Togo : des voleurs de voiture arrêtés par la police

Togo : des voleurs de voiture arrêtés par la police

La police nationale a mis la main sur deux voleurs de voiture tous de nationalité togolaise. Dans une sortie médiatique, la police explique les faits.

« Deux individus dans les mailles de la Police nationale togolaise. Répondant aux identités de W.E., 22ans et G.S.R., 27ans, tous deux de nationalité togolaise, ils sont membres du réseau commettant depuis quelques mois des vols de véhicules dans la ville de Lomé, soit par cambriolage de domiciles, soit par braquage.

Mode opératoire des voleurs de voiture

Les enquêtes diligentées suite à ces vols ont permis au Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN) d’interpeller, sur renseignement, le nommé W.E. le 16 mai 2022. Il est bien connu des services de police pour avoir auparavant été interpellé pour multiples cambriolages et vols de véhicules, faits pour lesquels il a purgé une peine de prison entre 2018 et 2021.

De son audition, il est ressorti qu’il agit de concert avec ses complices nommés KOTSA et KHALED, tous deux en fuite. Leur mode opératoire consiste d’abord à écumer nuitamment les quartiers pour cibler les maisons, le tout en analysant les habitudes des occupants ; ensuite, ils accèdent à celle qu’ils ont choisi en escaladant la clôture. Une fois à l’intérieur, ils forcent les portes des chambres, s’introduisent à l’intérieur et subtilisent les clés du garage et du véhicule. Enfin, ils poussent l’engin hors de l’habitation afin de le démarrer discrètement sans risque de réveiller le propriétaire.

Après leurs forfaits, les véhicules sont dans un premier temps conduits dans une cache sur place ici à Lomé, avant d’être acheminés en temps voulu au Ghana où ils sont revendus au nommé DOVE, commanditaire de ces vols.

Les voleurs de voitures devant le Procureur

Dans la suite de sa déclaration, le nommé W.E. reconnait avoir commis plusieurs cambriolages et braquages au cours desquels ses complices et lui ont réussi à emporter 05 véhicules dont 02 ont été retrouvés et restitués à leurs propriétaires. Un des véhicules volés, de marque Hyundai Santa Fe de couleur blanche, a été revendu au Ghana avec l’assistance du sieur G.S.R.

Lire aussi : Police togolaise : encore 04 malfrats résidents au Ghana pris en étau

Les 02 individus interpellés seront conduits devant le Procureur de la République. Tout est mis en œuvre pour retrouver les autres membres du réseau en fuite.

La Police Nationale remercie la population pour sa présence à ses côtés, et l’invite à davantage de vigilance. C’est le lieu de rappeler certaines bonnes pratiques, notamment la sécurisation des clés de véhicules et de celles des différents accès de nos maisons ».

Togo : vol de moto, la Police vient de réaliser un autre coup de maitre !

Togo : vol de moto, la Police a réalisé un nouveau coup de maitre !

Le phénomène de vol de moto en l’occurrence, prend de l’ampleur dans le pays et la Police nationale ne ménage aucun effort pour l’endiguer. Ainsi, un nouveau coup de maitre vient d’être enregistrer par la Police qui a démantelé un réseau de voleurs. Lire la Note d’information des forces de l’ordre.

NOTE D’INFORMATION

Le 17 avril 2022, la Brigade de Recherche et d’Investigation (BRI) de Kara a démantelé un réseau de voleurs de motos composé de 03 Togolais et de 02 Béninois. A l’issue, 06 motos volées ont été retrouvées.

Cette opération fait suite à plusieurs plaintes enregistrées dans la ville de Kara pour vols de motos. Les investigations menées ont permis d’interpeller un suspect, connu des services de Police et libéré depuis peu après un séjour de 4 ans à la prison civile de Kara pour vols multiples. Son interpellation est survenue alors qu’il venait de commettre un autre vol sans savoir qu’il était sous la surveillance discrète de la Police.

La Police explique leur mode opératoire

Interrogé, il a déclaré être à son 7ème vol de moto depuis sa sortie de prison le 23 mars dernier, et avoir participé à un braquage à Lomé.  Il a ajouté qu’il fait partie d’un grand réseau de braqueurs et de voleurs de motos qui opèrent au Togo et au Bénin.  Suite à ses aveux, 04 autres membres dudit groupe ont été interpellés, dont 02 le 18 avril 2022 à Kétao (Préfecture de la Binah) avec 3 motos volées retrouvées chez eux, et 02 autres le 22 avril 2022 à Kara.

