Guerre en Ukraine : Pour Poutine la France est un "pays inamical"

Guerre en Ukraine : Russie, la France est un « pays inamical »

La liste des pays qualifiés d’inamicaux à la Russie s’allonge. Alors que le conflit ukrainien se poursuit, le Kremlin s’est exprimé sur l’absence de communication entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine depuis le 28 mai dernier. Lors de la conférence rapportée par l’AFP, le porte-parole du gouvernement russe a affirmé que les discussions avec la France ne sont plus « nécessaires ».

« Tout d’abord, la France est un État inamical au regard des actions qu’elle prend concernant notre pays », explique Dmitri Peskov. « Ils ne s’appellent pas parce qu’ils estiment que le moment n’est pas venu et qu’actuellement ce n’est simplement pas nécessaire. Si la nécessité se fait sentir, ils peuvent s’appeler dans la minute », a-t-il toutefois ajouté.

Il est important de rappeler qu’Emmanuel Macron et Vladimir avaient échangé à plusieurs reprises au cours du mois de février. C’était avant le début de l’offensive russe sur l’Ukraine. Le président français s’était même rendu à Moscou pour rencontrer son homologue russe. De nouvelles discussions avaient également eu lieu en début mars et mai en plein conflit ukrainien.

Lire aussi : Poutine-Macron : Les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

Ces rapprochements ont valu des critiques à Macron lui reprochant de ne pas parvenir à empêcher l’invasion russe contre l’Ukraine.

Homosexualité : vers la nomination d’un ambassadeur aux droits LGBT+ en France

Homosexualité : vers la nomination d’un ambassadeur aux droits LGBT+ en France

La Première ministre du gouvernement Macron, Élisabeth Borne a annoncé jeudi 04 août 2022, la création prochaine d’un poste d’un « ambassadeur aux droits LGBT+ ». Il devrait être « nommé avant la fin de l’année ».

En effet, la Cheffe du Gouvernement français, Elisabeth Borne a annoncé la création d’un poste d’ « ambassadeur aux droits LGBT+ » qui sera « nommé avant la fin de l’année ». « Il défendra la dépénalisation universelle de l’homosexualité et de la transidentité », a-t-elle complété.

« La bataille n’est pas gagnée, il y a encore des étapes à franchir. », a déclaré M. Borne, lors d’une visite du centre LGBT+ (lesbien, gay, bi, trans) d’Orléans, à l’occasion du quarantième anniversaire de l’abrogation des discriminations entre les relations hétérosexuelles et homosexuelles introduites dans le Code pénal par le régime de Vichy.

Lire aussi : France-Afrique : Quand Macron déshabille publiquement le président bissau guinéen (vidéo)

Elisabeth Borne a également annoncé la création d’un fonds de trois millions d’euros pour créer dix nouveaux centres LGBT+ en France et renforcer les 35 qui existent déjà. « Nous voulons qu’il y ait deux centres au moins dans chaque région de l’Hexagone et un centre au moins dans chaque région d’Outre-mer », a-t-elle ajouté.

Gouvernement Borne : la liste complète dévoilée

Gouvernement Borne : la liste complète dévoilée

Nommée première ministre par Emmanuel Macron, le gouvernement Borne vient d’être dévoiler ce vendredi 20 mai 2022. La liste connait quelques changements et réajustements avec l’absence Jean Yves Le Drian.

Ministres

Bruno Le Maire

Ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance

Gérald Darmanin

Ministre de l’Intérieur

Catherine Colonna

Ministre des Affaires étrangères

Éric Dupond-Moretti

Ministre de la Justice et garde des Sceaux

Amélie de Montchalin

Ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires

Pap Ndiaye

Ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse

Sébastien Lecornu

Ministre des Armées

Brigitte Bourguignon

Ministre de la Santé et de la Prévention

Olivier Dussopt

Ministre du Travail

Damien Abad

Ministre de la Solidarité, de l’Autonomie et des Personnes handicapées

Sylvie Retailleau

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Marc Fesneau

Ministre de l’Agriculture

Stanislas Guerini

Ministre de la Fonction publique

Yaël Braun-Pivet

Ministre de l’Outre-Mer

Rima Abdul Malak

Ministre de la Culture

Agnès Pannier-Runacher

Ministre de la Transition énergétique

Amélie Oudéa-Castéra

Ministre des Sports

Le tout premier Conseil des ministres se tiendra, lui, le lundi 23 mai.

