Mali : Jean Yves Le Drian et son fils convoqués par la justice malienne

Mali : Jean Yves Le Drian Et Son Fils Convoqués Par La Justice Malienne

Le diplomate français, Jean Yves Le Drian et son fils, Thomas Le Drian, seraient convoqués par la justice malienne. Pour raison, répondre à une plainte du Mouvement Maliko sur l’affaire des passeports maliens.

Dans un communiqué, ledit mouvement indique que Jean-Yves Le Drian et son fils sont convoqués par le juge d’instruction du pôle économique et financier.

Lire aussi : Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

 « Suite à la plainte initiée par le Mouvement Maliko contre le ministre français des Affaires étrangères et de l’Europe, Jean Yves Le Drian et son fils Thomas Le Drian, le Juge d’instruction du pôle économique et financier vient de transmettre la convocation des deux personnes citées plus haut. En effet, elles sont invitées à se présenter le 20 juin 2022 à 08h00. »

Charles Millon dézingue Macron et Yves Le Drian

Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

La situation diplomatique de la France surtout entre l’Elysée et le Mali fait jaser sur la scène politique française. Le cas de Charles Millon, ancien ministre de la Défense sous Jacques Chirac qui s’est également exprimé sur le sujet. Dans ses propos, l’ancien ministre dézingue Macron et Le Drian et donne des leçons de diplomatie.

Selon Charles Millon, la France a commis plusieurs erreurs qui coutent chère aux pays du Sahel. « La première erreur dramatique aura été la guerre que Nicolas Sarkozy a mené en Libye. Lors de la chute de Kadhafi, les touaregs qui avaient été enrôlés dans l’armée libyenne ont rejoint, lourdement armés, leur pays d’origine. Ils ont constitué, surtout dans le Nord du Mali, le noyau dur des groupes djihadistes », a expliqué Millon.

Il poursuit en soulignant que « ce n’est pas la seule erreur française. Si notre armée a eu raison d’intervenir pour éteindre l’incendie djihadiste, elle aurait dû agir en pompier et très vite préparer sa sortie. En restant sur place, les soldats français qui avaient été accueillis en 2013 comme des libérateurs, ont été perçus neuf ans plus tard comme une armée d’occupation ».

Le Drian est surtout médiocre, Charles Millon

En ce qui concerne la politique étrangère du gouvernement du président français Emmanuel Macron, l’ancien ministre assure que « le temps de l’immixtion dans la politique intérieure des États africains est dépassé ». « Le Drian est surtout médiocre et il n’a pas l’air de s’intéresser aux Africains et à l’Afrique. Sans doute n’est-il pas facile de travailler avec un Emmanuel Macron qui veut toujours prendre la lumière », a-t-il indiqué.

Lire aussi : Mali : le départ des troupes françaises ne prendra pas « 4 à 6 mois » comme annoncé par Macron !

« Ce que je reproche au Président français au Mali comme au Liban ou en Ukraine, c’est de faire une politique de coups, sans suivi, ni constance. Cette fâcheuse habitude est totalement contre-productive. La diplomatie se joue dans la durée et dans des liens de confiance avec nos interlocuteurs étrangers », explique Charles Millon.

Millon ajoute que « la politique d’Emmanuel Macron et de Jean Yves Le Drian est finalement illisible. Comment en même temps, selon l’expression consacrée du président français, dénoncer les coups d’état en Guinée ou au Mali et apporter un soutien total au fils du président Déby qui prend le pouvoir par la force après le décès brutal de son père ? Emmanuel Macron a des réactions d’adolescent. Ce n’est pas ainsi qu’on doit construire la politique étrangère d’un pays comme la France ».

Départ des troupes du Mali : la position de Yves Le Drian

Départ des troupes françaises du Mali : voici la position de la France

Vers un probable départ des troupes françaises sur le sol malien, Jean-Yves Le Drian est revenu sur l’affaire et donne la position de la France. Selon le diplomate français, un total départ des militaires français ne sera pas possible.

 Si les conditions ne seront pas réunies pour exercer au Mali, la lutte se poursuivra dans le Sahel, clarifie le diplomate français.

« Si les conditions ne sont plus réunies, ce qui est manifestement le cas, pour qu’on puisse être en mesure d’agir au Mali, on continuera à combattre le terrorisme à côté avec les pays du Sahel qui sont eux tout à fait demandeurs », a déclaré le ministre français des Affaires étrangères.

Dans son intervention, le diplomate a indiqué que sur décision du président Emmanuel Macron, les troupes françaises ne partiront pas mais le pouvoir fera une réorganisation.

Lire aussi : Mali : « (…) notre partenaire stratégique sur le plan sécuritaire est la France », ça barde entre l’imam Dicko et Goïta

« C’est le président de la République, Emmanuel Macron, qui a souhaité qu’on se réorganise mais on ne part pas. On va se réorganiser pour assurer la poursuite du combat contre le terrorisme », a laissé entendre Le Drian.

Et sur les questions des relations entre les deux nations, Yves le Drian a déclaré « c’est la junte qui s’isole, qui perd, qui a failli et qui devra assumer la suite », et d’ajouter en l’accusant « d’entraves aux capacités opérationnelles » de Barkhane et de ses alliés dans ce pays.