Lire aussi : Kenya : lourde peine pour cet homme qui a volé la voiture du président de la République

Le mode opératoire de ce réseau consiste à se rendre d’abord sur les parkings de motos et identifier celles qu’ils convoitent, généralement les meilleures. Passée cette étape, un premier acteur passe et débloque le contact des engins à l’aide d’une clé passe-partout qu’ils se sont fabriquer au Bénin. Un autre vient à la suite pour emporter, sans difficulté, l’engin volé, laissant croire qu’il lui appartient. Les engins volés au Togo sont souvent revendus à un individu à Kassoua en République du Bénin.

Les présumés voleurs arrêtés par la Police

L’enquête se poursuit en vue de démanteler les autres membres du réseau. Quant à ceux qui sont déjà interpellés, ils seront conduits devant le Procureur de la République pour répondre de leurs actes.

La Police nationale remercie une fois encore la population pour sa participation à la sécurisation du pays.

La police Nigériane est à la recherche d’une femme après avoir couché avec un chien à Dubaï

La police Nigériane est à la recherche d’une femme pour avoir couché avec un chien à Dubaï

La Police Nigériane est à la recherche d’une jeune femme nigériane pour son acte traité d’ignominie. En effet, dans une vidéo devenue virale sur la toile, une femme a avoué avoir couché avec un chien. L’affaire fait suite à des vidéos circulant sur la toile indiquant des femmes ayant couché avec des chiens à Dubaï.

La recherchée par la police avait justifiée dans une vidéo son acte et ne se reproche de rien d’ailleurs. « Quel est le problème ? J’ai seulement couché avec un chien, je n’ai pas tué quelqu’un. Vous, dans votre vie, vous avez fait pire et d’ailleurs, avez-vous déjà vu 1,7 million de nairas ? Comme si c’était une grosse affaire. Et attention, je ne suis pas infecté ou quoi que ce soit. Arrêtez de vous concentrer sur le sujet, je profite de l’argent », a déclaré la dame nommée Veegodess.

Ainsi, un officier des relations publiques de la police nigériane, Muyiwa Adejobi, s’est saisi de l’affaire.

Lire aussi : Affaire Dubaï Porta Potti : une influenceuse se jette du haut d’un hôtel (âme sensible s’abstenir)

Selon lui, la loi interdit aux êtres humains d’entretenir des relations sexuelles avec tout type d’animal. C’est un délit passible de 14 ans d’emprisonnement, a t-il ajouté.

« Je veux vraiment que nous prenions les mesures nécessaires à l’encontre de ces dames qui sont impliquées dans des délits contre nature (y compris la bestialité) et qui les publient en ligne. Nous vous demandons instamment de nous fournir toute information utile sur la manière de retrouver ces femmes. Nous devons les arrêter, s’il vous plaît, en particulier celle qui s’est exprimée », a-t-il écrit sur sa page Twitter.

Togo : Agba Tassa rappelle le numéro vert pour dénoncer les abus des policiers

Togo : Agba Tassa rappelle le numéro vert pour dénoncer les abus des policiers

Au Togo, il existe une inspection générale des services de police gérer par l’inspecteur Agba Tassa. Elle a pour tâche de mieux surveiller le comportement des fonctionnaires de police.

L’inspecteur général, est revenu sur les fondamentaux. Selon lui, les métiers de policier sont régis par des règles de déontologie et d’éthique. Ainsi, l’unité spécialisée a été créée dans le but de mieux surveiller le comportement des fonctionnaires de police.

‘Dans tous les secteurs, il y a de brebis galeuses. C’est pour ça que l’inspection de police existe pour faire des contrôles, mener des enquêtes contre les policiers fautifs et prendre des mesures disciplinaires’, a indiqué M. Tassa.

Et d’ajouter, elle a un double rôle, d’une part d’audit général des services, d’autre part de contrôle du personnel de police, jouant alors le rôle de ‘police des polices’.

Lire aussi : Togo : la France offre 6 motos Haojue à la Police nationale, la toile en ébullition

Un numéro vert (1014) est à la disposition du public pour signaler des actes ou des comportements répréhensibles. Il s’agit entre autres, des abus d’autorité, des rackets et des violences.

Jonathan Morrison, convoqué à la police économique

Côte d’Ivoire : Jonathan Morrison convoqué à la police économique pour activité illégale

Le concepteur de l’application, Treiize Taxi, Jonathan Morrison, l’ex petit ami de la bimbo togolaise, Maria Mobil a été convoqué à la Police économique concernant son activité. 

Dans le courant du mois d’août 2020, le service de veille du ministère de l’intérieur, en sa cellule économique et financière a repéré des centaines de transactions suspectes entre des souscripteurs à de prêts moyennant le versement de 10% de caution, et un organisme à caractère prosélytiste dénommé GDIco.