Ministres délégués

Auprès de la Première ministre :

Chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne : Olivier Véran

Égalité entre les femmes et les hommes, Diversité et Égalité des chances : Isabelle Rome

Auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Souveraineté industrielle et numérique :

Comptes publics : Gabriel Attal

Auprès du ministre de l’Intérieur et de la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires :

Lire aussi : France : Macron réélu président de la République avec 58,2 % des voix (Ipsos)

Collectivités territoriales : Christophe Béchu

Auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères :

Commerce extérieur et de l’Attractivité : Franck Riester

Europe : Clément Beaune

Secrétaires d’État

Auprès de la Première ministre :

Porte-parole : Olivia Grégoire

Mer : Justine Bénin

Enfance : Charlotte Caubel

Auprès de la ministre de l’Europe et des Affaires étrangères :

Développement : Chrysoula Zacharopoulou

France : Macron réélu président de la République avec 58,2 % des voix

France : Macron réélu président de la République avec 58,2 % des voix (Ipsos)

Emmanuel Macron a été réélu président de la République avec 58,2 % des voix, selon les premières estimations

Challengé par Marine Le Pen, Macron remporte le second tour de l’élection présidentielle selon les premières estimations avec une abstention jamais vue depuis 1969.

C’est la première fois qu’un président est réélu hors cohabitation, selon les premières estimations. Elles ont été calculées par les instituts de sondage à partir de bureaux tests, et seront affinées au cours de la soirée.

Lire aussi : Présidentielle en France : Macron dézingué publiquement : « Je n’ai jamais vu un président aussi nul » (vidéo)

Avec le Monde

Présidentielles en France : « les français sont très ingrats… », fustige le père de Macron  

Présidentielles en France : « les français sont très ingrats », fustige le père de Macron  

Jean-Michel Macron, le père du président de la République française, s’est exprimé dans une rare interview à “L’Est Républicain”. Il a confié approuvé “90%” de ce que fait son fils à la tête de la France et que les Français “sont très ingrats, mais ce n’est pas nouveau.”

Jean-Michel Macron “qui est un peu distant avec son fils” s’exprime très peu dans les médias. Mais à quelques jours du second tour de la présidentielle française, l’homme de 72 ans a décidé de sortir du silence. Dans l’interview, il se dit “confiant” quant à la réélection du candidat-président. “Ce n’est pas comme il y a cinq ans. Je n’ai pas peur, mais c’est toujours un risque”, explique-t-il.

En outre, il confie avoir une “admiration pour la façon dont [Emmanuel Macron] dirige l’État et pour son courage.” “J’approuve 90% de ce qu’il fait. Les Français sont très ingrats, mais ce n’est pas nouveau”, déclare-t-il. “Il a eu beaucoup de mérite à faire front sur tout ce qui lui est tombé sur la tête, notamment le Covid”, lance-t-il.

Lire aussi : Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

“Face à la guerre en Ukraine, il a eu beaucoup de courage. Il n’y a pas beaucoup de dirigeants européens qui ont fait ce qu’il a fait”, ajoute-t-il, notant qu’il n’est “jamais d’accord à 100%” avec son fils.

Avec : 7sur7.be

Mali : retrait sans délai de la France, Macron rejette la décision de la junte et met en garde

Mali : retrait sans délai de la France, Macron rejette la décision de la junte et met en garde

Nous assistons à un vrai bras de fer entre la France et le Mali. La France se retirera « en bon ordre » et ne transigera pas une seconde sur la sécurité de ses soldats, a déclaré en conférence de presse, le président Français Emmanuel Macron.

En effet, suite à la décision du retrait des troupes françaises qui prendra un délai de 4 à 6 mois, la junte militaire a répliqué et demande un départ sans délai.

Le Mali demande aux « autorités françaises à retirer, sans délai, les forces Barkhane et Takuba du territoire national, sous la supervision des autorités maliennes ». Pour la junte militaire, les résultats de neuf ans d’engagement français dans le pays « n’ont pas été satisfaisants ».

Lire aussi : Mali : le départ des troupes françaises ne prendra pas « 4 à 6 mois » comme annoncé par Macron !

Avec un ton ferme, ce vendredi, Macron il a rejeté l’exigence de la junte militaire au pouvoir à Bamako de retirer les soldats français « sans délai » du Mali et a mis en garde contre toute atteinte à leur sécurité.

« Nous avons annoncé la réarticulation du dispositif et il s’appliquera en bon ordre afin d’assurer la sécurité de la mission des Nations unies et de toutes les forces déployées au Mali. Je ne transigerai pas une seconde sur leur sécurité », a averti le patron de l’Elysée à l’issue du 6e sommet entre l’UE et l’Union africaine à Bruxelles.

