Conflit ukrainien : départ immédiat des américains en Russie, la raison

Conflit ukrainien : départ immédiat des américains en Russie, la raison

La tension monte au jour le jour entre l’Ukraine et la Russie et par ricochet aux Etats-Unis, l’un des soutiens de l’Ukraine. L’on se demande à quand la fin de ce conflit ukrainien. Dans son soutien à l’Ukraine, les Etats Unis, dans une sortie par leur ambassade en Russie, demande encore une fois, la sortie immédiate de ses ressortissants.

Sommer de quitter dans les plus brefs délais, l’ambassade évoque une possible conversion de ses ressortissants en soldats russes.

« La Russie peut refuser de reconnaître la citoyenneté américaine des binationaux, leur refuser l’accès à l’assistance consulaire américaine, empêcher leur départ de Russie et enrôler les binationaux pour le service militaire ».

Visiblement, les Etats-Unis craignent la « prise en otage » de ses ressortissants dans l’armée ou encore des américains qui deviennent carrément russe. Pour cette raison, le pays de Joe Biden demande la sortie dans un bref délai de ses ressortissants.

Lire aussi : Conflit en Ukraine : Le Togo cité dans l’affaire des référendums controversés russes 

La diplomatie américaine en Russie a également fait savoir que quitter la Russie est devenu de plus en plus difficile avec le remplissage des vols et la fermeture des frontières par les troupes de l’armée. « Ceux qui résident ou voyagent en Russie doivent quitter la Russie immédiatement tant qu’il reste des options de voyage commercial limitées », a-t-elle ajouté.

Guerre en Ukraine Poutine veut mobiliser 300.000 réservistes et provoque la fuite de la population

Guerre en Ukraine : Poutine veut mobiliser 300.000 réservistes et provoque une fuite de la population

Plusieurs milliers de Russes se ruent sur les billets d’avion pour tenter de quitter la Russie, ce 21 septembre. Ceci après l’annonce de la mobilisation de 300.000 réservistes faite par Vladimir Poutine, afin de renforcer son armée engagée en Ukraine.

Au total, 25 millions de Russes sont mobilisables pour rejoindre les rangs de l’armée dans l’est et le sud de l’Ukraine. Le président estime que l’Occident veut détruire la Russie et lance ainsi une mobilisation partielle pour renforcer ses troupes. Il a par ailleurs menacé encore une fois d’utiliser l’arme nucléaire.

Cette nouvelle sortie a suscité une vague d’inquiétudes au sein de la population. En effet, l’outil statistique Google Trends, qui permet de connaître la fréquence à laquelle un mot a été tapé sur Google, révèle que les recherches concernant les termes « billets » et « avion » ont plus que doublé, ce mercredi.

La requête « quitter la Russie », a été saisi dans le moteur de recherche plus de 100 fois qu’en temps normal. Et d‘après Metrotime, les billets de vols vers les destinations les plus proches de la Russie sont tous épuisés pour ce mercredi. Pareil pour les vols avec Turkish Airlines, qui sont déjà complets jusqu’à samedi. 

Rappelons qu’au début de l’offensive en Ukraine, un premier exode de Russes opposés à l’assaut ou craignant la mobilisation avait eu lieu. Aucune estimation officielle n’a été rendue publique.

Russie : Mikhaïl Gorbatchev, le dernier dirigeant de l'URSS, est décédé

Russie : Mikhaïl Gorbatchev, le dernier dirigeant de l’URSS, est décédé

Prix Nobel de la paix en 1990, Mikhaïl Gorbatchev le dernier dirigeant soviétique, est décédé ce 30 août à Moscou. Il avait 91 ans.

« Aujourd’hui, dans la soirée du mardi, après une longue maladie, Mikhaïl Gorbatchev est décédé », a indiqué l’hôpital clinique central dépendant de la présidence russe.

Ce grand homme a passé les 20 dernières années en retrait de la politique, mais tout en faisant entendre régulièrement sa voix, inquiets des nouvelles tensions avec les États-Unis.

Lire aussi : Nécrologie : le fondateur du Groupe Ramco n’est plus

Plusieurs chefs d’État ont rendu hommage à celui-là qui est considéré comme l’architecte de la fin de la guerre froide.

Conflit en Ukraine : Poutine accuse de nouveau les Etats-Unis

Conflit en Ukraine : Poutine accuse de nouveau les Etats-Unis

Pour le président russe, ce sont les dirigeants américains qui mettent en danger le monde en faisant traîner le conflit en Ukraine et en tentant de provoquer d’autres.

Ce mardi, lors de la conférence internationale de sécurité, Vladimir Poutine a accusé les États-Unis de chercher à déstabiliser la planète entière avec la récente visite de Nancy Pelosi à Taïwan. Selon lui, la situation actuelle en Ukraine montre que Joe Biden cherche à « faire traîner ce conflit ».