Selon le principal auteur de l’arnaque, M. Barry Ibrahim, ces fonds, non remboursables car provenant selon lui des pays du Golf, étaient issus de la finance islamique. Cet organisme installé au cœur du plateau, occupant deux étages dans un immeuble ayant pignon sur rue, avait tout ce qui a de plus respectable.

Par ailleurs, l’auteur des faits affichait une opulence rassurante et un discours à caractère prosélyte susceptible de facilement tromper de pauvres gens pieux issus de classes sociales difficiles.

Mais cette arnaque aura aussi pris au piège des grandes entreprises, comme celle qui a déboursé un chèque d’un milliard de FCFA, espérant en retirer dix. Une arnaque des plus classiques, celle de l’appât du gain facile et malheureusement le préjudice porté à la société est évalué à près de 2 milliards de francs CFA (certaines personnes ayant reçu une partie du prêt et ou du don promis.)

Il a fallu deux mois d’enquête et de pugnacité à la police économique et financière pour confondre cette organisation criminelle, car il fallait marcher sur des œufs, face à un homme puissant. Plusieurs biens matériels et pécuniaires ont été saisis, et des dizaines de personnes ont été déférées, dont plusieurs femmes, en attente de leur jugement.

Dans la même veine, suite à une veille digitale suivie d’une alerte qui date du mois de janvier 2022, puis une seconde datant du 4 avril 2022, la police économique, a comme elle le fait pour toutes applications digitales dans lesquelles des transactions financières sont effectuées, enquêté sur une entité dénommée Treiize Taxi.

Cette enquête a été accélérée lorsque les initiateurs de cette application ont annoncé dans une vidéo sur Facebook qu’ils s’apprêtaient à enregistrer les chauffeurs, ce qui implique d’office le paiement d’une caution. Dans ce cadre le 5 avril à 14:00 les sieurs Jonathan Morrison le fondateur et Cissé Ibrahim de l’entreprise Xearth, le développeur, ont été reçus à la police économique et financière en présence d’un avocat.

L’enquête sur l’activité de Jonathan Morrison

Les points saillants suivants ont été ceux sur lesquels la police économique et financière s’est appuyée pour mener cette enquête :

– La société Treiize Taxi n’a pas fait figurer sur son site les mentions légales obligatoires,

– La société Treiize Taxi n’a pas fait figurer sur son site le CGU (les droits et devoirs des consommateurs),

– La société Treiize Taxi n’existe pas légalement, elle n’est pas constituée,

– La société Treiize Taxi n’a pas de siège connu,

– La société Treiize Taxi n’a pas de compte contribuable,

– La société Treiize Taxi a relevé des milliers de données à caractère personnelles de consommateurs,

– L’appli Treiize Taxi est techniquement fonctionnelle, mais n’est pas encore opérationnelle faute d’inscription de taxis,

– La société Treiize Taxi n’a pas de compte bancaire,

– La société Treiize Taxi n’a pas d’agrément pour opérer en Côte d’Ivoire.

Le parquet a été immédiatement informé qu’il y a avait un risque de divulgation et d’utilisation des données à caractère privé des consommateurs à des fins criminelles.

Données relevées contre le gré des inscrits par Treiize Taxi. Le risque de voir des milliers de personnes payer une caution, qui s’élève à 40.000 F, somme fixée par M. Morrison, a aussi été identifié. Le risque de voir une levée de fonds sous seing privé être effectuée sous prétexte de milliers téléchargements et d’inscrits sur une application inachevée et non réglementaire, a également été identifié.

La police économique et financière a donc pris les dispositions techniques pour que L’ARTCI puisse bloquer l’appli Treiize Taxi. La procédure est en cours. Cela a été décidé parce que plusieurs délits ont été constatés, dont celui aggravé de tentative d’appel public à l’épargne de la part d’une entité non qualifiée pour le faire, selon les textes de L’UMOA. .

Au final il ressort des investigations que certaines personnes pouvaient se retrouver en train de verser de l’argent, à une entreprise qui n’existe pas, qui n’a pas obtenu l’autorisation d’opérer, qui n’a pas de compte contribuable, qui n’a pas de siège connu, ni compte bancaire, et dont le fondateur a pour seule adresse, selon ses propres dires, une chambre d’hôtel. C’est cette opération que la police économique est venue interrompre ou empêcher.

M. Morrison et M. Cissé n’ont pas été retenus, le parquet ayant constaté qu’il n’y avait pas encore de plainte. De plus, la police a pu empêcher de manière préventive, l’enregistrement payant des chauffeurs; enregistrement annoncé la veille par M. Morisson lui-même dans une vidéo Facebook.

