Togo : l’Assemblée nationale apporte des modifications au processus de la décentralisation

Togo : l’Assemblée nationale apporte des modifications au processus de la décentralisation

L’Assemblée nationale a apporté jeudi, de nouvelles modifications au processus de décentralisation. C’était au cours de la 11è séance plénière de l’hémicycle, présidée par Chantal Yawa Djigbodi Tsègan, la présidente de l’institution.

Les travaux ont connu également la présence de Payadowa Boukpessi, ministre d’État, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires.

L’Assemblée nationale adopte deux projets de loi

En effet, unanimement, les parlementaires ont adopté deux projets de loi. Il s’agit de la loi portant sur la décentralisation et les libertés locales, et sur les attributions et fonctionnement du District autonome du grand Lomé (DAGL).

Ainsi, le premier projet de loi modifie une loi du 13 mars 2007, relative à la décentralisation et aux libertés locales, notamment en ses dispositions qui concernent les conseillers municipaux et régionaux.

« Ce projet de loi précise les dispositions relatives à la destitution du maire et de ses adjoints, le rôle de coordination dévolu aux conseils régionaux et réduit la durée des sessions des réunions des conseils municipaux et régionaux de quinze (15) à dix (10) jours maximums par trimestre », explique la représentation nationale.

Le second projet de loi, vient modifier une loi du 15 novembre 2019 portant attributions et fonctionnement du DAGL. En plus de préciser le cadre de coopération entre le DAGL et les 13 communes du Grand Lomé, le texte vient également étendre le champ de compétence du DAGL vis-à-vis des communes.

Lire aussi : Togo : l’Avenue Maman N’Danida devient Avenue d’Amoutivé, Fabre rebaptise plusieurs artères dans le Golfe 4

Les domaines concernés

Pour les élus du peuple, cette extension concerne des domaines notamment la salubrité publique, « dans l’ensemble de la capitale », et à d’autres comme « le soutien aux politiques d’égalité et d’harmonisation du développement de l’ensemble du territoire du district autonome ».

Le ministre Payadowa Boukpessi s’est également prononcé lors de la session. « Ce vote que l’Assemblée nationale vient de faire, concerne des réformes très importantes qui concernent les conditions d’exécution des compétences partagées entre l’État et les collectivités territoriales. Ces réformes concernent l’adressage des voies, la durée des sessions des conseils des collectivités territoriales de même que la création des groupes d’élus parmi les conseillers municipaux et régionaux ». Et d’ajouter ;

« En ce qui concerne le DAGL, les réformes concernent l’extension de ses compétences comme l’adressage ainsi que d’autres compétences. La mise en œuvre de ces nouveaux textes nous permettra de clarifier certaines dispositions et permettra que la décentralisation soit mieux comprise et qu’elle soit plus renforcée. Le gouvernement s’engage à mettre en œuvre ces lois et nous vous rendrons compte régulièrement de leur mise en œuvre ».

Avec togfirst.com

Togo : adressage des rues dans le Golfe 4, Payadowa répond à Fabre !

Togo : adressage des rues dans le Golfe 4, Payadowa répond à Fabre !

Payadowa Boukpessi, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires recadre sur le processus d’adressage des rues.  

C’est à travers une note adressée aux maires, probablement en lien au projet d’adressage des rues dans la commune du Golfe 4 (Amoutivé). Ainsi, le ministre de la décentralisation rappelle que « l’adressage des voies prévu dans la loi relative à la décentralisation et aux libertés locales, ne peut se faire que, conformément au cadre général pour l’exercice de cette compétence, qui fera l’objet d’un décret d’application comme le stipule article 385 de ladite loi. »

Et d’ajouter « toute initiative prise en la matière sans attendre ledit décret est nulle et de nul effet. »

En effet, Jean Pierre Fabre, maire de Golfe 4, dans une proposition au Conseil Municipal, rebaptise 13 artères dans sa commune.

