Mali - Russie : Assimi Goïta et Vladimir Poutine au téléphone, ce qu’ils se sont dit

Mali – Russie : Assimi Goïta et Vladimir Poutine au téléphone, ce qu’ils se sont dit

Le président malien, Assimi Goïta et Poutine se sont échangé par téléphone ce mercredi 10 août 2022 a annoncé dans un tweet le président malien. Une information relayée également par le service de presse du Kremlin.

Dans son tweet, l’actuel homme fort du Mali a indiqué que les échanges ont porté sur les moyens d’intensifier la coopération entre les deux pays.  « J’ai eu un entretien téléphonique avec le Président Poutine. Nous avons évoqué l’appui de la Fédération de Russie à la transition politique malienne et j’ai salué la qualité de notre partenariat respectueux de la souveraineté du Mali et des aspirations de sa population ».

De son coté, Kremlin a évoqué les questions relatives au développement des échanges entre les deux Etats et d’autres sujets.

Lire aussi : Voici pourquoi Emmanuel Adebayor est en Russie

« Assimi Goita a exprimé à Vladimir Poutine sa reconnaissance pour le soutien apporté par la partie russe à son pays. Les deux dirigeants ont évoqué plusieurs questions relatives à la promotion de coopération bilatérale en matière de commerce, d’économie et autres », indique la présidence russe, rapporté par Sputnik Afrique. MM Poutine et Goïta ont également exprimé leur satisfaction face « au niveau de coopération russo-malienne dans le domaine de la politique étrangère, y compris en matière de coordination des positions au sein de l’Onu », précise le média russe.

Vers la fermeture de frontière entre le Burkina et le Mali ?

Vers la fermeture de frontière entre le Burkina et le Mali ?

Il circule sur la toile, une information selon laquelle la frontière entre le Burkina Faso et le Mali seront fermées. En effet, dans un communiqué, le gouvernement réagit et apporte un démenti formel à cette information.

Ainsi, le gouvernement met en garde les auteurs de production de fausses nouvelles et se réserve le droit de leur appliquer toute la rigueur de la loi.

Le gouvernement invite donc le public et plus particulièrement les usagers des réseaux sociaux à ne pas relayer de fausses informations sous peine de tomber sous le coup des lois du pays.

Lire le communiqué ci-dessous :

Lire aussi : Burkina Faso : un mendiant construit un duplex d’un montant colossale

Affaire des 49 militaires ivoiriens : un nouveau ultimatum du Mali

Affaire des 49 militaires ivoiriens : un nouvel ultimatum du Mali

L’affaire des 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali n’a pas encore été renouée entre les deux pays et continue d’alimenter les débats. Dans une note, les autorités aéroportuaires maliennes ont sommé la compagnie aérienne SAS d’expulser toutes les forces étrangères de l’enceinte de l’aéroport international Modibo Keita Bamako-Senou.

En effet, la compagnie SAS, selon les autorités aéroportuaires maliennes, effectue l’accueil et l’hébergement de forces armées étrangères. Ce qui viole les accords signés.

Ainsi, « cet état de fait engendre des risques pour la sureté intérieure et extérieure de l’Etat et constitue une violation de vos obligations contractuelles notamment l’article 2 intitulé « destination du bien » qui stipule que : le bien mis à la disposition du concessionnaire lui est remis à titre strictement personnel pour servir à la construction de bureaux, hangar et à l’aménagement de voies de circulation », indique la note.

Lire aussi : Soldats arrêtés au Mali : Pour L’ONU et RFI, La Côte D’Ivoire Continue De Mentir

Ceci étant, les autorités demandent l’arrêt immédiat des activités d’accueil et d’hébergement et par conséquent réclament le départ des forces étrangères des locaux dans un délai de 72 heures à compter de ce mardi 02 Août 2022.

Mali : attaque du camp de Kati, 2 assaillants tués

Mali : attaque du camp de Kati, 2 assaillants tués

Tôt ce matin, les populations de Kati près de Bamako ont été réveillé sous les coups d’explosions et des tirs nourris. D’après les informations, il s’agit d’une attaque du camp de Kati situé près de la résidence du président Assimi Goita.

