Conflit tchadien : Enfin un accord trouvé avec 42 chefs rebelles

Conflit tchadien : Enfin un accord trouvé avec 42 chefs rebelles

Vers un dénouement du conflit tchadien. En effet, quelques jours après le dépôt d’armes et l’accord de paix entre les rebelles de la Casamance et le gouvernement de Macky Sall, c’est au tour du Tchad de faire un pas vers la fin des conflits internes.

Le chef de la junte et président du Tchad, Mahatma Idriss Déby Itno, a signé ce lundi, au Qatar, un accord avec une quarantaine de groupes rebelles.

Cette signature survient après cinq mois de négociations encadrés par le gouvernement de Doha. L’accord est destiné à lancer un dialogue national le 20 août à Ndjamena, rapporte l’AFP.

En effet, depuis cinq mois, différents acteurs tchadiens sous l’égide de l’émirat du Golfe, ont mené des discussions pour mettre fin à des décennies d’instabilité politique dans leur pays. Rappelons qu’en avril 2021, Idriss Déby Itno avait été tué au front contre des rebelles. Son jeune fils Mahatma fut proclamé président à la tête d’un Conseil militaire de transition de 15 généraux dans la foulée.

Lire aussi : Jeune Afrique dans une affaire de fausse information sur Macky Sall

Le groupe rebelle principal ayant conduit à la mort de l’ex-président tchadien n’a pas, cependant, signé l’accord malgré la médiation de Doha. Si le général Mahatma Idriss s’est exceptionnellement rendu au Qatar pour l’occasion, Mahdi Ali, le chef du FACT, a préféré rester dans son désert.

Cette avancée est quand même à saluer. L’un des chefs rebelles signataires estime qu’avoir autant de groupes, 42 sur 47, est un bon départ pour le dialogue national.

Tchad : le président Idriss Déby Itno est mort

Tchad : le président Idriss Déby Itno est mort

Le président tchadien Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans, est décédé mardi des suites de blessures reçues alors qu’il commandait son armée dans des combats contre des rebelles dans le nord durant le week-end, a annoncé le porte-parole sur la télévision d’Etat.

« Le président de la république, chef de l’Etat, chef suprême des armées, Idriss Déby Itno, vient de connaître son dernier souffle en défendant l’intégrité territoriale sur le champ de bataille. C’est avec une profonde amertume que nous annonçons au peuple tchadien le décès ce mardi 20 avril 2021 du maréchal du Tchad », a annoncé le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, dans un communiqué lu à l’antenne de TV Tchad.

Avec AFP

Lire aussi: Côte d’Ivoire / Primature : le remplaçant de Hamed Bakayoko, Patrick Achi déjà malade

Tchad: « (…) j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », Idriss Déby Itno investi pour un 6ème mandat

Tchad: « (…) j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », Idriss Déby Itno investi pour un 6ème mandat

Le chef de l’État tchadien, Idriss Déby Itno, a été investi, samedi 6 février, par son parti pour un sixième mandat à l’élection présidentielle du 11 avril prochain, a constaté un journaliste de l’AFP.

« Si l’émotion d’être investi candidat à une élection présidentielle est toujours forte, celle que je ressens aujourd’hui a une portée plus grandiose », a déclaré Idriss Déby Itno, au pouvoir depuis 30 ans et grand favori du scrutin, devant les militants de son parti, le Mouvement patriotique du salut (MPS).

« Permettez-moi, mes frères et sœurs, de vous dire que c’est après une mûre et profonde introspection, que j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », a-t-il poursuivi, après avoir été désigné candidat par acclamation par les membres de son parti.

Agé de 68 ans, Idriss Déby dirige le pays d’une main de fer, en muselant et en empêchant l’opposition de manifester. Il a été récemment promu au rang de maréchal par l’Assemblée nationale, largement dominée par sa majorité.

Lire aussi : Bénin: Reckya Madougou et Joël Aïvo dans la course présidentielle d’avril 2021

Dans l’optique de ce scrutin, douze responsables des partis politiques de l’opposition ont scellé, mardi 2 février, « une alliance électorale » pour présenter un candidat unique à l’élection présidentielle.

Rappelons que la proclamation des résultats définitifs de la prochaine présidentielle par la Cour constitutionnelle est prévue pour le 15 mai. Un second tour éventuel est fixé le 23 mai. L’élection présidentielle d’avril sera suivie par des législatives, fixées en juillet dernier, au 24 octobre 2021, après avoir été maintes fois repoussées depuis 2015.

Avec AFP