• NW TV 23 2
Burkina : le Togo aurait renvoyer 3 officiers de Damiba aux nouveaux putschistes

Burkina : le Togo aurait renvoyer 3 officiers de Damiba aux nouveaux putschistes

Rebondissement dans le putsch contre le pouvoir de Damiba les 29, 30 septembre et 1er octobre derniers. A en croire les informations, les officiers réfugiés avec l’ex président Paul-Henri Damiba à Lomé mènent des actions de déstabilisation du nouveau pouvoir burkinabé depuis leur exil. 

Ainsi, soupçonnés par le pouvoir togolais, ces derniers auraient été remis au nouveau gouvernement burkinabé. Il s’agit des capitaines Sidsoré Abdoul Kader Ouédraogo, Hassan Salem Diallo et Didas Charles Ouédraogo, tous des pilotes d’hélicoptères de l’armée de l’air burkinabè.

 » Selon nos sources, les autorités togolaises soupçonnent ces officiers de comploter depuis Lomé pour la déstabilisation du nouveau pouvoir burkinabé. Des messages interceptés par les hommes du Président Ibrahim Traoré auraient trahi les trois capitaines sur leurs intentions d’en découdre avec le MPSR II. Ce qui aurait poussé Lomé à les renvoyer dans leur pays. 

Lire aussi : Burkina Faso : En prison, le Général Diendéré reconnu coupable d’un autre assassinat

Aussitôt arrivés à Ouagadougou il y a trois jours, les trois jeunes officiers auraient été placés en résidence surveillée. Réputés très proches de Damiba, ils avaient été très actifs dans la prise de pouvoir de ce dernier en janvier 2022. D’ailleurs, c’est le capitaine Sidsoré qui avait lu à la télévision nationale, la première déclaration de proclamation du MPSR », écrit les echosdufaso.net.

 » Ayant choisi le camp de Damiba contre le Capitaine Traoré, ce sont eux qui avaient piloté l’hélicoptère MI 171 de l’armée burkinabé ayant permis à l’ancien Président de se réfugier au Togo.
L’appareil MI 171, avait rejoint sa base le lendemain à l’aide d’autres pilotes  », ajoute le média. 

Qui est Ibrahim Traoré, le nouveau putschiste du Faso?

Qui est Ibrahim Traoré, le nouveau putschiste du Faso?

Il n’était pas connu de la sphère politique burkinabé jusqu’à récemment. Le Cpt Ibrahim Traoré est l’actuel homme fort au Burkina Faso depuis le 30 septembre 2022. Il a pris le pouvoir par un Coup d’État après avoir annoncé la destitution de Paul-Henri Damiba. Ce dernier, a finalement accepté sa démission officielle sous certaines conditions qui ont été acceptées par les nouveaux arrivants au pouvoir.

Ce que nous savons sur Ibrahim Traoré

Âgé de 34 ans, le Cpt Ibrahim Traoré était jusqu’alors le chef de corps du régiment d’artillerie dans le nord du Burkina Faso. Il n’est pas issu du Prytanée Militaire de Kadiogo, comme la plupart des officiers burkinabés. Après avoir obtenu son Bac en 2006 à Bobo Dioulasso, il fit des études universitaires en géologie à l’Université Joseph Ki-Zerbo à Ouagadougou. Il intégrera l’armée en 2010.

Lire aussi : Burkina Faso : Un nouveau coup d’État militaire ?

L’ascension fut rapide pour le jeune soldat. En 2012, il devient sous-lieutenant. Deux ans plus tard, il passe lieutenant, avant d’être promu capitaine en 2020. Nommé chef d’artillerie de Kaya par Damiba, le Capitaine Traoré participera à plusieurs opérations militaires dans la lutte contre le djihadisme.

L’actuel homme fort du pays des hommes intègres faisait partie des officiers qui ont soutenu le coup d’État qui a conduit Damiba au pouvoir. Cependant, pour des raisons sécuritaires et du non-respect des engagements pris lors de ce coup d’État, ces officiers ont choisi de renverser une nouvelle fois le pouvoir.

Joint par la RFI ce 03 octobre, le nouveau maître du Burkina Faso affirme qu’il n’a pas l’intention de présider la future transition.

Burkina Faso : l'ultimatum du colonel Damiba aux ministres de Kaboré

Burkina Faso : l’ultimatum d’un délai de 72h du colonel Damiba aux ministres de Roch Kaboré

Dans un communiqué lu ce 8 février 2022 à la RTB, le Lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba, Président du Faso, invite, les ministres du dernier gouvernement de Roch Marc Christian Kaboré à libérer les résidences ministérielles, à réintégrer les véhicules de fonction au parc automobile de l’Etat et rendre tout autre équipement et matériel mis à leur disposition dans l’exercice de leurs fonctions, dans un délai de 72h.

Lire aussi : Procès de Sankara: Blaise Compaoré écope de 30 ans de prison ferme