• NW TV 23 2
Al Nassr : une mauvaise nouvelle tombe pour Cristiano Ronaldo

Al Nassr : très mauvaise nouvelle pour Cristiano Ronaldo

Fin de parcours pour Cristiano Ronaldo en Europe, notamment, a Manchester United. La star portugaise a rejoint ce week-end Al Nassr en Arabie Saoudite. Mais apparemment, le quintuple Ballon d’Or n’est pas encore totalement délié de son ancien club. 

Selon le Daily Mail, Cristiano Ronaldo doit purger une sanction infligée par la Fédération anglaise, pour avoir brisé le téléphone d’un jeune fan de 14 ans. Un incident survenu lors d’un match entre Manchester United et Everton la saison dernière.

En effet, d’après la source, la sanction stipule que Cristiano Ronaldo doit purger deux matchs. Ayant été infligé par la Fédération, après la rupture de son contrat avec le club, il n’avait donc pas pu le purger en Angleterre. C’est donc avec Al Nassr, son nouveau club qu’il est puni. 

Ainsi, CR7 ne jouera donc pas face à Al Ittihad en Supercoupe, ni face à Al Ta’ee ce jeudi, ni contre Al Shabab samedi 14. Il pourrait donc débuter contre Al Ettifaq le 21 janvier prochain.

Engagé jusqu’en 2025 avec le club saoudien, Cristiano Ronaldo va gagner 200 millions d’euros par an dans son nouveau club faisant de lui, le joueur le mieux payé de la planète.

Lire aussi : CDM 2022 : un joueur iranien arrêté pour avoir critiqué le gouvernement

Togo : Des sanctions contre ceux qui utilisent les images du Président de la République

Togo : Des sanctions contre ceux qui utiliseront les images du Président de la République …

Les images du président de la République et des personnalités doivent respectées des conditions. Sur son compte twitter, le ministère de la Communication et des Médias porte à l’endroit de la population qu’il est formellement interdit d’utiliser, sans consentement préalable, les images des personnalités publiques à des fins commerciales.

En effet, l’institution publique en charge de la communication « rappelle à la population en général et aux instigateurs des montages repris sur le web en particulier, que l’utilisation des images de personnalités publiques obéit à une réglementation légale.

Les images du Président de la République, du Premier Ministre et autres personnalités ne doivent pas être utilisées pour quelque entreprise publicitaire que ce soit sans leur consentement, sous peine de poursuites judiciaires ».

Lire aussi : Opération Koundjoare : un nouveau commandant à la tête, contre la menace terroriste

FECAFOOT : la FIFA sanctionne l'institution de Samuel Eto’o

FECAFOOT : la FIFA sanctionne l’institution de Samuel Eto’o

La FIFA vient de sanctionner lourdement la Fédération camerounaise de football (FECAFOOT) pour licenciement abusif de son ancien sélectionneur de l’équipe nationale.

Remplacé par Rigobert Song, l’ancien sélectionneur Toni Conceiçao qui a conduit l’équipe nationale à la dernière Coupe d’Afrique des Nations. Ainsi, le technicien portugais a saisi le Tribunal de la FIFA. Après avoir tranché l’affaire, la chambre du statut du joueur a reconnu le caractère « abusif »de ce licenciement.

Lire aussi : CAF : La CAN Côte d’Ivoire 2023 reportée, les raisons

En effet, assigné pour deux principaux objectifs lors de son contrat notamment, qualifier pour la finale de la CAN jouée au Cameroun, et se qualifier pour la Coupe du monde qui se disputera au Qatar.

Le premier n’a pas été atteint car les Lions Indomptables ont été demi-finaliste et le second l’a été mais sous la direction de Rigobert Song, successeur de Conceiçao sur le banc.

Ainsi, l’affaire pourra faire objet d’appel devant le Tribunal arbitral du sport, ce qui va contraindre la Fécafoot à passer à la caisse. Toni Conceiçao peut espérer toucher 1 milliard de francs CFA, soit environ 1,5 million d’euros.

Une somme qui correspond au cumul de tous ses salaires jusqu’en 2023, ajoutée à l’indemnité de licenciement abusif. Egalement entrée en litige avec son équipementier Le Coq Sportif pour des raisons similaires (rupture unilatérale de contrat), l’instance présidée par Samuel Eto’o se prépare à signer de gros chèques.

CAF : des sanctions infligées aux Comores après leur exploit face au Cameroun

CAF : des sanctions infligées aux Comores après leur exploit face au Cameroun

Malgré le coup de massue laissé sur les Comores avant le duel face au Cameroun, un autre gros coup frappe de nouveau Amir Abdou et ses poulains.

La Confédération africaine de football (CAF) dans un communiqué annonce plusieurs sanctions infligées à la fédération comorienne.

