Sanctions contre le Mali : Alassane Ouattara invite la junte à prendre des initiatives

Sanctions contre le Mali : Alassane Ouattara invite la junte à prendre des initiatives

Les sanctions contre le Mali continuent d’alimenter les débats. Alassane Ouattara, le président ivoirien en visite de travail et d’amitié au Gabon s’est de nouveau exprimé sur la situation. C’est au cours d’une conférence de presse conjointe avec son homologue gabonais Ali Bongo.

Selon le président ivoirien, il est « inacceptable » qu’un régime militaire soit au pouvoir au Mali pendant une durée de 5 années.

 « Il est inacceptable qu’un régime militaire reste en place un quinquennat. Autant faire des élections », a déclaré Alassane Ouattara.

Pour ce qui est des sanctions, le président ivoirien a indiqué qu’elles ont été prises par les chefs d’État de la CEDEAO malgré eux.

« Nous sommes très malheureux d’avoir imposé ces sanctions. Nous avons tout fait pour que les autorités militaires du Mali organisent des élections dans des délais convenables, c’est à notre corps défendant que nous avons mis ces sanctions en place. (…) La situation des populations est difficile aussi bien au Mali que dans les grands pays voisins, tels que le Sénégal ou la Côte d’Ivoire », a précisé Alassane Ouattara.

Sanctions contre le Mali, l’invitation d’Alassane Ouattara

Tout en invitant la junte à prendre des initiatives, Alassane Ouattara a exprimé son souhait de voir les choses évoluer dans le bon sens.

Lire aussi : Tabaski 2021: le Colonel Assimi GOITA offre 30 moutons à Alassane Ouattara

« C’est la junte qui doit prendre les initiatives. Redémarrer les discussions, proposer un délai et l’application de ce délai avec les conditions qui seront posées par les négociateurs pour permettre la levée progressive des sanctions. C’est cela notre souhait », a-t-il martelé.

Soulignons qu’actuellement le pays est secoué par la disparition brusque de son ancien président Ibrahim Boubacar Keita. Il a succombé le dimanche dernier à Bamako à l’âge de 76 ans. Les cérémonies sont fixées sur le 21 janvier prochain.

2 ans de prison pour les hommes mariés s’ils refusent de manger la nourriture de leur femme

Ghana : 2 ans de prison pour les hommes mariés s’ils refusent de manger la nourriture de leur femme

Au Ghana, les hommes mariés qui refusent délibérément de manger la nourriture que leur prépare leur femme seront emprisonnés et ce, pour deux bonnes années.

En effet, le Coordonnateur régional central de l’Unité de lutte contre la violence domestique et le soutien aux victimes (DOVVSU) au Ghana, George Appiah-Sakyi a récemment fait comprendre que selon la loi, le fait que les hommes mariés refusent de manger la nourriture de leur femme constitue désormais un délit.

Pour lui, ce refus de manger la nourriture de sa femme constitue une forme de « violence psychologique ».

Il ajoute que les hommes mariés récalcitrants pourraient être inculpés pour violence psychologique et seront emprisonnés pour une durée maximum de deux ans en plus d’une amende.

C’est lors d’un atelier de sensibilisation pour les femmes musulmanes que l’officier de police a sorti ce communiqué.

Conseils aux hommes mariés

Au cours de son discours, il a également exhorté les hommes mariés à ne pas battre leurs femmes même si ces dernières les insultent.

Il suggère plutôt que les maris dénoncent leurs épouses au poste de police le plus proche et d’éviter de se faire justice eux-mêmes.

D’autant plus que les agressions verbales sont également une infraction qui peuvent être réglées par la loi.

« Si vos maris refusent de manger votre nourriture, vous rendent malheureuses et vous causent des douleurs émotionnelles, vous pouvez les signaler à la police. Si votre mari rentre tard à la maison et vous rend malheureuse, vous pouvez plaider contre lui », a-t-il déclaré.

Sanctions pour les femmes aussi

Il a ensuite ajouté que les femmes qui refusent d’avoir des relations sexuelles avec leur mari seront également amendées car le refus d’avoir des relations sexuelles avec un partenaire légal est également une violation fondée sur la loi et équivaut à des abus émotionnels qui sont punis par la loi.

« Si votre femme porte des jeans pour dormir et vous cause une violence psychologique, c’est une infraction et vous pouvez la dénoncer au DOVVSU », a déclaré Monsieur Appiah-Sakyi.

Cette décision est appréciée tant par les hommes que par les femmes puisque chacun sort gagnant.

Lire sur : https://actusalade.com/blog/togo-victoire-tomegah-dogbe-nouveau-premier-ministre-pour-une-nouvelle-relance-du-pays/