Mali : « le retrait des Forces françaises prendra 4 à 6 mois », Macron

Mali : « le retrait des Forces françaises prendra 4 à 6 mois », Macron

Dans un communiqué rendu public par l’Elysée, Emmanuel Macron a annoncé le retrait des forces françaises ( les opérations Barkhane et Takuba). Il s’agira d’un retrait coordonné du territoire malien de la France et ses partenaires, a indiqué Macron.

« En raison des multiples obstructions des autorités de transition maliennes, le Canada et les États européens opérant aux côtés de l’opération Barkhane et au sein de la Task Force Takuba estiment que les conditions politiques, opérationnelles et juridiques ne sont plus réunies pour poursuivre efficacement leur engagement militaire actuel » au Mali, indique le communiqué publié peu avant la conférence de presse tenue à l’Elysée.

Le président français dans ses explications lors de la conférence a indiqué que « le retrait des Forces françaises prendra 4 à 6 mois ». Ainsi, au cours de ce processus, « personne ne s’approchera de la base française » jusqu’à ce que le retrait ne soit effectué, clarifie Macron.

Lire aussi : Burkina Faso : terreur des groupes armés à l’est du pays, « l’heure est grave »

Quant aux actions de lutte contre le terrorisme dans le sahel, les Etats européens et le Canada ont annoncé leur intention de « poursuivre leur action conjointe contre le terrorisme dans la région du Sahel, notamment au Niger et dans le Golfe de Guinée, et ont engagé des consultations politiques et militaires avec eux dans l’objectif d’arrêter les paramètres de cette action commune d’ici juin 2022. »

D’importantes décisions prises après que la junte militaire à sa tête le Colonel Assimi Goita veulent repenser une nouvelle stratégie pour la sécurité du Mali demandant le retrait des troupes françaises.

« Macron a refusé de passer le test Covid russe », les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

Poutine-Macron : Les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

La photo du président français Emmanuel Macron discutant avec son homologue russe, Vladimir Poutine à Moscou autour d’une table d’une longueur incongrue.

Alors que plusieurs questions se posaient sur les raisons pour lesquelles il y a eu autant de distance entre le président Russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron, lors de leur rencontre à Moscou, la Russie a apporté la réponse à la question. Moscou a confirmé vendredi que Macron avait été tenu à distance de Vladimir Poutine lors des pourparlers de lundi parce que le dirigeant français avait refusé de passer un test russe au Covid-19 avant leur rencontre.

Selon une déclaration du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, Moscou a compris la position française et donc avait été guidé par la nécessité de protéger Poutine lors de la réunion, où les dirigeants étaient assis aux extrémités opposées d’une table de quatre mètres de long. Il a dit que ce n’était pas une question de politique et n’avait pas affecté les pourparlers.

Lire aussi : Libye : Vladimir Poutine impliqué dans une affaire de drogue

Macron a eu le choix

Macron a eu le choix, ont déclaré des sources connaissant le protocole de santé du président français, accepter un test PCR effectué par les autorités russes ou respecter une distanciation sociale stricte. « Nous savions très bien que cela ne signifiait pas de poignée de main et cette longue table. Mais nous ne pouvions pas accepter qu’ils mettent la main sur l’ADN du président », a déclaré l’une des sources.

Cependant, pourquoi le président français a refusé de faire le test Covid en Russie ? Selon plusieurs sources, Macron craignait un prélèvement de son ADN à son insu. Une autre source dans l’entourage de Macron a déclaré qu’il avait plutôt passé un test PCR avant de quitter la France et avait fait faire un test d’antigène par son propre médecin une fois en Russie. « Les Russes nous ont dit que Poutine devait être maintenu dans une bulle sanitaire stricte », a déclaré la deuxième source.

Le cabinet de Macron a déclaré que le protocole sanitaire russe « ne nous paraissait ni acceptable ni compatible avec nos contraintes d’agenda », évoquant le temps qu’il aurait fallu pour attendre les résultats.

Interrogé sur le vol d’ADN, le cabinet de Macron a déclaré: « Le président a des médecins qui définissent avec lui les règles acceptables ou non au regard de son propre protocole sanitaire. » Le président français a été à la pointe des efforts diplomatiques pour apaiser les tensions entre l’Ukraine et la Russie, et a déclaré après la rencontre de lundi que « les prochains jours seront décisifs ».

Avec Buzzafrik