Lire aussi : Togo : l’Avenue Maman N’Danida devient Avenue d’Amoutivé, Fabre rebaptise plusieurs artères dans le Golfe 4

L’ancien chef de file de l’opposition soutien son projet par l’article 82 de la loi sur la décentralisation qui attribue en compétence propre, l’adressage, la dénomination et la numérotation, des voies, places publiques, carrefours et ronds-points aux communes.

Togo / 27 avril : la participation au défilé soumise sur invitation

Togo / 27 avril : la participation au défilé sera sur invitation

Ce mercredi 27 avril 2022, le Togo commémorera son 62e anniversaire d’indépendance. Un moment traditionnellement marqué par un défilé. En effet, pour cette édition, le ministre en charge de l’administration territoriale et de la décentralisation, Payadowa Boukpessi annonce dans un communiqué les dispositives de la célébration.

Des mesures prises pour lutter contre la Covid-19. Ainsi, seule les personnes qui recevront la carte d’invitation prendront part aux festivités.

Lire aussi : 27 avril au Togo : le Grand Lomé s’active pour une bonne célébration

« Il s’agit: des Présidents des Institutions de la République ; du Général chef d’Etat-major général des FAT; des membres du gouvernement; des personnalités civiles distinguées ; des membres du corps diplomatique, consulaire et des représentants ; d’organisations internationales; des députés à l’Assemblée Nationale; des chefs d’Etat-major des armées et des officiers généraux ; des officiers supérieurs des FAT; des directeurs généraux d’institution et de sociétés ; des directeurs de cabinet et secrétaires généraux ; des membres d’institutions de la République ; des et des Maires; des représentants des partis politiques,  des autorités religieuses et  traditionnelles », précise la note.

Le défilé militaire démarrera à 8h 30 en présence du président de la République, Faure Gnassingbé à la place des fêtes. Les chefs de préfecture observeront les mêmes activités.

Togo: Ces 3 églises suspendues pour nuisances sonores

Togo: Ces 3 églises suspendues pour nuisances sonores

Les plaintes concernant les nuisances sonores deviennent de plus en plus récurrentes dans la capitale. A Lomé, le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires vient de prendre une décision à l’endroit de 3 lieux de cultes.

En effet, dans une sortie, Payadowa Boukpessi a suspendu les activités religieuses de 3 églises. Une décision intervenue après plusieurs plaintes enregistrées par la Direction des cultes, dirigé par le Lieutenant-Colonel Bédjani Bélei.

D’après les explications de la Direction des cultes, les riverains se sont plaints à mainte reprises au cours de cette année 2022.

Et après des enquêtes notamment des visites surprises dans ces lieux, les plaintes ont été confirmées. Ce qui contraint l’administration territoriale à prendre la décision.  

Les concernées sont; l’Eglise de Dieu en Christ sise à Agoè-Assiyéyé, non loin de l’établissement IHERIS ; de l’Eglise Chrétienne des Rachetés de Dieu sise à Ségbé-Klémé ; et de l’Eglise Chapelle des Conquérants de Dieu sise à Agoè-Sogbossito.

« Malgré les conciliations entreprises par la direction des cultes pour amener les riverains et les responsables de ces églises mises en cause à un meilleur vivre ensemble, ces nuisances persistent selon les riverains », a déploré la Direction des cultes.

Et d’ajouter : « que c’est dans le souci de restaurer la tranquillité et la quiétude des populations riveraines que le ministre a fait procéder à la suspension de ces trois églises ».

Il y’a quelques semaines, la Mairie d’Aflao-Gakli, Golfe 5, s’est dotée des sonomètres pour lutter contre les nuisances sonores, suite à la récurrence des plaintes de voisinage.

Covid-19 : bientôt un pass vaccinal pour accéder dans les marchés

Togo / Covid-19 : bientôt un pass vaccinal pour accéder aux marchés

Après son instauration dans les lieux de culte, le pass vaccinal pourrait être appliqué dans les marchés. L’accès à ces lieux sera donc conditionné par la présentation d’un pass vaccinal ou d’un test PCR de moins de 72 heures.