Pour ce faire il a été formellement demandé à M. Morrison de ne plus communiquer dans le sens de l’inscription du grand public (chauffeurs ou utilisateurs) sur cette plate-forme, tant que les initiateurs de ce projet qui est encore à l’état embryonnaire, ne se seront pas mis en règle avec les textes en vigueur en Côte d’Ivoire.

La cellule de veille de la police économique et financière est à la tâche concernant ce point très précis. À ce stade l’enquête judiciaire se poursuit.

La population est invitée par NDCI à faire preuve de retenu et vigilance lorsqu’une entité nouvelle promet monts et merveilles. L’appât du gain facile donne des idées ingénieuses aux arnaqueurs. En cas de doute, le grand public doit avoir le réflexe de se rapprocher des services de police et signaler toutes opérations suspectes.

Le ministère de l’intérieur demeure au service des citoyens ivoiriens, on en veut pour preuve la nouvelle dynamique impulsée par Monsieur le ministre Vagondo Diomandé.

En effet, dès sa prise de fonction, il a visité tous les commissariats et tous les services de police de Côte d’Ivoire, en voiture de Bouna à Man, de Korhogo à Aboisso; tous sans exception et le résultat au niveau de l’engagement des hommes est là.

Ceci est le dernier des Nouveaux Dossiers de Côte d’Ivoire, (NDCI) nous reviendrons.

Lire aussi : « Goumin »: rupture du couple Jonathan et Maria Mobil

Terrorisme au Bénin : 1200 munitions saisies dans le centre-ville

Terrorisme au Bénin : 1200 munitions saisies dans le centre-ville

Les autorités multiplient les efforts pour contrer le terrorisme au Bénin. Dans cette dynamique, un colis a été saisi dans le centre-ville du Bénin sur l’axe Idigny-Savè. D’après les raisons évoquées par la police républicaine qui a saisi le colis, il s’agit des munitions.

En effet, un homme a été interpellé par la police républicaine à bord d’un moto taxi. Il est arrêté avec 1200 cartouches de calibre. Le monsieur a pris la fuite laissant le colis abandonné auprès du conducteur.

Les forces de l’ordre ont présenté le conducteur à la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (CRIET) puis placé en détention provisoire.

Lire aussi : Bénin : un Curé catholique expulse un photographe de l’église à cause de sa coiffure

Après écoute, ce dernier a déclaré qu’il ignorait la nature du colis, avouant toutefois que son passager « l’aurait conseillé de dépasser le poste de police en trombe. Ce qu’il n’a pas fait ».

Poursuivi pour appartenance à une organisation terroriste, son procès est attendu le 26 avril 2022.

Golfe 1 : accusé de vol de portable, ce nigérien poignarde mortellement un jeune togolais

Golfe 1 : ce nigérien poignarde mortellement un jeune togolais pour une affaire de portable

A Lomé, dans la commune Golfe 1, précisément à Akodéssewa, un jeune togolais a été poignardé mortellement par un nigérien. Selon les faits, une bagarre s’est éclatée entre les deux jeunes suite à l’accusation pour vol de portable par le nigérien.

Les détails rapportés par la Police locale :  

 « Dans la nuit du 28 au 29 mars 2022, le Commissariat de police du 5ème Arrondissement de Lomé situé à Akodésséwa au lieu-dit Capitole, a été saisi par la Direction de l’Hôpital Secondaire de Bè de ce qu’un jeune homme âgé de 20 ans environs, admis dans leur structure pour des soins urgents consécutifs à une agression au couteau, venait de succomber des suites de ses blessures.

Ledit commissariat a immédiatement ouvert une enquête dont les premiers éléments ont révélé que la victime, âgée de 20 ans, de nationalité togolaise, portefaix au Grand marché de Lomé, a été accusée par son agresseur, le nommé Rachid, 22 ans, nigérien, revendeur de friperies au grand marché, d’avoir volé son téléphone portable. Ce qu’il n’a pas reconnu.

Lire aussi : Togo : les braqueurs au niveau de la CNSS et d’autres, arrêtés

Il s’en est suivi une bagarre au cours de laquelle le nommé Rachid a sorti un couteau et p0!gnardé à deux reprises sa victime respectivement à la cuisse gauche et à l’épaule droite, occasionnant des blessures profondes et une importante hémorragie, avant de prendre la fuite.

Grâce à la promptitude et aux diligences des éléments de la Brigade du littoral de la Police Nationale, ce dernier a été interpellé et mis à la disposition du Commissariat du 5è arrondissement.

