• NW TV 23 2
Nigeria : saisie définitive des propriétés de l'ex ministre du pétrole

Nigeria : saisie définitive des propriétés d’une ministre de Goodluck Jonathan

Un tribunal nigérian a ordonné la saisie définitive de deux propriétés et de voitures appartenant à l’ancienne ministre du pétrole, Diezani Alison-Madueke. Elle est poursuivie par des allégations de corruption. Ce qu’elle ne reconnait pas.

L’information a été rendue publique lundi par la commission des crimes économiques du pays, dans la dernière décision liée aux allégations de corruption à son encontre.

Alison-Madueke a été membre de 2010 à 2015, du gouvernement de l’ancien président Goodluck Jonathan et a occupé le poste de ministre du pétrole.

Lire aussi : Nigeria : Vers une interdiction de consommation d’Akpaman » (Peau de bœuf)

La Commission des crimes économiques et financiers (EFCC) a déclaré dans un communiqué que le juge de la Haute Cour Mobolaji Olajuwon a prononcé la confiscation définitive des maisons et des voitures de l’ancienne ministre, d’une valeur de 3 millions de dollars, à Abuja.

Un tribunal a déjà ordonné la saisie de sa propriété haut de gamme dans la capitale commerciale Lagos et a gelé des fonds qui feraient partie du loyer perçu de la propriété.

En 2017, le ministère américain de la Justice a déposé une plainte civile visant à récupérer environ 144 millions de dollars d’actifs prétendument obtenus grâce à des pots-de-vin versés à l’ancienne ministre.

Nigeria : Vers une interdiction de consommation d'Akpaman" (Peau de bœuf)

Nigeria : Vers une interdiction de consommation d’Akpaman » (Peau de bœuf)

Une décision du genre au Togo serait bien mauvaise pour les vendeuses d’ayimolou. Le gouvernement fédéral du Nigeria veut interdire la consommation de la peau de bœuf, communément appelée « Akpaman » ou « Pomo ». Une législation contre de cette « viande » est en train d’être mis en place.

La décision fait suite à une déclaration du directeur général de l’Institut Nigérian de la technologie du cuir et des Sciences (NILEST). La peau de bœuf a peu de valeur nutritive pour l’organisme humain. Et le processus pour la réaliser provoque plus de dégâts sur la santé de l’homme. Sa fabrication détruit les tanneries peu à peu et freine également le secteur de cuir dans le pays. Afin de sauver l’industrie et renforcer l’économie du pays, Muhammad Yakubu directeur général NILEST suggère à l’État une interdiction de sa consommation.

“À ma connaissance, les Nigérians sont les seuls au monde à surévaluer la peau de bœuf comme nourriture, après tout, le Pomo n’a aucune valeur nutritionnelle. À un moment donné, il y a eu une motion devant les deux chambres de l’Assemblée nationale, elle a été débattue, mais je ne sais pas comment l’affaire a terminé », a-t-il déclaré.

Lire aussi : Nigeria : règlement de comptes par sextapes entre deux jeunes filles

La forte consommation de peau de bœuf est en partie responsable de l’état comateux actuel des tanneries du Nigeria. Elle a entraîné un ralentissement dans la politique nationale du cuir. Afin de relancer le secteur, Yakubu a appelé les parties prenantes à soutenir la législation et la politique nationale.

“Si nos tanneries, notre production de chaussures et de cuir fonctionnent bien au Nigeria, les gens auront à peine du pomo à acheter et à manger. Une fois pleinement mis en œuvre, il redresserait la plupart des tanneries comateuses.”

Nigeria : Une ado de 17 ans arrêtée pour avoir refusé les avances d'un vieil homme

Nigeria : Une ado de 17 ans arrêtée pour avoir refusé les avances d’un vieil homme

L’information divulguée par un groupe de défense des droits de l’homme fait la une des médias au Nigeria. Une ado de 17 ans a été arrêtée par la police pour avoir refusé les avances sexuelles d’un homme d’âge avancé. Les faits se sont déroulés dans l’État de Rivers.

Un homme, identifié sous le nom de M. James, a porté plainte contre une jeune fille de 17 ans. Cette dernière lui devait 17 000 nairas, a-t-il affirmé à la police. En effet, le monsieur aurait donné à la mineure ledit montant en petits versements alors qu’il la courtisait.

