Jonathan Morrison, convoqué à la police économique

Côte d’Ivoire : Jonathan Morrison convoqué à la police économique pour activité illégale

Le concepteur de l’application, Treiize Taxi, Jonathan Morrison, l’ex petit ami de la bimbo togolaise, Maria Mobil a été convoqué à la Police économique concernant son activité. 

Dans le courant du mois d’août 2020, le service de veille du ministère de l’intérieur, en sa cellule économique et financière a repéré des centaines de transactions suspectes entre des souscripteurs à de prêts moyennant le versement de 10% de caution, et un organisme à caractère prosélytiste dénommé GDIco.

Selon le principal auteur de l’arnaque, M. Barry Ibrahim, ces fonds, non remboursables car provenant selon lui des pays du Golf, étaient issus de la finance islamique. Cet organisme installé au cœur du plateau, occupant deux étages dans un immeuble ayant pignon sur rue, avait tout ce qui a de plus respectable.

Par ailleurs, l’auteur des faits affichait une opulence rassurante et un discours à caractère prosélyte susceptible de facilement tromper de pauvres gens pieux issus de classes sociales difficiles.

Mais cette arnaque aura aussi pris au piège des grandes entreprises, comme celle qui a déboursé un chèque d’un milliard de FCFA, espérant en retirer dix. Une arnaque des plus classiques, celle de l’appât du gain facile et malheureusement le préjudice porté à la société est évalué à près de 2 milliards de francs CFA (certaines personnes ayant reçu une partie du prêt et ou du don promis.)

Il a fallu deux mois d’enquête et de pugnacité à la police économique et financière pour confondre cette organisation criminelle, car il fallait marcher sur des œufs, face à un homme puissant. Plusieurs biens matériels et pécuniaires ont été saisis, et des dizaines de personnes ont été déférées, dont plusieurs femmes, en attente de leur jugement.

Dans la même veine, suite à une veille digitale suivie d’une alerte qui date du mois de janvier 2022, puis une seconde datant du 4 avril 2022, la police économique, a comme elle le fait pour toutes applications digitales dans lesquelles des transactions financières sont effectuées, enquêté sur une entité dénommée Treiize Taxi.

Cette enquête a été accélérée lorsque les initiateurs de cette application ont annoncé dans une vidéo sur Facebook qu’ils s’apprêtaient à enregistrer les chauffeurs, ce qui implique d’office le paiement d’une caution. Dans ce cadre le 5 avril à 14:00 les sieurs Jonathan Morrison le fondateur et Cissé Ibrahim de l’entreprise Xearth, le développeur, ont été reçus à la police économique et financière en présence d’un avocat.

L’enquête sur l’activité de Jonathan Morrison

Les points saillants suivants ont été ceux sur lesquels la police économique et financière s’est appuyée pour mener cette enquête :

– La société Treiize Taxi n’a pas fait figurer sur son site les mentions légales obligatoires,

– La société Treiize Taxi n’a pas fait figurer sur son site le CGU (les droits et devoirs des consommateurs),

– La société Treiize Taxi n’existe pas légalement, elle n’est pas constituée,

– La société Treiize Taxi n’a pas de siège connu,

– La société Treiize Taxi n’a pas de compte contribuable,

– La société Treiize Taxi a relevé des milliers de données à caractère personnelles de consommateurs,

– L’appli Treiize Taxi est techniquement fonctionnelle, mais n’est pas encore opérationnelle faute d’inscription de taxis,

– La société Treiize Taxi n’a pas de compte bancaire,

– La société Treiize Taxi n’a pas d’agrément pour opérer en Côte d’Ivoire.

Le parquet a été immédiatement informé qu’il y a avait un risque de divulgation et d’utilisation des données à caractère privé des consommateurs à des fins criminelles.

Données relevées contre le gré des inscrits par Treiize Taxi. Le risque de voir des milliers de personnes payer une caution, qui s’élève à 40.000 F, somme fixée par M. Morrison, a aussi été identifié. Le risque de voir une levée de fonds sous seing privé être effectuée sous prétexte de milliers téléchargements et d’inscrits sur une application inachevée et non réglementaire, a également été identifié.

La police économique et financière a donc pris les dispositions techniques pour que L’ARTCI puisse bloquer l’appli Treiize Taxi. La procédure est en cours. Cela a été décidé parce que plusieurs délits ont été constatés, dont celui aggravé de tentative d’appel public à l’épargne de la part d’une entité non qualifiée pour le faire, selon les textes de L’UMOA. .

Au final il ressort des investigations que certaines personnes pouvaient se retrouver en train de verser de l’argent, à une entreprise qui n’existe pas, qui n’a pas obtenu l’autorisation d’opérer, qui n’a pas de compte contribuable, qui n’a pas de siège connu, ni compte bancaire, et dont le fondateur a pour seule adresse, selon ses propres dires, une chambre d’hôtel. C’est cette opération que la police économique est venue interrompre ou empêcher.

M. Morrison et M. Cissé n’ont pas été retenus, le parquet ayant constaté qu’il n’y avait pas encore de plainte. De plus, la police a pu empêcher de manière préventive, l’enregistrement payant des chauffeurs; enregistrement annoncé la veille par M. Morisson lui-même dans une vidéo Facebook.

Pour ce faire il a été formellement demandé à M. Morrison de ne plus communiquer dans le sens de l’inscription du grand public (chauffeurs ou utilisateurs) sur cette plate-forme, tant que les initiateurs de ce projet qui est encore à l’état embryonnaire, ne se seront pas mis en règle avec les textes en vigueur en Côte d’Ivoire.

La cellule de veille de la police économique et financière est à la tâche concernant ce point très précis. À ce stade l’enquête judiciaire se poursuit.

La population est invitée par NDCI à faire preuve de retenu et vigilance lorsqu’une entité nouvelle promet monts et merveilles. L’appât du gain facile donne des idées ingénieuses aux arnaqueurs. En cas de doute, le grand public doit avoir le réflexe de se rapprocher des services de police et signaler toutes opérations suspectes.

Le ministère de l’intérieur demeure au service des citoyens ivoiriens, on en veut pour preuve la nouvelle dynamique impulsée par Monsieur le ministre Vagondo Diomandé.

En effet, dès sa prise de fonction, il a visité tous les commissariats et tous les services de police de Côte d’Ivoire, en voiture de Bouna à Man, de Korhogo à Aboisso; tous sans exception et le résultat au niveau de l’engagement des hommes est là.

Ceci est le dernier des Nouveaux Dossiers de Côte d’Ivoire, (NDCI) nous reviendrons.

Lire aussi : « Goumin »: rupture du couple Jonathan et Maria Mobil