Faure Gnassingbé annoncé de nouveau au Mali, la raison

Faure Gnassingbé annoncé de nouveau au Mali, la raison

Le président de la République togolaise Faure Gnassingbé est annoncé à Bamako dans les prochains jours.

Selon les informations relayées par le journaliste Serge Daniel, le chef de l’État togolais tiendrait la corde des négociations sur l’affaire des 49 militaires ivoiriens écroués. Une affaire qui empoisonne les relations entre la junte militaire au pouvoir et les autorités ivoiriennes.

Faure Gnassingbé, médiateur dans cette crise, devrait donc se rendre à Bamako pour tenter de négocier la libération des soldats ivoiriens.

Lire aussi : Affaire 49 soldats : « le gouvernement malien est un gouvernement Voyou », une chroniqueuse ivoirienne allume la junte malienne

Pour rappel, les 49 militaires ivoiriens accusés d’être des mercenaires ont été écroués ce 12 août. Ils sont poursuivis pour des faits « de crimes, d’association de malfaiteurs, d’attentat et complot contre le gouvernement, d’atteinte à la sûreté extérieure de l’Etat, de détention, port et transport d’armes de guerre et de complicité de ces crimes ».

Affaire 49 soldats : "le gouvernement malien est un gouvernement Voyou", une chroniqueuse ivoirienne allume la junte malienne

Affaire 49 soldats : « le gouvernement malien est un gouvernement Voyou », une chroniqueuse ivoirienne allume la junte malienne

L’affaire 49 soldats ivoiriens au Mali continue par faire couler l’encre. Interpellés il y a un mois, ces militaires ont été inculpés et écroués ce vendredi 12 août pour « atteinte à la sûreté de l’État ». Ils sont accusés par la junte militaire au pouvoir d’être des « mercenaires ». Une grave accusation que nie Abidjan.

Cette décision de la justice malienne étonne plusieurs observateurs et surtout les médias ivoiriens. Parmi ces personnalités indignées, Isabelle Vovor, chroniqueuse sur Life Tv. Cette dernière, très remontée, dénonce les faits et gestes de la junte au pouvoir en traitant le gouvernement en place de « Voyou ».

« Le gouvernement MALIEN est un gouvernement de VOYOU… GUILLAUME SORO est un conseiller de ce gouvernement et il tire les ficelles pour que BAMAKO durcisse le ton sur ABIDJAN… ».

Lire aussi : Affaire des 49 militaires ivoiriens : un nouvel ultimatum du Mali

Pour Isabelle Vovor, le Mali est en train de jouer sur le populisme et utilise les 49 soldats ivoiriens pour faire digression sur ce qui est en train de se passer au pays, à savoir la montée des attaques terroristes. Et Guillaume Soro en tant que conseiller de la junte, a sa main dans cette affaire.

Cependant, contacté par la RFI, l’état-major général des armées a essayé de calmer le jeu. « Il ne faut pas se fier aux effets d’annonces », dit-il. « Plusieurs médiations sont en cours, attendons qu’elles nous fassent connaître les résultats obtenus », a-t-il ajouté.

Mali : le M5RFP demande la démission de Choguel Maïga

Mali : le M5RFP demande la démission de Choguel Maïga

Les membres du mouvement politique M5RFP se sont réuni samedi face à la presse pour selon eux « dire la vérité » aux maliens. Lors de cette conférence, plusieurs associations politiques réclament la démission du premier ministre de la junte, Choguel Maïga.

« Certaines organisations parmi nous demandent la démission du Premier ministre, explique Daba Diallo, porte-parole des pétitionnaires. Aujourd’hui, nous estimons que le combat du M5 est détourné et que Choguel Maïga ne peut pas rester Premier ministre et président du comité stratégique en même temps. Vraiment, la situation est telle que nous avons décidé aujourd’hui de sortir de notre réserve et de dire la vérité aux Maliens. »

Lire aussi : Urgent : le Mali annonce son retrait du G5 Sahel

Pour ce qui est de la gouvernance actuelle, le constat fait par les pétitionnaires est qu’ils sont très loin de leurs attentes : « Il y a encore beaucoup qui reste à faire par rapport à la gouvernance vertueuse que nous réclamons, c’est-à-dire le nouveau Mali auquel le peuple aspire depuis un certain temps. Beaucoup de choses restent à faire, notamment concernant les différents scandales, la question de l’impunité. Le point positif aujourd’hui de cette transition est qu’au niveau sécurité, il y a une nette amélioration et nous félicitons nos forces armées et de sécurité par rapport à cela. »

Mali : la compagnie Air France reprend ses vols vers Bamako

Mali : la compagnie Air France reprend ses vols vers Bamako

La compagnie Air France va reprendre ses vols cette semaine vers le Mali. Suspendu il y’a un mois à cause des sanctions de la CEDEAO, la compagnie aérienne va reprendre service le 17 février 2022 envers le pays.