Lire aussi : Chine : un nigérian s’écroule et meurt en plein jeu de foot

Lorsqu’elle a refusé ses avances s3xuelles, il a exigé qu’elle rembourse l’intégralité de l’argent. L’adolescente a refusé et alléguait qu’il lui avait « offert » l’argent de son plein gré. Ce qui a incité l’homme à inviter la police à l’arrêter.

La vérité finit toujours par voir le jour. Après avoir écouté les deux parties, le chef de la police a finalement mis en liberté l’ado de 17 ans. Quant à l’homme, il a sérieusement été averti pour harcèlement de mineure, mais a finalement été libéré à son tour, à cause de son âgé avancé.

Nigéria :  le gouvernement interdit l'utilisation des mannequins étrangers dans les publicités

Nigéria :  le gouvernement interdit des mannequins étrangers dans les publicités

Au Nigéria, les mannequins étrangers et des voix off aux accents britanniques ne poseront plus dans les publicités nationales. Une décision prise par les autorités nigérianes notamment le Conseil de réglementation de la publicité du Nigéria (l’équivalent de l’ARPP en France).

L’objectif selon les autorités du pays, est d’encourager la promotion par des marques de la population locale et agir par conséquent sur la croissance économique.

« Toutes les publicités, tous les supports de communication marketing ciblés ou exposés sur l’espace publicitaire nigérian doivent utiliser uniquement des mannequins et des artistes de doublage nigérians », a déclaré Steve Babaeko, président du Conseil de réglementation de la publicité du Nigéria (ARCON).

Lire aussi : Bénin : l’Eglise catholique lance « ICTUS BANK », son institution financière

Une première dans le monde et saluée par les publicitaires du Nigéria. Ainsi, à part les campagnes déjà existantes, les entreprises qui n’obéiront pas à cette nouvelle règle tomberont sous le coup de la loi. Elles paieront une taxe de 100 000 nairas, soit approximativement 240 euros par modèle étranger employé dans une publicité.

Soulignons que l’initiative s’inscrit dans la continuité des lois déjà en vigueur qui imposaient aux entreprises de payer des taxes et des charges supplémentaires pour tous les employés étrangers qu’elles embauchaient.

Nigeria : 72 œuvres pillées au Royaume du Benin de retour au bercail

72 œuvres pillées au Royaume du Benin de retour au bercail

La bataille continue pour la restitution des œuvres pillées en Afrique par les occidentaux. Dans une annonce faite dimanche, le musée Horniman de Londres a annoncé la restitution de 72 œuvres.

Dans les prochains jours, le Royaume du Bénin, situé dans l’actuel sud-ouest du Nigeria, recevra des œuvres pillées par les colons en 1897. Il s’agit de 72 objets dont 12 plaques de laitons appelées « bronzes du Bénin ».

Le Horniman a déclaré que la Commission nationale des musées et des monuments du Nigeria (NCMM) avait demandé le retour des artefacts au début de l’année. « Les preuves sont très claires que ces objets ont été acquis par la force, et une consultation externe nous a confortés dans l’idée qu’il est à la fois moral et approprié de rendre leur propriété au Nigeria », a déclaré Eve Salomon, présidente des administrateurs du Horniman Museum and Gardens.

Lire aussi : Bénin : lécher le vag1n d’une femme est dangereux, Florent Eustache

« Le Horniman est heureux de pouvoir franchir cette étape et nous sommes impatients de travailler avec le NCMM pour assurer la conservation à long terme de ces précieux objets. » Le directeur général du NCMM, Abba Tijani, s’est félicité de cette décision et a déclaré qu’il était impatient de discuter d’accords de prêt et de collaborations avec le Horniman. Les retours sont susceptibles d’accroître la pression sur le British Museum de Londres, qui détient de loin la plus grande et la plus importante collection de bronzes du Bénin.

CAN 2025 : probable co-organisation du Bénin, cette information qui confirme

CAN 2025 : cette information confirme la probable co-organisation avec le Bénin

Les suspicions sur la probable co-organisation de la CAN 2025 du Bénin avec le Nigéria pourrait devenir réelles. Une récente sortie du président de la Fédération nigériane de football (NFF) et membre du comité exécutif de la CAF, Amaju Pinnick, confirme l’information.

