Ghana : suppression des postes de péages dans tout le pays, les raisons évoquées

Ghana : suppression des postes de péages dans tout le pays, les raisons évoquées

Désormais les frais aux postes de péage ne seront plus payés sur toutes les routes au Ghana. Une décision annoncée devant le parlement du pays par le ministre des finances, Ken Ofori-Atta. C’est à l’occasion de la déclaration budgétaire et la politique économique 2022.

Cette mesure qui sera actée après l’approbation du budget 2022, intervient après le constat amer remarqué aux postes de péage dans le pays.

Selon le gouvernement les postes de péage créent de l’embouteillage et ont un impact négatif sur la productivité. « Au fil des années, les points de péage sont devenus des centres de marché malsains, occasionnent une circulation dense sur nos routes, allongent les durées de trajet d’un endroit à un autre et ont un impact négatif sur la productivité. La congestion générée aux points de péage, en plus de créer ces inconvénients, conduit également à la pollution dans et autour de ces environs », a soutenu le ministre des finances.

Lire aussi : Relations Togo – Bénin : quand cette photo des Présidents Faure et Talon relance les débats, lisez cette parodie qui amuse la toile

Ofori-Atta a fait noter que les gouvernements successifs après avoir imposé et maintenu des péages sur certaines routes publiques afin de collecter des fonds pour la construction et l’entretien des routes. Il urge à présent de les réémettre en état. En ce qui concerne l’avenir des agents des postes de péage, le ministre a annoncé qu’ils seront réaffectés.

Togo: désormais, les engins à 2 roues paieront aux postes de péages

Togo: désormais, les engins à 2 roues paieront aux postes de péages

De nouvelles grilles tarifaires entrent en vigueur aux postes de péage du Togo à partir de ce jeudi 18 mars 2021 avec désormais obligation aux engins à deux (2) roues de payer.

L’annonce a été faite ce lundi 15 mars à Lomé par Zouéhatou Kassah-Traoré, Ministre des Travaux publics en présence d’Affoh Atcha-Dedji, Ministre des Transports routiers, aériens et ferroviaires et du Gal Yark Damehame, Ministre de la Sécurité et de la protection civile.

Ainsi à partir de ce jeudi, la nouvelle grille entre en vigueur et inclue les engins à deux (2) roues. Dorénavant, la contribution sera de 50 FCFA pour les engins à deux-roues, 100 FCFA pour les tricycles et 500 FCFA pour les véhicules légers.

Les minibus de 9 à 15 places, leurs contributions sont fixées à 600 FCFA et à 1 500 FCFA pour les autocars et Bus.

Quant aux poids lourds, les 2 essieux devront payer 2 500 FCFA. Les 3 essieux payeront 3 000 FCFA, les 4 essieux payeront 3 500 FCFA. Et les 5 essieux, et plus, payeront 5 000 FCFA.

Cette nouvelle décision s’inscrit dans le cadre de la politique des grands travaux notamment l’entretien et la réhabilitation des infrastructures routières. Ce qui justifie la décision du Gouvernement togolais en 2020, du réajustement des prix aux péages.

« De façon globale, lorsque les évaluations sont faites par rapport à l’existant, il faut en moyenne par an 30 milliards de FCFA pour entretenir nos routes, mais ce sont seulement 17 milliards par an qu’on arrive à mobiliser. Et donc c’est des efforts supplémentaires que l’Etat déploie, que nous tous Togolais, usagers des axes routiers, nous déployons pour pouvoir vraiment entretenir et maintenir la qualité de nos routes. Les tarifs qui sont en cours aujourd’hui au niveau de nos péages ont été fixés depuis 2006. C’est dire qu’il y a 15 ans, ces tarifs n’ont pas connu d’évolution ni de modification », a expliqué Zouéhatou Kassah-Traoré.

Lire aussi: Togo : Appel à manifestation d’intérêts pour l’aménagement des routes