Centrafrique : bras de fer entre Touadéra et Danièle Darlan

Centrafrique : bras de fer entre Touadéra et Danièle Darlan

Danièle Darlan n’est plus la présidente de la cour constitutionnelle en Centrafrique. C’est ce qui ressort de l’arrêté pris par décret présidentiel en date du 25 août 2022.

Le président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra a mis fin aux fonctions de la présidente de la Cour constitutionnelle, Danielle Darlan.

En effet, la présidente de la cour constitutionnelle (72 ans) est admise à la retraite dans l’Éducation nationale. Une aubaine pour le président de la République de sortir ce décret de révocation que dame Danièle refuse catégoriquement.

Lire aussi : Centrafrique : Touadera impose la langue russe dans les universités

Selon le Premier vice-président et porte-parole de la Cour, Jean-Pierre Ouaboué, « les juges sont inamovibles ». Ainsi, poursuit-il, « la Cour, face à cette adversité, lance un appel au président de la République, chef de l’Etat qui incarne et symbolise l’unité nationale, de veiller au respect de la Constitution et au respect de l’indépendance de la justice sans laquelle il n’y a pas d’Etat de droit ».

Rappelons que ces brouilles interviennent après que la présidente de la Cour constitutionnelle a rejeté toute réforme permettant au président Touadéra de briguer un troisième mandat.

L’opposition, de son côté, évoque un acte de haute trahison et une violation du serment fait par le président devant cette Cour constitutionnelle.

Burkina Faso : Ibrahim Traoré officiellement désigné président

Burkina Faso : Ibrahim Traoré officiellement désigné président

Auteur du putsch du vendredi 30 septembre 2022 au Burkina Faso, le Cpt Ibrahim Traoré a été officiellement porté à la tête du pays, ce 5 octobre. Ceci dans l’attente de la désignation d’un Président de transition à l’issue des assises nationales qui auront lieu en fin d’année.

Deux coups d’États en seulement huit mois au Burkina Faso. Le nouveau putschiste en la personne du jeune Capitaine Ibrahim Traoré été désigné nouveau président.

« Le président du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration assure les fonctions de chef de l’État, chef suprême des forces armées nationales », ont fait savoir les autorités dans une déclaration intitulée Acte fondamental, lu par le capitaine Kiswendsida Farouk Azaria Sorgho, porte-parole du MPSR, lors d’une émission spéciale diffusée à la télévision nationale.

Lire aussi : Qui est Ibrahim Traoré, le nouveau putschiste du Faso?

Sur les antennes de la RFI, le capitaine Traoré avait assuré, le 3 octobre, qu’il ne ferait qu’expédier « les affaires courantes » jusqu’à la désignation d’un nouveau président de transition, civil ou militaire, par des « assises nationales », qui devront se réunir « bien avant la fin de l’année ». La Constitution, suspendue après le putsch, a été rétablie et « s’applique à l’exception de ses dispositions contraires » à l’Acte fondamental.

Rappelons que mardi dernier, Ibrahim Traoré a reçu une délégation de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Venue évaluer la situation quelques jours après le putsch, elle est repartie « confiante », selon l’ancien président nigérien Mahamadou Issoufou, médiateur de la CEDEAO pour le Burkina Faso.

Joe Biden tombe lors d'une balade à vélo

Etats-Unis : Joe Biden tombe lors d’une balade à vélo (photo)

Le président américain Joe Biden, en pleine activité sportive, a fait une chute à vélo à Rehoboth beach, situé à Delaware, un Etat de la côte est des États-Unis, où le patron de la maison blanche à l’habitude de se reposer. L’incident est survenu alors que le Président voulais marquer une pause pour échanger avec des passants et des journalistes.

« Chute sans conséquence ni blessure pour Joe Biden qui n’a pas réussi à dégager un pied de la pédale de son vélo alors qu’il s’arrêtait pour parler à des passants et des journalistes, à Rehoboth beach, une station balnéaire du Delaware où le président à l’habitude de se reposer. Joe Biden a 79 ans, le président américain s’est rapidement relevé et il est reparti cinq minutes après », a écrit les médias.