« Nous sommes en train de préparer une candidature pour l’organisation conjointe du tournoi (la CAN 2025, ndlr) avec la République du Bénin. Le ministre des Sports a donné son aval à cette candidature », à déclarer Amaju lors d’une visite dans l’Etat de Lagos.

En effet, cette suggestion du Nigéria est très prise au sérieux par le Bénin qui rêve d’organiser cette grande messe continentale de football. Le pays s’est même lancé dans la construction des stades de football. On parle de 22 stades en chantier au Bénin.

Lire aussi : Super League africaine de la CAF : Voici les conditions que les clubs doivent remplir

Si pour l’instant, l’organisation de la compétition est officiellement remise au Guinée Conakry, elle pourrait lui être retirée. Ceci, à l’issue d’une visite de la CAF qui estime que le pays ne rempli pas toutes les conditions.

Ainsi, le Bénin pourrait être co-organisateur de la 35è édition de la Coupe d’Afrique des nations avec le Nigéria.

Nouvelle attaque au Nigéria : au moins 21 personnes tuées

Nouvelle attaque au Nigéria : au moins 21 personnes tuées par des hommes armés dans une église

Le dimanche 05 juin 2022, les populations ont été victimes d’une nouvelle attaque au Nigéria. En effet, un groupe d’ assaillants non encore identifiés a attaqué des fidèles dans une église catholique à Owo. C’est-à-dire dans le sud-ouest du Nigéria. 

C’était en fait, la fête de la Pentecôte à l’église catholique Saint-François. Selon un premier bilan communiqué lundi par les autorités locales, cette nouvelle attaque a fait au moins 21 morts dont des enfants et une quarantaine de blessés.

Une nouvelle attaque meurtrière 

En effet, les premiers tirs ont retenti à la mi-journée, lorsque les fidèles ont commencé à sortir de l’église. Cette nouvelle attaque, dénoncée comme un « meurtre odieux de fidèles » par le président nigérian Muhammadu Buhari n’a pas été revendiquée dans l’immédiat.

L’évêque ainsi que le gouverneur de l’État se sont immédiatement rendus sur place. Ce dernier a parlé d’un « dimanche noir » et d’une attaque « vile et satanique ». Le pape François lui-même, à Rome, a fait savoir qu’il « priait pour les victimes et pour le pays ».

Par ailleurs, Amnesty International a constaté lundi que « Ce qu’il s’est passé à Owo révèle l’impunité des groupes armés qui pullulent à travers le Nigeria ». L’ONG demande ensuite justice pour les victimes de cette attaque « qui dénote d’un total mépris de la vie humaine ».

Lire aussi : Un gendarme tué au Grand marché : voici ce qui s’est réellement passé

Des condamnations communes

Le monde politique nigérian a unanimement condamné ce drame, qui survient en pleine primaire de l’APC pour choisir son futur candidat à la présidentielle.

Le vice-président Yemi Osinbajo a fait le déplacement le lundi, ainsi que l’ancien gouverneur de Lagos, Bola Tinubu, qui a annoncé une grosse donation aux familles des victimes et à l’église d’Owo.

Notons que cette région  a été épargnée des attaques violentes ces dernières années comparativement à d’autres régions secouées par des attaques de groupes djihadistes.

Variole du singe : le Nigéria enregistre un premier décès

Variole du singe : le Nigéria enregistre un premier décès

Premier cas détecté le 7 mai dernier en Angleterre, le Monkeypox encore appelé la variole du singe, gagne le terrain et fait une première victime en Afrique de l’ouest. 

En effet, le Nigéria Center for Disease Control (NCDC) a annoncé dans un communiqué le 28 mai 2022, un premier décès. Il s’agit d’un patient de 40 ans qui avait une comorbidité sous-jacente et qui prenait des médicaments immunosuppresseurs.

Selon le NCDC, un total de 21 cas confirmé a été signalé dans neufs Etats ainsi que dans le territoire de la capitale (FCT).

Parmi les 21 cas signalés en 2022 jusqu’à présent, il n’y avait « aucune preuve d’une transmission nouvelle ou inhabituelle du virus, ni de changements dans sa manifestation clinique documentés (y compris les symptômes, le profil et la virulence) ».

