Manifestations au Tchad : impliquée dans l’affaire, la France réagit

Manifestations au Tchad : impliquée dans l’affaire, la France réagit

Bilan affreux des manifestations au Tchad, où l’on dénombre une cinquantaine de morts et une centaine de blessé par balles. Cette journée du 20 octobre sera gravée dans les mémoires. Ndjamena, la capitale tchadienne a été sous le coup de feu et des tirs à balles réelles. En effet, une grande manifestation de la population s’est éclatée avec la riposte sanglante des autorités.

Le motif n’est autre que l’opposition de la population au maintien au pouvoir de Mahamat Idriss Deby comme président de la transition.

Ainsi, sur la toile, les réactions fustigent de partout attaquant la France d’être impliquée, l’ambassade de France au Tchad a réagi dans un communiqué.

Lire aussi : Urgent : tensions en Sierra Leone, la Guinée ferme ses frontières

Le pays d’Emmanuel Macron, a indiqué qu’il «ne joue aucun rôle dans ces événements, qui relèvent strictement de la politique intérieure du Tchad. » Et d’ajouter les fausses informations sur une prétendue implication de la France n’ont aucun fondement. » Elle condamne par la même occasion, les actes qui se sont déroulés ce matin dans le pays. 

tensions en Sierra Leone, la Guinée ferme ses frontières

Urgent : tensions en Sierra Leone, la Guinée ferme ses frontières

Les tensions en Sierra Leone oblige la Guinée a prendre des mesures provoquant un climat très tendu actuellement entre les deux pays.

En effet, suite aux affrontements sanglants qui ont lieu ce 10 août à Freetown, le gouvernement guinéen a fermé ses frontières à son voisin, apprend-on d’une source frontalière.

Lire aussi : Sierra Leone : Une manif contre la vie chère vire au drame (vidéo)

Pour rappel, une manifestation pacifique a viré au drame dans la journée. Plusieurs morts et blessés ont été signalés, dont deux policiers lynchés par des manifestants en furie.

Nous y reviendrons.

Sierra Leone : Une manif contre la vie chère vire au drame

Sierra Leone : Une manif contre la vie chère vire au drame (vidéo)

Un rassemblement pacifique à Freetown (Sierra Leone) a dégénéré et conduit à la mort de plusieurs personnes ce 10 août. Initiée par des femmes commerçantes, la manifestation contre la cherté de la vie dans le pays, a viré en émeutes avec des dégâts catastrophiques.

Personne ne s’attendait à telle flambée de violence. Selon les informations, les forces de l’ordre chargées de disperser les manifestants avaient tiré à balles réelles sur la foule. Résultat : des dizaines de blessés sont actuellement à l’hôpital Cannaught et deux policiers ont été lynchés à mort par des manifestants en colère.

En effet, des centaines de femmes s’étaient rassemblées pour protester contre l’inflation sur les marchés. Malheureusement, cette marche pacifique a rapidement tourné au drame, à tel point que l’armée a dû intervenir en renfort à la police débordée dans des quartiers.

Dans cette vague de violence, plusieurs personnes ont été touchées par balles et deux policiers victimes de la vindicte populaire.

Lire aussi : Homosexualité : vers la nomination d’un ambassadeur aux droits LGBT+ en France

Le gouvernement a dû, dans la soirée, pris des mesures sécuritaires fortes. Un couvre-feu a été annoncé par le vice-président Mohamed Juldeh Jalloh, qui a confirmé la mort de « Sierra-Léonais innocents, dont des membres des forces de sécurité ».

Après la fuite de Gotabaya Rajapaksa, les manifestants fête

Sri Lanka : les manifestants en fête dans la résidence du président

Au Sri Lanka, les manifestants réclamant la démission du président Gotabaya Rajapaksa lui ont délogé de sa résidence de Colombo. En effet, un soulèvement populaire s’est déclenché suite à une crise économique qui plongeait le pays dans le gouffre.

Les troubles ont commencé quand la population ne pouvait plus supporter l’inflation galopante des produits de première nécessité et la coupure intempestive du courant. Ainsi, des milliers de manifestants, pour demander la démission du président de la République pour mauvaise gestion, campaient devant sa résidence depuis des mois.

Ce samedi ils ont pris d’assaut sa résidence à Colombo ce qui lui a contraint de prendre la poudre d’escampette quelques heures avant l’envahissement.  

Lire aussi : Togo : explosion d’une mine artisanale faisant 7 morts à Dapaong

Des images devenues virales sur la toile, montrent des milliers de manifestants dans la résidence du président. Certains sur le lit dans la chambre à coucher faisant des photos selfies, d’autres dans le canapé et d’autres dans la piscine en train de nager.

D’après les manifestants, ils seront toujours dans la résidence tant que le président ne prononce pas sa démission. Ce dernier a annoncé depuis son lieu de refuge qu’il démissionnerait le 13 juillet prochain.

Concert de casseroles au Sénégal : le geste de ce taxi fait jaser

Concert de casseroles au Sénégal : le geste de ce taxi fait jaser (vidéo)

La capitale sénégalaise a vibré au son d’un concert de casseroles mercredi pour envoyer un message au président de la République Macky Sall. C’est sur l’initiative de l’opposant Ousmane Sonko, leader de Pastef. Un appel que les sénégalais ont répondu en envahissant les rues de la capitale.

Tapant ustensiles de cuisine, klaxons, l’appel a été observé un peu partout en commençant par l’université Cheikh Anta Diop.

Dans la foulée, le geste de manifestation d’un taxi a retenu l’attention et fait jaser sur la toile. En effet, le conducteur de la voiture n’ayant pas le temps de sortir et se manifester en bon et du forme, à attacher le couvercle d’une marmite au derrière de sa voiture. Une vidéo captée et massivement partagée sur la toile.

Lire aussi : Ce footballeur surpris en flagrant délit d’adultère (vidéo)

Ce mouvement de protestation est intervenu après que l’opposant estime que Macky Sall a des intentions de briguer un troisième mandat présidentiel.

« Que tout le Sénégal bruisse et que Macky Sall comprenne que les Sénégalais ne sont pas d’accord avec ses velléités dictatoriales ni avec son projet funeste de troisième mandat », a déclaré Ousmane Sonko lundi.

Togo/ Présidentielle : manifestation illégale, La riposte des autorités

Le communiqué publié hier par le Ministère de l’Administration Territoriale condamne la manifestation de la dynamique de Mgr Kpodzro car n’ayant pas suivie la voix légale donc interdite.

Lire aussi : Un premier cas du Coronavirus en Afrique subsaharienne

Les quelques militants qui ont répondu à l’appel du Monseigneur,  n’ont pas eu la chance de démarrer la manifestation. Les coups de gaz lacrymogènes ont dispersé les rassemblants

Le calme est revenu après quelques minutes…