Le président Joe Biden entrain d’être aider par garde du corps

Lire aussi : Nigéria : Buhari traîné en justice pour des cartes SIM bloquées, Biden met en garde

Kenya : lourde peine pour cet homme qui a volé la voiture du président de la République

Kenya : lourde peine pour cet homme qui a volé la voiture du président de la République

Si vous pensez que vous êtes audacieux, sachez dorénavant qu’il y’a mieux que vous. Au Kenya, un homme a volé la voiture du président Uhuru Kenyatta. C’est le nouveau dossier qui alimente la toile actuellement.

L’affaire remonte en 2014 où un mécanicien et deux de ses complices, ont volé une voiture présidentielle de marque BMW 735. Appréhendé, le principal commanditaire a été condamné à mort.  

Au cours du procès, le magistrat en chef du tribunal de Milimani, Francis Andayi, a expliqué que le voleur, qui est un mécanicien kényan, avait été giflé d’une peine sévère parce que ses actions étaient considérées comme une question de sécurité nationale.

Le vol a été orchestré sur l’inspecteur en chef de la police, David Machui, sous la menace d’une arme le 26 août 2014 à Nairobi, au Kenya. Les trois avaient un fusil AK-47 et un autre pistolet au moment de commettre le crime, selon l’acte d’accusation présenté au tribunal.

L’aide d’Interpol pour retrouver la voiture du président

L’affaire a tellement attiré l’attention mondiale qu’Interpol a dû intervenir pour aider à appréhender les voleurs. Des agents de sécurité ougandais ont obtenu les contacts de la petite amie du suspect. Les agents l’ont pressée de coopérer avec la police et elle a cédé.

Elle a ensuite téléphoné au suspect et ils ont eu une conversation pendant que les détectives écoutaient. On lui a dit de demander une rencontre avec lui, ce que le suspect a accepté.

Lorsque le suspect est arrivé à Kampala, il s’est rendu dans une région appelée Wandegeya et a rencontré la petite amie. C’est alors que les détectives se sont jetés sur lui.

Lire aussi : Une étudiante reçoit plus de 500 millions par erreur, sans déclarer, elle se fait arrêter 4 ans plus tard pour vol

Il a coopéré avec la police et les a conduits à l’endroit où se trouvait la voiture, où les agents l’ont clairement identifiée.

« Nos homologues nous ont informés que la voiture de leur président volée sous la menace d’une arme se dirigeait vers l’Ouganda. Nous avons donc commencé à surveiller et nous l’avons récupéré et nous l’avons renvoyé au Kenya », s’est réjoui à l’époque le directeur d’Interpol en Ouganda, Asan Kasingye.

Selon Kenyans.co.ke, le modèle de voiture est BMW 735, et était évalué à 10 200 dollars américains à l’époque.

COP 26 : la liste des présidents endormis à la conférence est sortie

COP 26 : la liste des présidents endormis à la conférence est sortie (photo)

La 26e Conférences des parties sur les changements climatiques (COP26) bat son plein à Glasgow en Ecosse et prendra fin le 12 novembre prochain. La rencontre connait la participation des présidents venus de par le monde.

En effet, dans la journée du mardi 02 novembre, la salle qui abritait la séance d’échange, les médias dans leur travail sont tombés sur certaines personnalités en train de siester.

Position confortablement assise, tête baissée, face aux genoux, certains présidents ont surpris en train de se reposer.

Dans les clichés, nous avons le président Joe Biden, dans une position armée pliée emportée par le sommeil. De l’autre côté, nous avons le président ghanéen, Nana Akufo-Addo dans une position confortable avec tête baissée en train de siester. Et pour finir, le britannique Boris Johnson surprit également en train de se reposer.

Ces photos devenues virales sur la toile alimentent les débats. Pour certains, ces hommes d’Etats sont fatigués et doivent laisser la place aux jeunes. Pour d’autres, c’est le cumul de fatigue vu les charges de ces derniers. 

Togo: la cérémonie du 05 février de cette année sera particulière

Togo: la cérémonie du 05 février de cette année sera particulière

Le feu Président Gnassingbé Eyadema est décédé le 05 février 2005. Ainsi, à l’accoutumé le pays commémore chaque année le rappel à Dieu de l’ancien président.

En effet, la cérémonie de cette année sera particulière. Pour ce 16ème anniversaire, le ministre d’État Payadowa Boukpessi informe qu’il n’y aura pas de célébration publique au Palais des Congrès de Kara. Une décision prise en raison de la lutte contre le coronavirus.