Selon les sorties des Forces Armées Maliennes (FAMa), l’attaque a été repoussée avec bilan, deux terroristes tués.

« Les Forces Armées Maliennes ont vigoureusement repoussé une attaque terroriste contre la caserne de Kati. C’était tôt ce matin aux environs de 05h00 avec 02 véhicules piégés bourrés d’explosifs », a annoncé ce vendredi, les FAMa.

Lire aussi : Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

« Le bilan provisoire est de 02 assaillants neutralisés », ajoute l’armée malienne. « La situation est sous contrôle et le ratissage est en cours pour débusquer les auteurs et leurs complices. Le Chef d’Etat-major Général des Armées rassure les populations de vaquer à leurs occupations habituelles », rassure le communiqué.

Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

La relation entre le Mali et la Cote d’Ivoire se détériore davantage. Après l’arrestation des 49 militaires dimanche, le Mali a expulsé mercredi, des soldats ivoiriens de la MINUSMA.

Ils sont une quinzaine de soldats avoir été embarqué par vol Air Côte d’Ivoire en destination d’Abidjan, le mercredi 13 juillet 2022.

Il s’agit du reste du contingent ivoirien NSE, 16 militaires qui attendaient leurs collègues (les 49 militaires arrêtés) pour leur passer les consignes, indique une source.  

Les soldats expulsés étaient sur le sol malien dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA).

Lire aussi : Takuba au Mali : la force européenne a plié bagage

Par ailleurs, la junte malienne a également annoncé ce jeudi 14 juillet, la fin de toutes les rotations militaires de la MINUSMA.

En effet, depuis le dimanche dernier, des soldats ivoiriens (49 au total) ont été arrêté au Mali. Pour la junte, il s’agit des mercenaires et seront traduit en justice. Mais l’Etat ivoirien soutien qu’ils sont envoyés au Mali pour une mission légale.

Mali : la réaction de Macky Sall sur la levée de l’embargo

Mali : la réaction de Macky Sall sur la levée de l’embargo

Le président sénégalais, Macky Sall a réagit sur la levée des sanctions sur le Mali à la suite de la rencontre des Chef d’Etats de la CEDEAO.

Ce dimanche 03 juin à Accra, la CEDEAO a levé les sanctions commerciales et financières que subit le Mali depuis janvier. Ceci, après le putsch des militaires qui ont renversé le pouvoir de Ibrahima Boubacar Keita (IBK).

Les présidents ouest africains ont également validé le nouveau calendrier proposé par la junte d’une période de transition allant jusqu’à mars 2024.

Lire aussi : «L’Afrique n’est plus un continent d’esclaves», Alpha Blondy aux occidentaux

Ainsi, sur son compte social twitter, parue le même jour, le président en exercice de l’Union Africaine, président du Sénégal Macky Sall a salué la levée de l’embargo économique, commercial et financier contre le Mali. Ce, pour accompagner les efforts de la Transition en cours.

« Félicitations au Président Umaro Sissoco Embaló, élu Président en exercice de la CEDEAO. Je salue la levée de l’embargo économique, commercial et financier contre le Mali, pour accompagner les efforts de la Transition en cours. », s’est-il réjoui.

Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

Urgent : le Mali annonce son retrait du G5 Sahel

Le Mali a annoncé dimanche soir son retrait du G5 Sahel et de sa force militaire antijihadiste pour protester contre le refus qui lui est opposé d’assurer la présidence de cette organisation régionale formée avec la Mauritanie, le Tchad, le Burkina et le Niger, dans un communiqué.

Lire aussi : Mali : Jean Yves Le Drian Et Son Fils Convoqués Par La Justice Malienne

« Le gouvernement du Mali décide de se retirer de tous les organes et instances du G5 Sahel, y compris la Force conjointe » antijihadiste, indique ce communiqué. Le groupe a été créé en 2014 et sa force antijihadiste lancée en 2017.