La CAF justifie ces sanctions par un « comportement irresponsable à plusieurs reprises, notamment en violation grave des protocoles Covid-19 et en forçant l’accès aux vestiaires.»

L’instance africaine de football poursuit dans son communiqué en pointant du doigt Jean-Daniel Noel Patrice Padovani, l’entraîneur des gardiens. Il lui est reproché un « comportement irrespectueux ». Enfin les Comores sont accusées d’avoir retardé le coup d’envoi en raison d’un joueur « portant un maillot avec un numéro qui n’était pas le sien ».

Lire aussi : Match Cameroun-Comores : voici la source du drame causant plusieurs décès

Au regard de tous ces faits, le jury disciplinaire de la CAF a décidé d’infliger plusieurs amendes aux Comores qui malgré leur prouesse à cette CAN.

Selon le communiqué, les Comores devront payer une amende de 17 000 euros et pour l’entraineur des gardiens, il a été suspendu pour les trois prochaines rencontres.

Tensions Bamako – Abidjan : des soldats ivoiriens de la MINUSMA expulsés du Mali

Mali : le Colonel Assimi Goїta rappelle tous ses ambassadeurs de l’espace CEDEAO

Visiblement le Colonel Assimi Goїta ne compte pas céder malgré les multiples sanctions de la CEDEAO. En réunion extraordinaire à Accra ce weekend end, la CEDEAO a de nouveau pris des sanctions contre le Mali. Ceci en raison de la prolongation de 6 mois à 5 ans du gouvernement de la transition malienne.

En effet, Assimi Goїta, président de la transition et son gouvernement ne comptent pas entrer dans les rangs de la CEDEAO qui s’oppose à la prolongation. Dans un communiqué, le pouvoir malien condamne les sanctions de la CEDEAO qu’ils qualifient d’illégales, illégitimes et inhumaines.

Lire aussi : Guinée: « Cellou Dalein Diallo m’a violé, abusé de moi et m’a poussé à avorter », l’opposant dans de sale drap (vidéo)

« Le Gouvernement du Mali condamne énergiquement ces sanctions illégales et illégitimes prises à la fois par l’UEMOA et la CEDEAO, organisations pourtant fondées sur la solidarité et l’idéal panafricain…», indique le communiqué signé par le Colonel Abdoulaye MAIGA, porte-parole du gouvernement.

Les mesures du Colonel Assimi Goїta

De ce fait, le Mali a annoncé également des mesures en réplique de la sortie de la CEDEAO.

« D’ores et déjà, sur la base de la réciprocité, le Mali décide de rappeler ses Ambassadeurs accrédités dans les Etats membres de la CEDEAO et de la fermeture de ses frontières terrestres et aériennes avec les Etats concernés », annonce le communiqué.

Tout en appelant sa population au calme et à la retenues, le gouvernement rassure l’opinion sur les moyens d’approvisionnement normal du pays.

Les sanctions prises à l’encontre du Mali sont entre autres, l’embargo décidé par les Etats membres de l’UEMOA, qui viole le traité de l’UEMOA et les statuts de la BCEAO, geler les avoirs de l’État et des entreprises publiques et parapubliques, la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre pays de la CEDEAO et le Mali, la suspension des transactions commerciales.

Match Togo – Congo : les diables rouges sanctionnés sévèrement par la FIFA

Match Togo – Congo : les diables rouges sanctionnés sévèrement par la FIFA

La FIFA a sanctionné la Fédération Congolaise de Football ainsi que son capitaine Fernand Destin MAYEMBO. Cette sanction est tombée ce lundi, suite à l’indiscipline observée chez les diables rouges lors de leur rencontre avec les Eperviers au stade de Kégué à Lomé.

En effet, le 9 octobre dernier, les Eperviers du Togo ont reçu le Congo pour les éliminatoires Qatar 2022. Lors du match, à la 80e min, l’arbitre central, après avoir consulté son premier assistant va annuler un penalty qu’il a préalablement accordé aux Congolais.

Cette décision va provoquer des tollés chez les diables rouges. Pour manifester leur mécontentement, ils vont boycotté la conférence de presse d’après-match. Et par la suite, saccagés les vitres et portes des vestiaires. 

Ces actes jugés non sportifs, vont amener la commission de discipline de la FIFA, à sanctionner le Congo et son capitaine conformément à l’article 12 de son code disciplinaire.

Lire aussi : Affaire de la sextape : 10 mois de prison pour Karim Benzema

D’après la sentence, le capitaine a été suspendu pour quatre rencontres et doit payer une amende de 5000 francs suisses (environ 3 109 000 francs CFA). La Fédération Congolaise pour sa part doit verser une amende de 5000 francs suisses.