Atelier MIGA à Lomé : un dialogue de haut niveau pour promouvoir les investissements directs étrangers

Atelier MIGA à Lomé : un dialogue de haut niveau pour promouvoir les investissements directs étrangers

A Lomé, s’est tenue, ce mardi 15 mars 2022, une rencontre importante. Il s’agit de l’Atelier MIGA (Agence multilatérale de garantie des investissements) organisé conjointement avec le gouvernement togolais. Ce dialogue de haut niveau vise surtout à promouvoir les investissements directs étrangers (IDE) en Afrique centrale et de l’ouest.

Etaient présents entre autres à cet atelier MIGA, des investisseurs étrangers internationaux et des représentants des gouvernements du Togo, de la Guinée, de la Côte d’Ivoire et du Sénégal. Du coté du secteur privé, on a noté la participation des entreprises comme Axian, Bechtel Africa, Engie, Infinity Power, Meridiam, Mota Engil, QAIR, SONATEL, Themis, Vinci Highways et Africa 50. Une quinzaine d’entreprises togolaises ont également pris part à cet atelier MIGA. En bref, il a été question pour ces acteurs d’échanger et de partager les bonnes pratiques et les opportunités d’investissements avec les investisseurs internationaux.

L’atelier MIGA, une excellente aubaine

D’après Kodjo Adedze, Ministre du commerce, de l’industrie et de la consommation locale, l’atelier MIGA vient à point nommé, surtout dans le contexte de la crise actuelle de la Covid-19. Par conséquent, elle constitue pour le Togo une excellente opportunité de se vendre et de promouvoir les investissements directs étrangers.

« La rencontre de ce jour est pour nos pays, l’occasion de connaître davantage la MIGA et ses outils d’intervention pour mieux répondre aux préoccupations des investisseurs tout en mettant l’accent sur l’impact des investissements sur le développement de nos pays et la lutte contre la pauvreté », a déclaré le ministre.

Aussi, le ministre Kodjo Adedze a convié les participants à tirer pleinement parti de l’atelier MIGA. « J’exhorte donc nos partenaires ici présents, à examiner favorablement nos requêtes pour mieux répondre à nos besoins en matière d’investissement et permettre de nouer des partenariats gagnant-gagnants aux profits de nos économies », a-t-il ajouté.

Des efforts remarquables

Pour se rendre plus attractifs auprès des partenaires étrangers, le Togo n’a cessé d’initier d’importantes réformes. Ces dernières le placent en bonne position et font de lui une destination où il faut absolument investir. De plus, pour bénéficier d’investissements directs étrangers, le Togo peut aussi compter sur la récente évaluation des politiques et institutions en Afrique (CPIA).

Lire aussi : Recensement de la Diaspora togolaise : voici les sites officiels pour se faire enrôler

Selon les statistiques de l’institution de Breton Woods, parmi les quatre pays non fragiles ayant connu une évolution positive en matière de qualité de politiques publiques et d’institutions nationales en 2020, seul le Togo a pu opérer une avancée significative par rapport à son score de 3,3 en 2019.

« Je voudrais vous rassurer de la détermination du gouvernement togolais à poursuivre les réformes nécessaires pour soutenir la compétitivité globale de l’économie nationale », a martelé Kodjo Adedze.

Pour rappel, depuis sa création, la MIGA a émis plus de 65 milliards USD de garanties dans 120 pays en développement.

le ministre Adedze salue le mea culpa des journalistes

Affaire Ferdinand-Joel Egah : le ministre Adedze salue le mea culpa des journalistes

Les journalistes Ferdinand Ayité de L’Alternative et Joël Egah de la Fraternité ont conjointement présenté leur mea culpa aux ministres Adedze et Agbetomey.

Sur une radio locale, le ministre du commerce, Kodjo Adedze est revenu sur l’affaire saluant ainsi le geste des journalistes.

« Ces derniers jours, si nous allons sur les réseaux sociaux, nous verrons que notre frère Ayité a présenté des excuses… Il a compris qu’il avait mal agi. C’est un signe d’humilité et de respect qu’il a affiché », a laissé entendre Kodjo Adedze sur Kanal FM.

« Si tu agis mal, reconnais ton tort. Si nous allons dans la Bible, l’histoire de l’enfant prodigue nous renseigne que lorsqu’il s’en est allé et qu’il a remarqué qu’il était en déperdition, il est revenu vers son papa. Et son père ne l’a pas renié. Il l’a accueilli les bras ouverts. Donc Ayité est Togolais et moi aussi, je suis togolais. Si nous nous comprenons les uns les autres, cela ne peut faire que notre bonheur », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Presse : le procureur donne les raisons de l’emprisonnement de Ferdinand Ayité et Joël Egah

Le ministre du commerce souhaite par ailleurs, que le « dénouement » de cette affaire « soit un bel exemple pour aller de l’avant ensemble ». « Certes, on peut faire des erreurs, mais si nous savons très bien que ce que nous allons faire n’est pas bon, ce n’est pas la peine qu’on le fasse », a-t-il souligné.

Pour rappel, Ferdinand Ayité et Joël Egah ont recouvré leur liberté le 31 décembre dernier suite à une plainte conjointe des ministres. Ils sont sous contrôle judiciaire avec interdiction de quitter le pays.