Golfe 1 : accusé de vol de portable, ce nigérien poignarde mortellement un jeune togolais

Golfe 1 : ce nigérien poignarde mortellement un jeune togolais pour une affaire de portable

A Lomé, dans la commune Golfe 1, précisément à Akodéssewa, un jeune togolais a été poignardé mortellement par un nigérien. Selon les faits, une bagarre s’est éclatée entre les deux jeunes suite à l’accusation pour vol de portable par le nigérien.

Les détails rapportés par la Police locale :  

 « Dans la nuit du 28 au 29 mars 2022, le Commissariat de police du 5ème Arrondissement de Lomé situé à Akodésséwa au lieu-dit Capitole, a été saisi par la Direction de l’Hôpital Secondaire de Bè de ce qu’un jeune homme âgé de 20 ans environs, admis dans leur structure pour des soins urgents consécutifs à une agression au couteau, venait de succomber des suites de ses blessures.

Ledit commissariat a immédiatement ouvert une enquête dont les premiers éléments ont révélé que la victime, âgée de 20 ans, de nationalité togolaise, portefaix au Grand marché de Lomé, a été accusée par son agresseur, le nommé Rachid, 22 ans, nigérien, revendeur de friperies au grand marché, d’avoir volé son téléphone portable. Ce qu’il n’a pas reconnu.

Lire aussi : Togo : les braqueurs au niveau de la CNSS et d’autres, arrêtés

Il s’en est suivi une bagarre au cours de laquelle le nommé Rachid a sorti un couteau et p0!gnardé à deux reprises sa victime respectivement à la cuisse gauche et à l’épaule droite, occasionnant des blessures profondes et une importante hémorragie, avant de prendre la fuite.

Grâce à la promptitude et aux diligences des éléments de la Brigade du littoral de la Police Nationale, ce dernier a été interpellé et mis à la disposition du Commissariat du 5è arrondissement.

Sur instruction du Procureur de la République à Lomé, le corps a été déposé à la morgue et l’agresseur gardé à vue pour les nécessités de l’enquête.

C’est encore une fois le lieu de relever la bonne collaboration de la population grâce à laquelle le forcené a été interpellé afin de répondre de ses actes devant la justice » a posté la police nationale togolaise.