Sénégal : une structure de recrutement de jeunes dans la pornographie signalée

Pornographie : une structure basée au Sénégal recrute des jeunes

La dépravation des mœurs prend de plus en plus de l’ampleur dans nos sociétés. Au Sénégal, est basée une société spécialisée dans le recrutement de jeunes pour la pornographie. Un journal local a informé qu’une structure de recrutement dans la pornographie a été signalée au Sénégal.

En effet, le journal les Échos de ce mercredi, a indiqué qu’il a été signalé à la Commission de protection des données personnelles (CDP), l’existence d’une structure basée au Sénégal et spécialisée dans le recrutement de jeunes dans la pornographie.

Lire aussi : Scandale : deux homosexuels surpris en pleins ébats dans une mosquée

Aucun détail n’est donné sur l’adresse de la structure ni sur la nature exacte de ses activités. Les Echos s’est contenté d’ajouter que la CDP, conformément à la loi sur les données personnelles, a transmis le dossier au procureur de la République et à la Division spéciale de la cybersécurité (DSC) de la police.

Sénégal : L’éditeur d’un site web de pr*stitution arrêté

Bénin: pour dénoncer les clips vidéo à caractère pornographique, le gouvernement met en place des numéros verts

Des numéros verts pour lutter contre la dépravation des mœurs au Bénin. Car estime les autorités, le phénomène prend de plus en plus de l’ampleur. Que ce soit dans les clips vidéo ou sur les réseaux sociaux, le phénomène devient récurrent. Ainsi, pour lutter contre le fléau, le gouvernement béninois par le biais de son ministre de la sécurité publique monte au créneau et met en place des numéros verts pour dénoncer ses actes.

COMMUNIQUÉ RADIODIFFUSÉ ET TÉLÉVISÉ

Le Ministre de l’intérieur et de la Sécurité Publique communique :

Il est constaté depuis quelques temps, une recrudescence d’actes impudiques sur les réseaux sociaux et dans des débits de boissons et assimilés

Lesdits actes se rapportent à:

1- des spectacles obscènes du genre strip-tease dont la danse dite «Wolosso » constitue une variante ;

2- des séances live de relations charnelles en groupe à tendance pornographique communément dénommées « partouse »;

3- des clips vidéo à relent pornographique;

Ces actes constituent pour les adolescents des sources de dépravation des mœurs sous ses différentes formes dont les conséquences dommageables sont connues de tous.

Les populations sont invitées à dénoncer sous anonymat les auteurs de ces actes au commissariat de Police le plus proche ou à la Brigade des Mœurs par les lignes vertes. 166 et 21 36 55 55 ou au téléphone numéros 65 48 78 71 et 65 48 78 79.

En tout état de cause, les forces de sécurité publique instruites, prendront les dispositions nécessaires à la protection des sources de dénonciation et à faire subir aux auteurs desdits actes la rigueur de la loi.

Lire sur: « Soirée de baise no limit », la réaction du Maire Aboka