Sur instruction du Procureur de la République à Lomé, le corps a été déposé à la morgue et l’agresseur gardé à vue pour les nécessités de l’enquête.

C’est encore une fois le lieu de relever la bonne collaboration de la population grâce à laquelle le forcené a été interpellé afin de répondre de ses actes devant la justice » a posté la police nationale togolaise.

Braquage : un malfrat abattu lors d’un nouveau coup par la Police (Photo)

Braquage : un malfrat abattu lors d’un nouveau coup à Lomé (Photo)

Sur sa page Facebook, la Police nationale annonce avoir abattu un des braqueurs qui ont opéré ces derniers jours à Lomé. Voulant opérer un nouveau coup, la Police a réussi à neutraliser un des malfrats parmi les 4 qui étaient sur le coup.

 « La police nationale vient d’abattre l’un des auteurs des braquages des 18 et 20 janvier 2022 dans le quartier Hédzranawoè », a posté la police nationale Togo sur sa page Facebook vendredi.

Ces braqueurs ont été identifiés par une équipe de patrouille de la police nationale, alors qu’ils orchestrent un nouveau coup, indique la Police.

Lire aussi : Affaire de braquage à Lomé : « il faut mettre les banquiers sur écoute », propose un internaute

Après des coups de feu entre les deux camps, la Police a réussi a abattre l’un d’eux de nationalité nigériane. Les autres ont réussi à fuir mais la Police poursuit les enquêtes.

A cet effet, la police nationale lance un appel à la population et demande à toute personne qui détiendrait des informations utiles concernant tout suspect de bien vouloir alerter ses services.

un père arrêté par la police pour avoir tué ses 3 enfants

Drame : un père arrêté par la police pour avoir tué 3 de ses enfants et gardés dans un congélateur

Un homme de 52 ans, Ifeanyi Amadikwa, a été arrêté par la police le 4 janvier par des agents de la police. Il s’agit du commandement de la police de l’Etat d’Enugu au Nigéria.

Selon les faits relevés après une enquête préliminaire, la police raconte que la mère des enfants s’était rendue au marché avec son seul enfant de sexe masculin, laissant les autres enfants sous la garde du suspect. Elle est cependant revenue dans la soirée de ladite date et n’a pu retrouver aucun des trois autres enfants.

Lire aussi : Etonnant : une échographie révèle un bébé logé dans le foie de sa maman

En les recherchant, le suspect a attiré son attention sur ledit réfrigérateur qu’il avait ramené de sa boutique le 2 janvier et conservé dans la véranda de leur appartement. En observant de plus près, les corps sans vie des enfants ont été retrouvés dans le réfrigérateur avec des ecchymoses, suggérant qu’ils auraient pu être assassinés et jetés dans le réfrigérateur.

Une enquête approfondie sera enclenchée afin que justice soit faite, rassure les forces de l’ordre. Les noms des enfants tués sont : Chidalum Amadikwa, 11 ans (qui est sa belle-fille), Amarachi Amadikwa, 8 ans et Ebubechukwu Amadikwa, 4 ans.

Nigeria : sous prétexte d’une séance de délivrance, un prophète viole une femme enceinte de 8 mois

Nigeria : Un Prophète Viole Une Femme Enceinte De 8 Mois

La fin est sans doute proche comme l’a prédit la Bible. Ceci est une histoire qui se passe au Nigéria dans le village d’Agbabu via Ore.

En effet, la police a mis la main sur un prophète de Dieu pour un acte ignoble commis. Selon les faits relatés par le porte-parole des forces de l’ordre, le prophète était venu d’un autre village. Il a organisé une veillée religieuse de trois jours. Mais ce dernier va profiter de ses séjours pour abuser d’une jeune mère âgée de 22 ans sous prétexte de la délivrer.

« Le 13 novembre 2021, un certain Festus James ‘m’ d’Ibadan dans l’État d’Oyo s’est rendu au village d’Agbabu via Ore. Il a prétendu être un prophète et que le Saint-Esprit lui a ordonné d’avoir un veillée du Saint-Esprit de 3 jours dans une église du village».

Lire aussi : Nigéria : tombée enceinte à 11 ans après un v*iol, elle dévoile la liste des auteurs

« Le lendemain, le prophète a affirmé avoir eu une vision concernant une jeune femme de 22 ans qui était enceinte de 8 mois et lui a dit d’attendre après le programme. Il emmena la femme enceinte dans l’une des pièces de la maison de la mission sous prétexte de la délivrer d’un mauvais esprit et a couché avec elle », a raconté la police.

« Je ne sais pas ce qui m’arrivait lorsque j’accomplissais l’acte impie », a répondu le prophète lors de l’interrogatoire avec la police.