autorité de l’Etat ». Il ajoute que les mesures administratives prises sont sans préjudice des autres dispositions applicables en cas de préavis ou de grèves illicites.

« Bien naturellement, nous demeurons disponibles et ouverts au dialogue avec tous les acteurs légalement constitués et nous réitérons la ferme volonté du gouvernement à poursuivre les efforts pour réformer et moderniser notre système éducatif », affirme M. Bawara.

Le ministre indique par ailleurs que le « gouvernement continuera sans relâche à agir pour répondre progressivement et durablement aux défis de ce secteur et aux préoccupations des acteurs dont les enseignants qui s’y dévouent admirablement ».