Il s'évanouit après avoir découvert qu'il payait le loyer à sa femme

Divers : Il s’évanouit après avoir découvert qu’il payait le loyer à sa femme

Une tromperie pendant 15 ans et pas les moindres, c’est ce qui est arrivé à Martin Stampa qui est victime de moquerie sur les réseaux sociaux. La raison, il aurait été dupé par sa femme pendant 15 ans de vie conjugale. 

De nationalité zambienne, il se serait évanoui après avoir découvert que sa femme était la propriétaire de sa maison de location. Selon les médias locaux zambiens, l’homme vivait dans la maison depuis 15 ans et payait environ 140 000 FCFA le mois. Il est également avancé que la femme serait celle qui envoie toujours l’argent au « pseudo-propriétaire ».

Cependant, lors d’une altercation, la femme a découvert que son mari lui était infidèle. Martin Stampa aurait alors dit à sa femme qu’il avait une copine parce qu’il voulait quelqu’un d’intelligent et engagé dans des conversations intelligentes.

Lire aussi : Terrible : Pour infidélité, cette nouvelle mariée met le feu à son mari puis se suicide

Déçue, la femme, lui crache la vérité à la figure en lui révélant qu’il n’était pas assez intelligent pour savoir que c’était à elle qu’il payait le loyer de la maison dans laquelle ils vivent.

En voyant les titres de propriété de la maison, l’homme a perdu connaissance et s’est effondré. Les voisins ont dû verser beaucoup d’eau sur lui avant qu’il ne se réveille.

plafonnement de la caution et la garantie des loyers, les citoyens s’expriment

Togo : plafonnement de la caution et la garantie des loyers, les citoyens s’expriment

Par décret pris en conseil des ministres ce mercredi 05 janvier, le gouvernement réglemente la caution et la garantie de loyer. En effet, la caution est désormais plafonnée à 3 mois de loyers et la garantie à 3 mois de loyers.

Objectif du décret sur la caution et la garantie de loyer

Selon le communiqué sanctionnant le conseil, le gouvernement explique que le « plafonnement a pour objectif de limiter les spéculations pratiquées actuellement dans notre pays en particulier dans le Grand Lomé tout en tenant compte de la nécessité de préserver les investissements réalisés ».

Cette nouvelle donne qui visiblement est louable suscite des remous auprès des citoyens. « Pour réussir à ce décret, les terres devraient appartenir d’abord à l’État. Sans cela, cette loi existera seulement de forme. Tu viens pour louer, je te dis que chez moi, la caution c’est dix mois. Tu es libre de prendre ou de laisser. J’ai souffert pour construire ma maison avec qui ? », nous a laissé entendre un citoyen.

La cherté probable des loyers

A un autre d’ajouter : « quelqu’un pour susurrer à l’oreille du Conseil des Ministres que plafonner la caution et la garantie des loyers c’est très louable, mais faire une grille tarifaire pour les locations (avec les caractéristiques) rendra la mesure complète. Sinon une pièce sera bientôt à 50.000F. Après ça, doit venir la problématique question d’un lot de terrain à 50, 80, 150 millions (le SMIG est à 35.000F) ».

Lire aussi : Trafic de drogue : un maire arrêté avec une quantité importante de cocaïne

Un autre de se demander ce que le gouvernement met en place pour les propriétaires ??? selon lui, le vrai problème est plutôt d’essayer de faire diminuer le prix des matériaux de construction et ensuite ils pourront exiger aux propriétaires de réduire la caution et la garantie. On se trompe de problème, a-t-il dit.

Certains se demandent carrément les dispositifs que le gouvernement a mis en place quant à l’applicabilité de la décision. « Président, vous avez oublié de nous dire comment vous allez faire pour que cette décision concernant la location des maisons soit respectée. Sinon quelqu’un qui a payé son terrain à plus de 20 millions, fait un prêt à la banque pour construire et vous en tant que futur locataire, vous allez lui dire qu’il y’a une loi qui stipule que la caution et garantie ne doivent pas dépasser 6 mois, ça ne va pas être facile ».