Barrages Qatar 2022 : après l’Algérie, le Mali saisi la FIFA

Barrages Qatar 2022 : après l’Algérie, le Mali saisit la FIFA

Les erreurs d’arbitrages ont été largement relevées lors des barrages Qatar 2022 notamment entre les Algérie Cameroun et Mali vs Tunisie. Contestés par l’Algérie et le Mali, les deux nations ont déposé des recours auprès de la FIFA.

En effet, le président de la fédération malienne Mamoutou Touré dans une conférence de presse jeudi a indiqué que le Mali a effectivement déposé un recours. Pour raison, le but refusé à Diadie Samassekou, au match retour.

Lire aussi : Tirage au sort CDM : voici le calendrier complet des poules

« À la 5e minute, nous avons marqué un but qui a été refusé. Immédiatement après le match nous avons formulé une requête que nous avons envoyée par le biais du commissaire au match à la FIFA. Donc nous avons fait une requête à la FIFA pour ce que nous qualifions d’erreur d’arbitrage. C’est une grosse déception pour notre pays, quand on voit ce que ces jeunes ont produit et que nous ne sommes pas à la Coupe du monde, il y a de la peine », a annoncé le président de la FEMAFOOT.

Mali : décès de Diango Cissoko, ancien Premier ministre

Mali : décès d’un autre ancien Premier ministre

Le Mali perd de nouveau, un ancien Premier ministre. Il s’agit de Diango Cissoko, ex Premier ministre de la transition du 11 décembre 2012 au 5 septembre 2013. Figure politique du Mali, Diango Cissoko a rendu l’âme ce lundi 4 avril 2022 à l’âge de 74 ans.  

Il a autrefois, occupé plusieurs postes dans la fonction publique. Il fut ministre de la Justice de 1984 à 1999. Ensuite Secrétaire général de la présidence de la République de 1988 à 1991 ; puis Médiateur de la République.

Lire aussi : Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

Administrateur civil diplômé de l’École nationale de l’administration du Mali. Diango Cissoko est titulaire d’un doctorat d’État en droit de l’université de Rouen. Pour l’instant, les causes de son décès ne sont pas encore révélées.

Une douloureuse disparition que vient de connaitre l’Etat malien, après celle de l’ancien Premier ministre, Soumeylou Boubèye Maïga décédé le 21 mars dernier.

Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

Désormais, le service militaire au Mali devient obligatoire pour toutes les nouvelles recrues à la fonction publique. La décision vient du président de la transition, le colonel Assimi Goïta lors d’une cérémonie du service national des jeunes.

Au total, 700 jeunes admises à la fonction public ont été formé sur des services militaires notamment les tactiques, la photographie et d’armement.

En effet, Assimi Goïta a présidé la cérémonie de présentation au drapeau, des jeunes admis à la fonction publique et bénéficiaire de la formation du service militaire. Elle s’est tenue à la Place d’armes du Génie militaire de Bamako ce jeudi 31 mars 2022.

« Cette formation s’inscrit dans la droite ligne de la refondation de notre système de gouvernance en général et plus particulièrement celle relative à la Défense et à la Sécurité », a déclaré le président de la transition.

Lire aussi : Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

Et de poursuivre : « nous entendons inculquer l’esprit de patriotisme, l’esprit de civisme, le sens de nos valeurs et surtout la défense de la patrie. Ces désormais ex-recrues du Service National des Jeunes (SNJ) pourraient servir de courroie de transmission entre la population et l’État dans le cadre de la collaboration entre les Forces Armées de Défense et de Sécurité ».

Désormais, tous ceux qui sont retenus dans la fonction publique passeront par ce processus avant de rejoindre leurs lieux de déploiement dans le cadre de l’administration, selon le chef de l’État qui travaille à la création de la Réserve opérationnelle concernant la Défense opérationnelle du territoire. Cette « Réserve » sera rattachée au ministère de la Défense pour des besoins de déploiement sur le théâtre des opérations en cas de nécessité.