Dans son allocution, Vladimir Poutine affirme que les Américains agissent de la même manière en cultivant la possibilité d’un conflit en Asie, en Afrique et en Amérique latine.

« L’aventure américaine à l’égard de Taïwan, ce n’est pas simplement un voyage d’une politicienne irresponsable, mais une partie d’une stratégie intentionnelle consciente visant à déstabiliser et à rendre chaotique la situation dans la région et dans le monde », a-t-il affirmé, en réaction à la visite de Nancy Pelosi à Taïwan.

Lire aussi : Guerre en Ukraine : Russie, la France est un « pays inamical »

Une démonstration insolente, provocation soigneusement préparée et un manque de respect envers la souveraineté des autres pays, tels sont les mots du numéro 1 russe à l’égard des actions américaines.

Que fait Emmanuel Adebayor en Russie ?

Voici pourquoi Emmanuel Adebayor est en Russie

L’ex capitaine des Eperviers du Togo, Emmanuel Adebayor est en terre russe depuis le 30 juin. Sur la toile, des questions se posent sur la présence de l’international togolais au pays de Vladimir Poutine.

En effet, Emmanuel Adebayor, n’est pas allé pour rencontrer Poutine. Il a été un invité spécial d’un évènement sportif. Il fait partie des prestigieuses personnalités invitées pour rehausser l’éclat des prix internationaux RB 2022 organisés ce jeudi 30 juin à Moscou, en Russie.

En effet, Adebayor a été un invité spécial de la cérémonie de remise des prix internationaux RB Prise 2022. Elle s’est déroulée ce jeudi 30 juin au Palais de gymnastique Irina Viner-Usmanova, situé dans le complexe Luzhniki à Moscou.

Lire aussi : Football : Adebayor porte une nouvelle casquette au sein de la CAF

 « Je suis très heureux d’être invité à cet événement, ce sera intéressant de trouver de nouveaux amis à Moscou, de parler de football et d’affaires », confie l’ancien buteur d’Arsenal, de Manchester City, etc.

De par le passé, l’Italien Alexandre Del Piero et le Portugais Luis Figo ont associé leur image à cet évènement.

L’avion de l’apocalypse de Poutine, lourd de 208 tonnes fait jaser

Un avion de l’apocalypse fait jaser sur la toile. En effet, la Russie de Vladimir Poutine commémore ce 9 mai sa victoire sur l’Allemagne nazie lors de la deuxième guerre mondiale.

A part le discours de Poutine, le président russe, qui est très attendu, un autre détail attire l’attention sur la célébration. Il s’agit du défilé de l’avion dite apocalypse annoncé par Poutine.

Ce défilé militaire déroulé à Moscou comme chaque année. Une démonstration russe pour exhiber son arsenal militaire.  

Au total, 131 véhicules seront regroupés sur la place Rouge qui sera survolée par 77 avions de combat parmi lesquels se trouve l’avion dénommé « avion de l’apocalypse ».

Lire aussi : Russie : Poutine déploie des dauphins de guerre

L’appareil volant a pour rôle de transporter en toute sécurité et en lieu sûr le président russe en cas d’attaque nucléaire. Dans les détails, c’est un Ilyushin II-80 sans fenêtre censé pouvoir résister à une attaque nucléaire.

Il est long de 59 mètres et lourd de 208 tonnes et est doté d’un blindage spécial et ne comporte aucun hublot. Son nez bosselé « enferme un équipement de communication satellite et des liaisons radio », selon le site spécialisé Futura Sciences.

Guerre en Ukraine: voici ce que Poutine demande aux occidentaux lors du tête à tête

Guerre en Ukraine: voici ce que Poutine demande aux occidentaux lors du tête à tête

Le président russe Vladimir Poutine, a exigé ce lundi, la reconnaissance de la Crimée, la « dénazification » de l’Ukraine et son statut neutre.

Alors que les combats se poursuivent à Kiev, le président russe, a fait part de ses exigences à son homologue français Emmanuel Macron qui ne cesse de multiplier les échanges diplomatiques avec Moscou. D’après le Kremlin, le président russe a demandé à son homologue français « la reconnaissance de la souveraineté russe sur la Crimée, l’aboutissement de la démilitarisation et de la dénazification de l’Etat ukrainien et la garantie de son statut neutre » comme préalable à la fin de l’invasion de l’Ukraine.

Selon le point fait par l’Elysée, les échanges ont duré 1h30 ce lundi. Emmanuel Macron a demandé à son Poutine l’arrêt des frappes contre les civils, la préservation de toutes les infrastructures civiles et la sécurisation des axes routiers en Ukraine. Des points sur lesquels le président russe « a confirmé sa volonté de s’engager », assure l’Elysée. Le président français s’est également entretenu avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky « à plusieurs reprises ces dernières heures », ajoute la présidence.