Une réunion a été tenue dans ce sens le mardi 18 janvier 2022 avec les acteurs impliqués. La séance s’est déroulée entre le ministre Payadowa Boukpessi et les premiers responsables des différentes entités en charge de la gestion des marchés du Grand Lomé.

Selon Payadowa Boukpessi, cette nouvelle mesure sera prise afin de mieux faire face au variant OMICRON, qui est plus contagieux et qui fait ravage ces derniers jours au Togo.

Lire aussi : Pass vaccinal : rififi entre le gouvernement et les responsables religieux

« On nous a expliqué que le variant OMICRON compte tenu de sa nature, peut facilement se propager dans nos marchés, ce qui sera une catastrophe. C’est un variant du Coronavirus qui circule dans la nature. C’est pourquoi, l’autorité nous a demandé d’aller sensibiliser nos camarades à se faire vacciner pour éviter le pire. Donc, un délai de deux semaines est donné pour la sensibilisation. Après ce délai, on va démarrer le contrôle du pass vaccinal aux entrées des marchés », a rapporté AfreePress.

Fêtes de fin d’année : nouvelles mesures pour les veillées de Noël et de Nouvel An

Fêtes de fin d’année : nouvelles mesures pour les veillées de Noël et de Nouvel An

Comme prédit par la Coordination nationale de gestion de la Riposte (CNGR), les veillées des fêtes de fin d’année connaissent de nouvelles mesures. L’annonce vient d’être rendue public par le Ministre d’Etat, ministre de l’Administration, de la décentralisation et du développement des territoires, Payadowa Boukpessi.

 « Notre pays s’installe de nouveau dans la zone rouge de la progression de la pandémie et l’apparition du variant Omicron très contagieux détecté dans plus de 25% des cas positifs. Ainsi, les célébrations des veillées de Noël, le 24 décembre et de Nouvel An, le 31 décembre 2021 seront célébrées entre 18 Heures 30 et 21 Heures 30 sur l’ensemble du territoire national », indique le communiqué.

Lire le communiqué ci-dessous :

Lire aussi : Togo : les fêtes de fin d’année menacées par de nouvelles mesures anti covid

Pass vaccinal : rififi entre le gouvernement et les responsables religieux

Pass vaccinal : rififi entre le gouvernement et les responsables religieux

Rendu obligatoire avant d’accéder aux bâtiments administratifs, le Pass vaccinal peine à recevoir son onction dans les lieux de culte. Si la décision de son utilisation dans les lieux de culte a accusé réception par l’Union musulmane, ce n’est pas le cas chez les responsables d’églises.

En effet, lors d’une rencontre avec Payadowa Boukpessi, ministre de l’administration territoriale, les responsables religieux disent avoir notifié à l’autorité qu’il n’est pas question que les lieux de culte soient soumis à la présentation d’un Pass vaccinal. Mais le ministre évoque le délai qui était imparti pour la mise en vigueur de la décision.

C’est ce qui justifie cette nouvelle décision sur la prolongation du délai au 10 décembre. « Cette prorogation permettra aux fidèles des différentes communautés religieuses et aux responsables des lieux de culte de prendre des dispositions pratiques pour se conformer à cette mesure », indique un communiqué du ministre rendu public ce 02 décembre.

Lire aussi : Covid-19 : des cas du variant Omicron détectés au Ghana et au Nigéria

Le gouvernement annonce également le déploiement des agents du Groupe mixte de surveillance (GMS). Ceci, pour répondre aux refus des responsables religieux sur l’envoi de noms des responsables pour le contrôle du pass vaccinal.

Togo / Covid-19 : le pass vaccinal s’invite dans les églises et mosquées

Togo / Covid-19 : le pass vaccinal s’invite dans les églises et mosquées

Dès le 03 décembre prochain, l’accès au lieu de cultes notamment églises et mosquées sera subordonné par un pass vaccinal.