L’information émane du journal Jeune Afrique qui indique que la compagnie a reçu l’aval après un intense lobbying auprès de la junte militaire.

Lire aussi : Jeune Afrique : un journaliste du média expulsé du Mali

Les tensions diplomatiques s’accentuent entre le Mali et ses partenaires. Récemment, la junte a expulsé l’ambassadeur français sur son territoire. Un retrait probable des troupes françaises dans les prochains jours au Mali.

Mais bonne nouvelle, des mesures sont en train d’être prises pour une sortie de crise. Dans ce sens, le gouvernement de la République du Mali, la semaine dernière, a mis en place un Mécanisme de concertation.

Sanctions contre le Mali : Alassane Ouattara invite la junte à prendre des initiatives

Sanctions contre le Mali : Alassane Ouattara invite la junte à prendre des initiatives

Les sanctions contre le Mali continuent d’alimenter les débats. Alassane Ouattara, le président ivoirien en visite de travail et d’amitié au Gabon s’est de nouveau exprimé sur la situation. C’est au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue gabonais Ali Bongo.

Selon le président ivoirien, il est « inacceptable » qu’un régime militaire soit au pouvoir au Mali pendant une durée de 5 années.

 « Il est inacceptable qu’un régime militaire reste en place un quinquennat. Autant faire des élections », a déclaré Alassane Ouattara.

Pour ce qui est des sanctions, le président ivoirien a indiqué qu’elles ont été prises par les chefs d’État de la CEDEAO malgré eux.

« Nous sommes très malheureux d’avoir imposé ces sanctions. Nous avons tout fait pour que les autorités militaires du Mali organisent des élections dans des délais convenables, c’est à notre corps défendant que nous avons mis ces sanctions en place. (…) La situation des populations est difficile aussi bien au Mali que dans les grands pays voisins, tels que le Sénégal ou la Côte d’Ivoire », a précisé Alassane Ouattara.

Sanctions contre le Mali, l’invitation d’Alassane Ouattara

Tout en invitant la junte à prendre des initiatives, Alassane Ouattara a exprimé son souhait de voir les choses évoluer dans le bon sens.

Lire aussi : Tabaski 2021: le Colonel Assimi GOITA offre 30 moutons à Alassane Ouattara

« C’est la junte qui doit prendre les initiatives. Redémarrer les discussions, proposer un délai et l’application de ce délai avec les conditions qui seront posées par les négociateurs pour permettre la levée progressive des sanctions. C’est cela notre souhait », a-t-il martelé.

Soulignons qu’actuellement le pays est secoué par la disparition brusque de son ancien président Ibrahim Boubacar Keita. Il a succombé le dimanche dernier à Bamako à l’âge de 76 ans. Les cérémonies sont fixées sur le 21 janvier prochain.

https://actusalade.com/blog/crise-malienne-les-autorites-rejettent-la-visite-dun-emissaire-de-la-cedeao/

Crise malienne : les Autorités rejettent la visite d’un émissaire de la CEDEAO

La situation du Mali continue d’alimenter l’actualité politique sur la toile. Ainsi, l’émissaire de la CEDEAO, Goodluck Jonathan était attendu à Bamako. Mais malheureusement, les autorités refusent de recevoir l’émissaire qui est un envoyé pour cette nième crise au Mali.  

En effet, Goodluck après son arrivée à son hôtel sur le sol malien, a immédiatement pris le chemin de Kati bastion de la junte militaire pour rencontrer les autorités.

Goodluck Jonathan

À peine 3 minutes, de son départ de l’hôtel, il est immédiatement retourné. Et selon nos sources, les militaires auraient refusé de recevoir la délégation de la CEDEAO.

Suite à cet acte posé par les autorités maliennes, l’on se demande si de nouvelles sanctions de la CEDEAO ne sont pas en cours pour le Mali.

Lire aussi : Coup d’Etat au Mali : le Vice-président Assimi Goita explique les motivations des militaires