Lire aussi : Monkeypox, le nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

Le directeur par intérim de l’agence dit qu’il « espère que les pays riches n’accumuleront pas de vaccins pendant l’épidémie actuelle de monkeypox, comme ils l’ont fait avec les piqûres contre le COVID-19 ».

Le Monkeypox rappelons-le, est une infection virale rare qui ne se propage pas facilement entre les personnes. C’est une maladie bénigne spontanément résolutive et la plupart des gens se rétablissent en quelques semaines. Cependant, une maladie grave peut survenir chez certaines personnes.

Le reposoir du pasteur TB Joshua ravagé par le "feu de l’enfer"

Le reposoir du pasteur TB Joshua ravagé par le « feu de l’enfer »

L’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA) a confirmé qu’un incendie a détruit une partie de l’abri funéraire du défunt pasteur TB Joshua le mercredi 27 avril.

Selon l’agence, l’enfer a également touché un bâtiment où le défunt chef de la Synagogue Church of All Nations avait l’habitude de se détendre

Cependant, aucune victime n’ayant été enregistrée, les pompiers de l’État de Lagos ont déclaré que l’enfer avait été éteint et qu’il avait été empêché de se propager.

L’abri funéraire du défunt fondateur de l’Église Synagogue de Toutes les Nations, le Prophète Temitope Joshua, dans le quartier Agodo d’Ikotun, à Lagos, a été le mercredi 27 avril ravagé par un incendie. Confirmant le développement à Punch mercredi, Ibrahim Farinloye, le coordinateur par intérim de l’Agence nationale de gestion des urgences (NEMA), a révélé que l’enfer avait été éteint.

Farinloye a ajouté que l’incendie avait commencé dans un bâtiment appartenant à feu TB Joshua . Le coordinateur de la NEMA a révélé que le bâtiment est l’endroit où le défunt pasteur se rendait habituellement pour se détendre de son vivant.

Lire aussi : Nigéria: le célèbre pasteur T.B Joshua sera inhumé demain, quelques photos de ses obsèques (âme sensible s’abstenir)

« L’incident s’est produit dans un bâtiment appartenant au défunt pasteur. Le défunt pasteur s’y rendait généralement pour se détendre et méditer. Les pompiers fédéraux sont intervenus pour éteindre le feu. Un incendie affecte l’abri de la tombe du pasteur TB Joshua Pour sa part, la chef des services d’incendie et de secours de l’État de Lagos, Margaret Adeseye, a déclaré que l’incendie avait touché une partie de l’abri funéraire du défunt pasteur.

« Mais nous avons pu le réduire et il ne s’est pas propagé au-delà de son point de départ. Nous n’avons pas encore identifié la cause de l’incendie. », a t-elle ajouté

Barrage Qatar 2022 : l’après match Nigéria-Ghana fait un mort dans le stade

Barrage Qatar 2022 : l’après match Nigéria-Ghana fait un mort dans le stade (Photo)

Les Supers Eagles recevaient à domicile les blacks stars, (Nigéria-Ghana), dans le compte des retours des barrages Qatar 2022. Le match s’est soldé par la victoire des ghanéens après un nul de 1 but à 1 avec le Nigéria.

Une défaite des Supers Eagles qui a provoqué de violentes manifestations chez les supporters sur le stade. Les supporters ont envahi l’air de jeu en saccageant les infrastructures pour exprimer leur colère. Dans la foulée, Ils ont attaqué un membre du staff de la CAF. Le nommé Joseph Kabungo de nationalité zambienne, médecin officiel de la CAF préposé au contrôle antidopage a succombé suite aux attaques des supporters.

Lire aussi : « C’est ridicule de jouer la Coupe du monde au Qatar », Van Gaal dézingue la FIFA

Son décès a été confirmé par sa fédération dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux. « Le médecin zambien aurait été frappé puis piétiné après une chute, et que les tentatives de réanimation avec masque à oxygène, par la suite, n’ont pas réussi à ramener l’officiel en vie… », a publié un journaliste sur Twitter.

Joseph Kabungo nationalité zambienne, médecin officiel de la CAF

Pour rappel, la rencontre entre le Nigéria et le Ghana en aller s’est soldé par un match nul (0-0) et le retour également par un nul (1-1). Le Ghana l’emporte ainsi par but marqué à l’extérieur comme l’impose les règles de la FIFA.