Dans le communiqué, le gouvernement annonce en outre que la mesure est à sa première phase, et s’applique dans le grand Lomé. Elle sera étendue, après évaluation, dans d’autres localités si cela est jugé pertinent.

Rappelons que traditionnellement la caution et la garantie étaient fixées à 8, 10 voire 12 mois.

Kenya : il bloque la porte de ses locataires avec un serpent vivant pour un arriéré de 2 mois (photo)

Kenya : il bloque la porte de ses locataires avec un serpent vivant pour un arriéré de 2 mois (photo)

Un propriétaire bloque la porte de ses locataires avec un serpent vivant. En effet, monsieur Samuel Kioko n’a pas trouvé un autre moyen pour réclamer les loyers chez son locataire.

Au Kenya, dans la région de Kunda kindu a vécu une scène jugée effroyable par les habitants. Il s’agit d’un propriétaire de maison qui aurait fermé les portes avec un serpent vivant. Ceci pour empêcher l’accès à ses locataires.

Lire aussi : COP 26 : la liste des présidents endormis à la conférence est sortie (photo)

Les faits ont été rapportés par le gouverneur de Nairobi, Mike Sonko. Sur les photos postées sur son compte Facebook, l’on aperçoit un petit serpent vert vivant servant de serrure pour bloquer les portes.

Selon Mike Sonko, cette fermeture avec le reptile est intervenue car les locataires ont un arriéré de loyer de deux mois notamment septembre et octobre. La scène s’est produite en absence des occupants de la maison qui se sont vaqués à leurs occupations le matin.

Un bureau du service de contrôle des loyers fermé pour non-paiement des arriérés de loyer

Un bureau du service de contrôle des loyers fermé pour non-paiement des arriérés de loyer

Le département de contrôle des loyers, une division du ministère des Travaux publics et du Logement a été bloqué dans ses activités pour une raison un peu surprenante.

Occupé le local des sieurs Joseph Nsiah Abugri, le département de l’Etat a cumulé des arriérés de plusieurs mois. Ainsi, après moult tentatives d’entrer en possession de son argent, sieurs Joseph a choisi mettre un cadenas pour fermer le local.

La scène se passe dans la province d’Amasaman au Ghana. Selon M. Abugri, le propriétaire du local, le service de contrôle des loyers n’a pas payé son loyer au cours des cinq derniers mois. Il a déclaré que le ministère avait initialement versé une avance de deux ans pour louer son logement; et en vertu d’un accord entre les deux parties, le service de contrôle des loyers devait effectuer des paiements mensuels après l’expiration de l’avance de deux ans.

Signalé le problème au département

Monsieur Abugri a raconté qu’il a signalé le problème au département de contrôle des loyers des ministères, comme la loi l’exige de lui en tant que propriétaire, mais ils lui ont demandé de faire un rapport officiel à la succursale d’Amasaman – les mêmes personnes qui lui doivent.

Lire aussi : Drame : les belles-mères retrouvées mortes au lendemain de la soirée de mariage de leurs enfants

« Lorsqu’il y a un litige entre un propriétaire et des locataires, c’est le service de contrôle des loyers qui le règle. Comme la loi l’exige de moi en tant que propriétaire, j’ai fait un rapport officiel au siège social des ministères. Ils m’ont demandé de l’adresser au bureau d’Amasaman puisque c’est là que se trouve ma propriété. En effet, ils m’ont demandé de faire rapport aux mêmes personnes qui me doivent », a-t-il déclaré.

« Il ne me restait qu’une seule option : acheter des cadenas et verrouiller l’installation. J’exige le paiement intégral des cinq mois d’arriérés », a-t-il poursuivi.

Lorsqu’on lui a demandé si c’était la seule façon de déverrouiller le bureau pour qu’ils puissent travailler, M. Abugri a répondu : « Je ne veux plus d’eux dans mon établissement. Ils devraient chercher ailleurs. Il y a beaucoup de maisons à Amasaman qu’ils peuvent louer.