EPP Kliguekondji : la construction de nouveaux bâtiments scolaires lancée

EPP Kliguekondji : la construction de nouveaux bâtiments scolaires lancée

Le ministre des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat, Prof Komla Dodzi Kokoroko, a lancé vendredi 20 mai 2022, des travaux de construction de bâtiments scolaires à l’EPP Kliguekondji à Kpalimé.

La cérémonie de lancement a été également marqué par la remise d’un lot de matériels informatiques pour la formation des élèves.

Lire aussi : UL : Prof Kokoroko exige une autorisation avant les prises de photos et tournages sur le campus

En effet, ce projet de construction s’inscrit dans le cadre du Programme P9 : « Augmentation des capacités d’accueil scolaire », le gouvernement compte construire 30.000 salles de classe à l’horizon 2025. Il s’agit de la construction d’infrastructures scolaires sur l’ensemble du territoire national.

Prof Kokoroko remettant du matériel informatique aux responsables

Selon Prof Kokoroko, l’EPP Kliguekondji sera équipé très prochainement, de matériels d’apprentissage adaptés pour les malentendants grâce au projet PAAQET. Le but est de former des futures élites togolaises en améliorant l’équité et la qualité de l’éducation au Togo.

Perside Katanga (Stagiaire)

Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

Le syndicat des Enseignants du Togo (SET) a lancé un nouveau mot d’ordre de grève de 72 heures qui débute ce mardi 29 mars.

Cette nouvelle grève intervient après que, le gouvernement soit resté indifférent à la précédente tenue les 24 et 25 mars derniers par le SET.  

Une nouvelle grève de 72 heures

« Le débrayage débutera le mardi 29 mars 2022 à 06h 45 minutes sur l’ensemble du territoire togolais et s’arrêtera le 31 mars 2022 à 17h 00 minute. Toutefois la grève sera reconduite pour 72 heures la semaine suivante dépendant de la suite que vous donnerez à nos revendications », a indiqué le SET au gouvernement dans son courrier.

En effet, le ministre des enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat réagissant à la précédente grève du syndicat, a tenu des propos qualifiés d’ « injurieux » pour le SET. D’après le ministre, les responsables de cette organisation syndicale font du « charlatanisme » ou plutôt de la « comédie juridique ». Il prévient également que les récalcitrants seront exclus par la suite, de la fonction enseignante et mis à la disposition de la fonction publique. Il ne s’agit ni de menace ni d’intimidation mais de « la réaction ‘légitime’ de l’Etat », a expliqué le ministre.

Malgré les sorties du gouvernement, le SET, visiblement ne compte pas s’arrêter et l’on se demande jusqu’où ira le bras de fer entre les deux parties.

Un dialogue pour des discussions franches et sincères

Notons qu’ au-delà des revendications, le syndicat demande au gouvernement l’ouverture d’un dialogue pour des discussions franches et sincères. Pour les responsables du syndicat il s’agit « de parvenir à des solutions idoines et durables dans le secteur éducatif, en lieu et place des menaces, des intimidations et propos injurieux sur les enseignants ».

Lire aussi : Togo : grève de la SET, un Chef d’inspection met en garde les enseignants qui vont grever

Pour rappel, le SET revendique l’octroi d’une prime mensuelle de logement (50.000 f au moins) pour tout enseignant sans distinction en conformité avec la réforme de l’enseignement de 1975, une prime annuelle d’éloignement d’au moins 300 Fcfa/km.

Il réclame aussi le recrutement des enseignants volontaires exerçant ou ayant exercé dans un établissement public pendant 3 ans au moins et disposant de qualification professionnelle requise. Il demande également une allocation de mutation (au moins 100.000 f pour l’inter régional et 60 000 f pour l’intrarégional) pour les enseignants.

UL : Prof Kokoroko exige une autorisation avant les prises de photos et tournages sur le campus

Le président de l’Université de Lomé (UL), prof Kokoroko, dans un communiqué annonce de nouvelles mesures au sein de l’institution. Selon la note parvenue à notre rédaction, les tournages ainsi que des prises de vues sont soumis à des procédures préalables.

« Les personnes, médias ou organismes voulant réaliser des tournages ou prendre des vues sur le site du campus universitaire, sont invités à prendre attache avec la Direction de la Communication et du Protocole pour les formalités administratives requises », indique la note.

Lire aussi : Togo : Faure Gnassingbé lance depuis Lomé, le câble sous-marin Equiano de Google

 Ceci étant, tout individus réalisant un tournage ou prend des photos sur le site du campus sans autorisation sera soumis à des sanctions. « La Police Universitaire de Lomé a reçu des instructions pour saisir le matériel de toute personne réalisant un tournage ou prenant des vues sans avoir observé la procédure en vigueur », précise la note.

EPP Kliguekondji : la construction de nouveaux bâtiments scolaires lancée

Togo / grève illicite des enseignants : la sanction des directeurs d’écoles peut être levée à une condition

Dans une récente sortie médiatique le ministre Kokoroko s’est de nouveau prononcé sur la sanction des directeurs d’écoles.

En effet, les 3 et 4 novembre dernier, la Fédération des syndicats de l’éducation nationale (FESEN) a observé une grève sur l’ensemble du territoire national. Cette grève des enseignants jugée illégitime par son ministère verra la réaction des autorités. La punition tombée au soir de la grève va démettre près de 2000 directeurs de leur fonction.  

Non respect des consignes

En effet, Joint par téléphone ce matin sur une radio locale, le ministre est revenu sur les circonstances menant à la sanction et ce que ces directeurs doivent faire pour être réhabilités.

Selon Kokoroko, les directeurs d’écoles ont été démis de leurs fonctions, car ils n’ont pas respecté les consignes

« Quand un ministre donne des instructions sur l’illégalité et l’irrégularité d’une grève, ces instructions doivent être respectées à la lettre pas les chefs d’établissement. Ne pas le faire constitue une faute administrative qui doit être punie », a-t-il déclaré.

Le ministre rassure par ailleurs, que les directeurs d’écoles ” n’ont pas été renvoyés. Ils sont toujours des enseignants.”

Un espoir

A en croire les dires de Kokoroko, il y a encore de l’espoir pour les directeurs d’écoles. Ils pourront reprendre la direction de leurs établissements à condition qu’ils apportent la preuve qu’ils n’ont pas pris part à la grève.

Lire aussi : Togo : Kokoroko met fin à la fonction de plusieurs Directeurs d’écoles ( liste complète)

« Si un directeur d’école, apporte la preuve qu’il n’a pas pris part à la grève des 3 et 4 novembre et les tests en vigueur en disposent tel, alors les sanctions prises seront levées. Ceux qui se retrouvent sur la liste par erreur seront réhabilités s’ils apportent la preuve. », a-t-il rappelé.

Aussi, le ministre des Enseignements primaire et secondaire tient à rappeler que l’arrêté du 4 novembre concerne uniquement les directeurs d’écoles. En ce qui concerne les enseignants ayant participé à la grève, les mesures qui seront prises pour eux arriveront dans les semaines à venir.