Lire aussi : Guerre en Ukraine: « c’est une faute très grave », la Guinée de Doumbouya mêlée, réagit !

D’après l’agence d’Etat bélarusse, les négociations russo-ukrainiennes ont débuté au Bélarus. Les délégations des deux pays sont arrivées ce lundi matin au lieu de rendez-vous : un endroit dont on ignore la localisation précise, à la frontière entre le Bélarus et l’Ukraine, dans la région de la ville bélarusse de Gomel. La délégation russe est notamment composée du conseiller présidentiel, Vladimir Medinsky, et du parlementaire membre de la Douma, Leonid Slutsky. Côté ukrainien, le ministre de la Défense, Oleksii Reznikov, et le conseiller présidentiel, Mykhailo Podoliyak, mènent la délégation.

Avec Buzzafrik

« Macron a refusé de passer le test Covid russe », les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

Poutine-Macron : Les raisons de la longue table entre les 2 présidents connues

La photo du président français Emmanuel Macron discutant avec son homologue russe, Vladimir Poutine à Moscou autour d’une table d’une longueur incongrue.

Alors que plusieurs questions se posaient sur les raisons pour lesquelles il y a eu autant de distance entre le président Russe Vladimir Poutine et son homologue français Emmanuel Macron, lors de leur rencontre à Moscou, la Russie a apporté la réponse à la question. Moscou a confirmé vendredi que Macron avait été tenu à distance de Vladimir Poutine lors des pourparlers de lundi parce que le dirigeant français avait refusé de passer un test russe au Covid-19 avant leur rencontre.

Selon une déclaration du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, Moscou a compris la position française et donc avait été guidé par la nécessité de protéger Poutine lors de la réunion, où les dirigeants étaient assis aux extrémités opposées d’une table de quatre mètres de long. Il a dit que ce n’était pas une question de politique et n’avait pas affecté les pourparlers.

Lire aussi : Libye : Vladimir Poutine impliqué dans une affaire de drogue

Macron a eu le choix

Macron a eu le choix, ont déclaré des sources connaissant le protocole de santé du président français, accepter un test PCR effectué par les autorités russes ou respecter une distanciation sociale stricte. « Nous savions très bien que cela ne signifiait pas de poignée de main et cette longue table. Mais nous ne pouvions pas accepter qu’ils mettent la main sur l’ADN du président », a déclaré l’une des sources.

Cependant, pourquoi le président français a refusé de faire le test Covid en Russie ? Selon plusieurs sources, Macron craignait un prélèvement de son ADN à son insu. Une autre source dans l’entourage de Macron a déclaré qu’il avait plutôt passé un test PCR avant de quitter la France et avait fait faire un test d’antigène par son propre médecin une fois en Russie. « Les Russes nous ont dit que Poutine devait être maintenu dans une bulle sanitaire stricte », a déclaré la deuxième source.

Le cabinet de Macron a déclaré que le protocole sanitaire russe « ne nous paraissait ni acceptable ni compatible avec nos contraintes d’agenda », évoquant le temps qu’il aurait fallu pour attendre les résultats.

Interrogé sur le vol d’ADN, le cabinet de Macron a déclaré: « Le président a des médecins qui définissent avec lui les règles acceptables ou non au regard de son propre protocole sanitaire. » Le président français a été à la pointe des efforts diplomatiques pour apaiser les tensions entre l’Ukraine et la Russie, et a déclaré après la rencontre de lundi que « les prochains jours seront décisifs ».

Avec Buzzafrik

Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

Les relations entre la Centrafrique et la Russie vont au-delà de l’aspect sécuritaire. Sur directive du président Archange Touadera, la langue russe réintroduite dans les universités en 2019 sera obligatoire dès la rentrée prochaine. Elle sera enseignée en première année de licence jusqu’au master.

Les programmes de formation sont en cours de rédaction et déjà une rencontre est prévue en janvier 2022. Elle réunira les ministres de l’Enseignement des deux pays. La disponibilité des enseignants sera l’un des sujets à l’ordre du jour. Il est prévu l’envoi des enseignants russes en Centrafrique pour implémenter la discipline.

Lire aussi : Education: des collégiennes tombent en transes collectives dans un lycée

Il faut souligner que la langue russe n’est pas étrangère dans le pays. Elle était introduite sous l’empereur Bokassa et enseignée dans le secondaire. Elle a été suspendue après la chute de l’empereur.

Rappelons que la Russie de Vladimir Poutine apporte son expertise dans plusieurs domaines en Centrafrique, notamment la sécurité et la lutte contre les groupes rebelles.