Grève du SET : les enseignants "punis" par le gouvernement montent au créneau

Grève du SET : les enseignants « punis » par le gouvernement montent au créneau

Ça brule au sein du Syndicat des Enseignants du Togo (SET). Les enseignants relégués de la fonction enseignante pour la fonction publique montent au créneau.

Selon nos confrères de Gapola, ces derniers annoncent des poursuites judiciaires contre le SET. « Selon nos informations, certains enseignants relevés de la fonction enseignante et mis à la disposition de l’administration publique auraient saisi les ministres de la Fonction publique, du travail et du dialogue social et des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat pour contester leurs appartenances au SET qu’ils accusent de faux et usage de faux », écrit le Média.

En effet, le SET observe depuis quelques semaines, des mouvements de grève sur l’étendue du territoire. En réponse à ces mouvements d’humeur, que le gouvernement qualifie d’’illégale’ a sanctionné certains enseignants. Au total 146 enseignants ont été relevé de la fonction enseignante et mis à disposition de l’administration publique.

Lire aussi : Togo: « charlatanisme, comédie juridique », jusqu’où ira le bras de fer SET – Gouvernement ?

Ainsi, certains enseignants ‘punis’ par l’Etat, font marche arrière et accusent le syndicat de faux et usage de faux.

Selon les informations, ils auraient saisi les ministres Bawara et Kokoroko réclament leurs rétablissements dans la fonction enseignante et annoncent des poursuites judiciaires contre les responsables du SET pour faux et usage de faux.

Togo : 9 enseignants de nouveaux virés dans la fonction publique

Togo : 9 enseignants de nouveau virés dans la fonction publique

Le bras de fer se poursuit entre le gouvernement et le Syndicat des enseignants du Togo (SET). En effet, les autorités ont répliqué de nouveau à la grève jugée « illicite » reconduite par le SET. Dans un second arrêté, signé ce 05 avril, le ministre de la fonction publique, Gilbert Bawara a exclu 9 autres enseignants de la fonction enseignante à la fonction publique.

C’est le deuxième arrêté que M. Bawara signe depuis le début de la crise. Ceci, en réponse de la grève de 4 jours décrétés par le syndicat et qui est à son troisième jours.

Ainsi, cette nouvelle décision vient rallonger la liste des 137 précédents portant le nombre à 146 enseignants réaffecter dans la fonction publique.

Lire aussi : Grève du SET : le gouvernement exclut 137 enseignants grévistes

Le gouvernement estime que le SET n’a pas une base légale et ne reconnaissent pas ainsi son existence. Donc les mouvements de grève du syndicat sont qualifiés d’illicites et perturbe les activités scolaires.

Cette grève à créer un mouvement d’humeur chez les élèves qui ont envahi les rues. Certains réclament leurs enseignants et d’autres vont déloger les autres écoles qui continuent les cours malgré la grève.

Le mouvement a déchainé dans les savanes. Ainsi, 7 élèves dont une fille ont été arrêtés pour avoir commis des actes de vandalisme et ont été déposés à la prison civile de Dapaong.

2000 F CFA pour le déplacement, mot d’ordre du mouvement « Syndicat »

Divers : 2000 F CFA pour le déplacement, mot d’ordre du mouvement « Syndicat »

En cette fin d’année, le « Syndicat » interdit formellement aux hommes de donner plus de 2000 F CFA aux jeunes filles auxquelles ils auront à faire. Le mot d’ordre du mouvement qui cartonne et fait rire sur les réseaux sociaux.

Ça fait le tour de la toile. Depuis quelques jours, le phénomène du « Syndicat », initié par l’artiste rappeur ivoirien Suspect 95, qui se présente comme l’avocat des hommes, est devenu virale sur les réseaux sociaux. Mais comment est né ce phénomène ?

Lire aussi : Quand les insultes déshonorantes d’Adebayor donnent des envies de suicide à Adja Diallo

Focus sur cette nostalgie qui fait vibrer la Toile

À la base, le « Syndicat » est le nom du fan base de l’artiste Suspect 95, qui a sorti cette année plusieurs morceaux dans lesquelles, il interpelle les jeunes filles sur la nécessité de se battre pour elles-mêmes. L’artiste conseille à ces dernières de travailler et de compter sur leurs propres efforts pour se réaliser au lieu d’attendre les hommes. En ce qui concerne les hommes, il leur conseille de ne plus se saigner les poches pour faire plaisir aux filles.

Rapidement le concept est adopté par les hommes et cela est devenu virale sur la toile.

En début décembre, le rappeur a annoncé sur la toile que les dragues sont suspendues jusqu’à nouvel ordre. Il a aussi ajouté qu’il n’est pas question qu’un de ses membres outrepasse les 2000 F CFA fixés.