Lutter Contre Les Médicaments Qui Tuent En Afrique : Une Approche Collaborative Et Intégrée

Lutter Contre Les Médicaments Qui Tuent En Afrique : Une Approche Collaborative Et Intégrée

La circulation de produits médicaux falsifiés et qualité inférieure (MFQI) constitue un grave problème de santé publique pour les individus, les familles, les communautés et les pays en les privant de l’accès à des médicaments abordables et de bonne qualité.

Bien qu’il existe des signes encourageants de croissance de la production locale de produits pharmaceutiques dans la région africaine, une étude réalisée en 2019 indique que seuls 10 à 30 % des médicaments consommés en Afrique subsaharienne sont fabriqués localement (McKinsey, 2020).

Sensibles à ce fléau sanitaire majeur, les gouvernements africains ont uni leurs forces à celles de l’OMS et d’autres acteurs des secteurs public et privé, y compris la société civile, pour trouver des moyens de lutter efficacement contre cette menace pour la santé publique, et améliorer substantiellement l’accès des patients à des médicaments et à des soins de santé de qualité.

Conformément à la déclaration politique signée par six pays africains (République du Congo, Ghana, Niger, Ouganda, Sénégal et Togo) le 18 janvier 2020, l’objectif principal de l’Initiative de Loméest de mettre en œuvre des plans nationaux de lutte contre les MFQI avec une action interministérielle et une contribution coordonnée des autorités publiques et du secteur privé.

Lutter contre les faux médicaments

En tant que coordinateur politique de l’initiative, la République togolaise s’est portée volontaire pour mener un projet pilote de lutte contre les MFQI qui sera lancé au quatrième trimestre 2022.

Dans le cadre de la 72e session du Comité régional de l’OMS pour l’Afrique,  le Ministère de la Santé de la République du Togo, l’OMS et la Fondation Brazzaville organisent un événement parallèle le 23 août 2022 à 18h15 (UTC) en salle plénière Centre International des Conférence de Lomé (CICL).

Parmi les intervenants de haut niveau :Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur Général de l’OMS ;Dr Matshidiso Rebecca Moeti, Directrice Régionale de l’OMS pour l’Afrique ; Minata Samaté Cessouma, Commissaire en charge de la Santé, des Affaires humanitaires et du Développement social de l’Union Africaine ; Pr Moustafa Mijiyawa, Ministre de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins du Togo ; Dr Mamessilé Aklah Agba-Assih, Ministre déléguée de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins du Togo et M.Richard Amalvy, Directeur général de la Fondation Brazzaville.

Les objectifs de l’événement sont les suivants :

  • Réunir les Ministres de la Santé et/ou leurs représentants pour partager des informations actualisées et les meilleures pratiques mises en œuvre pour lutter contre les médicaments de qualité inférieure et falsifiés dans les pays africains ;
  • Présenter les objectifs de l’initiative de Lomé contre les MFQI et toutes les actions entreprises depuis la signature de la déclaration politique en 2020, ainsi que toutes les autres initiatives existantes sur la lutte contre les MFQI au niveau en Afrique ;
  • Inviter les ministres présents à optimiser la coordination de la lutte contre les MFQI au niveau du continent et à faire des recommandations dans ce sens.

À propos de l’Initiative de Lomé

L’Initiative de Lomé a été lancée en janvier 2020 lors du Sommet de Lomé, au cours duquel six chefs d’État et de gouvernement africains (Congo, Ghana, Niger, Ouganda, Sénégal et Togo) ont signé une déclaration politique s’engageant à lutter contre le trafic de médicaments falsifiés et de qualité inférieure en ratifiant les accords internationaux existants ; en introduisant de nouvelles sanctions pénales contre les trafiquants et en sensibilisant à ce fléau de santé publique, avec le précieux soutien des représentants des organisations internationales.

Lire aussi : Commerce Illégal Des Espèces Protégées : Les Éléphants, Risque Croissant D’extinction

La Fondation Brazzaville apporte un appui technique aux ministres de la Santé des pays signataires, ainsi qu’aux divers ministères qui ont un rôle à jouer dans ce combat. L’urgence de la situation appelle à un élargissement de cette initiative à d’autres pays, ainsi qu’à la mobilisation d’autres acteurs publics-privés nourrissant le même objectif. La Gambie, la République du Congo et la Guinée-Bissau ont exprimé leur volonté de rejoindre l’initiative.

À propos de la Fondation Brazzaville

La Fondation Brazzaville est une organisation indépendante à but non lucratif basée à Londres et enregistrée auprès de la Charity Commission for England and Wales (n.1160693). Sa vision est de cultiver l’afro-optimisme pour trouver des solutions endogènes aux défis du continent et leur donner un impact durable, en soutenant la primauté de la compétence africaine dans les champs d’intervention suivants :

  • Paix – notamment la résolution des conflits internationaux et internes ;
  • Environnement – notamment la protection des écosystèmes, de la biodiversité et des communautés ;
  • Santé publique – notamment la préservation et l’amélioration de la santé et du bien-être des populations.

Ses actions sont destinées à soutenir l’Agenda 2063 de l’Union africaine et participent à réaliser les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.