Selon le programme arrêté pour cette édition, il ne sera pas organisé de veillée le 04 février. Une prière musulmane aura lieu le vendredi 05 février à 13h, dans les mosquées des chefs-lieux de préfectures en mémoire du Père de la Nation.

Le dimanche 07 février, une prière chrétienne sera organisée dans les églises et temples des chefs-lieux de préfectures pour la même intention.

Décédé à l’âge de 69 ans, feu Gnassingbé Eyadema surnommé le « Grand baobab » est né le 26 décembre 1935 à Pya, un village situé au nord du pays.

Il est mort le 5 février 2005, à bord de l’avion présidentiel qui l’évacuait pour des soins vers la France. Militaire et homme d’État, Étienne Eyadéma Gnassingbé est jusqu’à aujourd’hui considéré comme le père de la nation.

Lire aussi: Faure Gnassingbé commémore le 47ème anniversaire de l’attentat de sarakawa

Nigeria : Le lauréat du prix Nobel Wole Soyinka, tacle le Président Buhari

Nigeria : Le lauréat du prix Nobel Wole Soyinka tacle le Président Buhari

Le lauréat du prix Nobel de littérature, le professeur Wole Soyinka, dit par souci de raison, il faut imaginer que le régime du président, le major général Muhammadu Buhari, n’existe pas.

Il a cependant décrit le nouveau train à voie standard Lagos-Abeokuta-Ibadan, le décrivant comme merveilleux et attendu depuis longtemps. Soyinka a déclaré cela lors d’une récente interview avec Kaftan TV.

S’exprimant à bord du nouveau train, le lauréat du prix Nobel a déclaré qu’il n’aimerait pas parler du gouvernement de Buhari parce qu’il imaginait que le régime n’existait pas.

Lorsqu’on lui a demandé si le nouveau train était un plus pour le régime de Buhari, il a répondu: «Je ne veux pas parler de l’administration de Muhammadu Buhari. Je pense qu’il est préférable pour ma santé mentale d’éviter cette question générale. Je peux prendre des bribes de la situation difficile actuelle du Nigéria, mais je pense que pour son sens de l’équilibre, il faut oublier l’existence de l’administration Buhari.

Le dramaturge a déclaré que pendant des années, le Nigéria avait vu les routes se transformer en piège mortel alors que le transport ferroviaire avait été négligé. Il a déclaré à deux reprises avoir passé plus de six heures sur la route de Lagos à Abeokuta.

S’exprimant en éloges sur le nouveau train, Soyinka a déclaré: «C’est un travail en cours mais c’est un travail en cours très impressionnant compte tenu de la difficulté de vraiment exécuter quoi que ce soit dans ce pays … Je pense que nous envisageons une révolution virtuelle des transports qui est longue en retard.»

Le lauréat du prix Nobel a déclaré que la renaissance du rail non seulement changerait la mentalité du peuple, mais stimulerait le commerce. Il a rappelé comment, jeune garçon, il montait dans des trains, mais à un moment donné, le Nigéria a abandonné le transport ferroviaire.

«J’ai passé, sur la route entre Lagos et Abeokuta, six heures. Il y a quelques semaines, lors du lancement de mon roman à Abeokuta, j’ai quitté Lagos…. Le voyage a duré environ sept heures», a déclaré Soyinka.

Le dramaturge a déclaré que la congestion routière s’était détériorée au point que les femmes accouchent maintenant dans la circulation et nomment même leurs enfants d’après les voitures dans lesquelles elles accouchent. Il a dit que le nouveau train était merveilleux et qu’il était heureux d’y monter.

Soyinka a ajouté: «J’ai eu un engagement à Lagos que j’ai presque reporté à cause de la route, mais depuis un certain temps, je dis: attendez une minute, ce truc (train) est censé fonctionner et j’ai vérifié les horaires et j’ai dit si je prendre le train à Abeokuta Je serais à Lagos dans une heure et demie, je serais pris en charge, je courrais vite, je ferais mes affaires et me voilà.

«J’ai quitté Abeokuta ce matin, je retourne à Abeokuta pour manger mon Ilafun (farine d’igname / manioc) et je vais dormir dans mon lit ce soir. C’est merveilleux. C’est ce que l’on fait en Europe. Pourquoi a-t-il fallu si longtemps pour que cela se produise ici? C’est triste mais en même temps, soyons heureux que cela se produise.

Lire aussi: Cote d’Ivoire : cette prophétesse « veut être la troisième femme » de Laurent Gbagbo