Le Ministre d’Etat, Payadowa Boukpessi, dans un communiqué rendu public ce 15 novembre annonce de nouvelles mesures qui s’invitent dans les lieux de culte. L’autorité fait une précision en ce qui concerne le pas vaccinal dans ces lieux.

« Le gouvernement précise que l’accès au lieu de culte est désormais subordonné à la présentation d’un pass vaccinal ou d’un test PCR négatif datant de moins de 3 jours ». Et de poursuivre, « cette mesure qui deviendra effective à partir du 03 décembre 2021 est indispensable pour poursuivre la lutte contre la Covid-19 notamment en cette période de fête ».

Ainsi, par rapport à l’évolution de la covid-19 qui devient de plus en plus satisfaisante selon le conseil de coordination, certains lieux de culte pourront rouvrir.

« Au regard de l’évolution positive actuelle enregistrée dans la lutte contre la pandémie sur l’ensemble du territoire national, il est décidé de la réouverture à compter du 19 novembre 2021, des lieux de culte restants et légalement reconnus par le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires (MATDDT) », indique le communiqué.

Lire aussi : Togo : l’église du pasteur Adjognon cambriolée

Outre ces mesures, le gouvernement a décidé la reprise de la célébration des mariages civils et des cérémonies funéraires dans le respect des mesures barrières, avec la participation au maximum de 15 personnes ayant reçu leur vaccin anti-Covid-19.

le gouvernement autorise la réouverture des Eglises et invite les responsables à la sensibilisation

Togo : le gouvernement autorise la réouverture des Eglises et invite les responsables à la sensibilisation

Le gouvernement togolais vient de rouvrir les lieux de culte et des bars fermés le 10 septembre dernier suite à une flambée drastique des cas de contamination.

En effet, promis pour une réouverture suite à un constat de baisse des contaminations, le gouvernement a tenu promesse. Dans un communiqué signé par le ministre Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, le gouvernement informe la population la réouverture des lieux de culte.

Une décision prise suite à une baisse constatée des cas de contamination et après une concertation des responsables religieux et des bars. 

Lire aussi : Vaccination Covid-19 : la stratégie marche, le Togo classé 1er dans l’espace UEMOA

Cette réouverture se fera conformément à la liste des lieux de culte dont l’ouverture était autorisée avant la mesure de fermeture en septembre et dans le strict respect des mesures barrières, précise le communiqué.

Tout en invitant les responsables religieux et bars à sensibiliser les fidèles à se faire vacciner, le gouvernement informe par ailleurs que des dispositifs mobiles de vaccination seront installés à côté des lieux de culte.

Togo: la cérémonie du 05 février de cette année sera particulière

Togo: la cérémonie du 05 février de cette année sera particulière

Le feu Président Gnassingbé Eyadema est décédé le 05 février 2005. Ainsi, à l’accoutumé le pays commémore chaque année le rappel à Dieu de l’ancien président.

En effet, la cérémonie de cette année sera particulière. Pour ce 16ème anniversaire, le ministre d’État Payadowa Boukpessi informe qu’il n’y aura pas de célébration publique au Palais des Congrès de Kara. Une décision prise en raison de la lutte contre le coronavirus.

Selon le programme arrêté pour cette édition, il ne sera pas organisé de veillée le 04 février. Une prière musulmane aura lieu le vendredi 05 février à 13h, dans les mosquées des chefs-lieux de préfectures en mémoire du Père de la Nation.

Le dimanche 07 février, une prière chrétienne sera organisée dans les églises et temples des chefs-lieux de préfectures pour la même intention.

Décédé à l’âge de 69 ans, feu Gnassingbé Eyadema surnommé le « Grand baobab » est né le 26 décembre 1935 à Pya, un village situé au nord du pays.

Il est mort le 5 février 2005, à bord de l’avion présidentiel qui l’évacuait pour des soins vers la France. Militaire et homme d’État, Étienne Eyadéma Gnassingbé est jusqu’à aujourd’hui considéré comme le père de la nation.

Lire aussi: Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa