Attaque terroriste au Burkina : migration massive des burkinabè au Togo

Attaque terroriste au Burkina : migration massive des burkinabè au Togo

Les attaque terroriste sans cessent au Burkina Faso mettent mal à l’aise les populations. La dernière frappe terroriste à la frontière Burkina-Togo a fait état de 11 soldats burkinabé tués. Une situation qui a provoqué le déplacement massif de 600 personnes au nord du Togo.

Ce lundi, Mamoudou Ouoba, le porte-parole des déplacés du Faso a exhorté tous les citoyens togolais à une collaboration avec les autorités militaires. « Nous demandons aux populations togolaises de s’impliquer et de travailler aux côtés des forces de défense et de sécurité dans ce combat contre le terrorisme. C’est ce qui a beaucoup manqué chez nous ».

Ces réfugiés se sont installés dans la région des Savanes après avoir fui les attaques jihadistes à Madjoari dans la province de Kompienga le 19 mai dernier. Ainsi, selon les informations, les autorités togolaises auraient pris des dispositions pour accueillir ces réfugiés.

Lire aussi : Nouvelle attaque terroriste : le message de Patrice Talon à Faure Gnassingbé  

Pour rappel, du côté togolais les deux frappes terroristes dans le Kpendjal au nord du pays a amené lundi les autorités a instauré un état d’urgence sécuritaire dans les savanes.

Une mesure qui permettra de renforcer la célérité de la prise des décisions et facilitera une meilleure agilité des services publics et des forces de défense et de sécurité.

Perside Katanga

Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

Assimi Goïta rend obligatoire le service militaire au Mali pour les admis à la fonction publique

Désormais, le service militaire au Mali devient obligatoire pour toutes les nouvelles recrues à la fonction publique. La décision vient du président de la transition, le colonel Assimi Goïta lors d’une cérémonie du service national des jeunes.

Au total, 700 jeunes admises à la fonction public ont été formé sur des services militaires notamment les tactiques, la photographie et d’armement.

En effet, Assimi Goïta a présidé la cérémonie de présentation au drapeau, des jeunes admis à la fonction publique et bénéficiaire de la formation du service militaire. Elle s’est tenue à la Place d’armes du Génie militaire de Bamako ce jeudi 31 mars 2022.

« Cette formation s’inscrit dans la droite ligne de la refondation de notre système de gouvernance en général et plus particulièrement celle relative à la Défense et à la Sécurité », a déclaré le président de la transition.

Lire aussi : Tensions Mali-France : un ancien ministre sous Chirac dézingue Macron et Yves Le Drian

Et de poursuivre : « nous entendons inculquer l’esprit de patriotisme, l’esprit de civisme, le sens de nos valeurs et surtout la défense de la patrie. Ces désormais ex-recrues du Service National des Jeunes (SNJ) pourraient servir de courroie de transmission entre la population et l’État dans le cadre de la collaboration entre les Forces Armées de Défense et de Sécurité ».

Désormais, tous ceux qui sont retenus dans la fonction publique passeront par ce processus avant de rejoindre leurs lieux de déploiement dans le cadre de l’administration, selon le chef de l’État qui travaille à la création de la Réserve opérationnelle concernant la Défense opérationnelle du territoire. Cette « Réserve » sera rattachée au ministère de la Défense pour des besoins de déploiement sur le théâtre des opérations en cas de nécessité.

Togo / Lac 2: un militaire noyé à cause d’un sac de gari, les faits

Togo / Lac 2: un militaire décédé à cause d’un sac de gari, les faits

Un drame s’est produit le lundi 06 dernier à Agouégan dans le Lac2 aux environs de 17H. Là-bas, un militaire qui ne sait pas nager, s’est jeté à l’eau pour rattraper un jeune. Malheureusement, la partie s’est mal terminée. L’homme en tenue ne maîtrisant pas la nage, n’a pas atteint son objectif.

Selon les informations, le lundi dernier, s’est éclaté une vive altercation entre un militaire et un jeune béninois au bord de la lagune. Au centre de l’altercation, un sac de la farine de manioc communément appelé Gari acheté par le jeune béninois pour regagner l’autre rive.

C’est là où va naître une incompréhension entre l’homme en tenue et le jeune béninois. De l’avis d’un témoin, l’homme en kaki n’a pas voulu laisser le jeune avec le sac de gari sous prétexte qu’au Togo, il est interdit que les produits de premières nécessité ne soient plus vendus hors du Togo. Mais, le jeune béninois n’a pas voulu céder.

Lire aussi : Fait divers: Il obtient son bac en 2020 après plusieurs échecs et meurt en 2021

C’est alors que le jeune va alors se jeter dans l’eau pour regagner l’autre rive. C’est dans ce jeu que le militaire en uniforme, ne maîtrisant pas la nage, va se jeter à son tour dans l’eau à la poursuite du jeune homme. Et voilà. Tout bascule.

Le militaire s’est noyé dans la lagune. Des recherches ont permis à une équipe de recherche de le retrouver mais sans souffle de vie.

Info d’un Anonyme à Agouégan

Avec Togotimes

Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

Togo: le Policier qui a tué le jeune Mohamed est viré et mis à la disposition de la justice

225 policiers et de la gendarmerie avaient été sanctionnés au cours de l’année 2020 pour des fautes graves. L’information a été donnée par le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le Général Yark Damehane en conférence de presse le jeudi 21 janvier 2021.

À la suite, un document confidentiel nous a révélé le cas d’un policier qui a fait usage de son arme, abattant ainsi froidement un jeune qui se battait avec deux militaires. Comme on pouvait s’y attendre, ce dernier a également été viré du corps et mis à disposition de la justice.

Sans pour autant l’affirmer ouvertement, il nous semble que cette scène ressemble fort à celle ayant entraîné la mort du jeune Mohamed au quartier Avédji Sun City en mai 2020. Scène au cours de laquelle un agent des forces de l’ordre avait abattu de sang-froid, un jeune homme, laveur de voitures qui avait eu une altercation avec deux éléments des Forces Armées Togolaises (FAT).

Rappelons pour mémoire, qu’au cours de l’année 2020, au total 225 policiers et gendarmes ont été sanctionnés. Parmi ceux-ci, 216 agents dont 79 policiers et 137 gendarmes ont écopé d’un mois d’arrêt de rigueur pour « indiscipline, inconscience professionnelle, négligence, abandon de poste, vol, racket, cupidité et indélicatesse. Quatre (4) policiers impliqués dans des trafics de tous genres, usage excessif de la force, violences volontaires et bavures ont été exclus pour six mois.

Lire aussi : Togo / sécurité: Cinq policiers virés de leurs fonctions pour fautes graves, voici ce qu’ils ont fait