Attaque terroriste : Faure Gnassingbé instaure un état d’urgence sécuritaire dans les savanes

Terrorisme : Faure Gnassingbé instaure un état d’urgence sécuritaire dans les savanes

Un état d’urgence sécuritaire a été instauré lundi dans la région des savanes. La décision émane d’un projet de décret examiné et adopté en conseil des ministres présidé par le Chef de l’Etat Faure Gnassingbé.

En effet, selon le gouvernement cette décision fait suite à l’attaque djihadiste intervenue à Kpékpakandi dans la préfecture de Kpendjal au nord du pays.

Le décret est pris par le gouvernement dans le but de créer un environnement et les conditions propices aux mesures administratives et opérationnelles nécessaires à la bonne conduite des opérations militaires, au maintien de l’ordre et de la sécurité dans cette région.

Lire aussi : Attaque terroriste : nouvelle frappe djihadiste au nord du Togo

« Il renforcera la célérité de la prise des décisions et facilitera une meilleure agilité des services publics et des forces de défense et de sécurité », souligne le gouvernement.

Pour rappel, l’attaque meurtrière dans cette zone du pays avait fait 8 morts et 13 blessés dans le camp togolais et une quinzaine dans la partie des assaillants selon le bilan fait par les autorités.

Attaque à Kpékpakandi : verrouillage hermétique du cordon frontalier par l’armée togolaise

Attaque à Kpékpakandi : verrouillage hermétique du cordon frontalier par l’armée togolaise

Le Togo a tiré des leçons dans la nouvelle attaque terroriste intervenue dans la nuit du 10 au 11 mai 2022 à Kpékpakandi, dans le nord du pays. Un acte qualifié de lâche et barbare selon le gouvernement qui engage des mesures sécuritaires frontalière de taille. Il s’agit de la réorganisation du dispositif de l’opération Koundjouare avec un renfort important des forces de défense.

En effet, avec les autorités togolaises, le commandement militaire a envoyé un important renfort dans la région depuis mercredi matin pour consolider les positions à Kpékpakandi.

Des troupes togolaises déployées assurent un verrouillage hermétique du cordon frontalier. Les habitants des hameaux les plus reculés sont priés de regagner les grands centres la nuit venue. Des instructions leur sont également données pour signaler tout mouvement suspect.

Lire aussi : Attaque terroriste : nouvelle frappe djihadiste au nord du Togo

Alors que les forces de défense et de sécurité du Burkina-Faso ont perdu le contrôle de la zone, qui est finalement un nid des jihadistes qui s’y organisent comme bon leur semble, le Togo est pratiquement seul face à la menace terroriste : « De l’autre côté, il n’y a plus de répondant…Le terrain est vide. Nous avons du boulot », avait indiqué récemment le ministre togolais de la de la sécurité et de la protection civile, Général Damehane Yark.

Nouvelle attaque terroriste : le message de Patrice Talon à Faure Gnassingbé  

Nouvelle attaque terroriste : le message de Patrice Talon à Faure Gnassingbé  

Patrice Talon, le président béninois n’est pas resté silencieux suite à l’attaque terroriste survenue dans la nuit du mardi 10 au mercredi 11 mai au Togo.

Les terroristes ont frappé de nouveau dans le nord du Togo dans la préfecture de Kpendjal près de la frontière du Burkina Faso. Une attaque meurtrière faisant malheureusement 8 morts et 13 blessés parmi les forces de défense togolaises.

Vives émotions, plusieurs personnalités et citoyens ont apporté leur soutien au Chef de l’Etat, Faure Gnassingbé ainsi qu’au peuple togolais. Parmi ces derniers, le président béninois, Patrice Talon a également soutenu son homologue togolais.  « Je voudrais, en cette circonstance douloureuse, condamner fermement ces actes et exprimer mes sincères condoléances ainsi que mes sentiments de solidarité au Président Faure, aux membres des familles éplorées ainsi qu’au Peuple frère du Togo, tout en souhaitant un prompt rétablissement aux blessés. », s’est exprimé Patrice Talon sur ses comptes sociaux.

Lire aussi : Attaque terroriste : nouvelle frappe djihadiste au nord du Togo

Et de poursuivre : « cette nouvelle attaque appelle une fois encore notre action collective. À cet égard, je réitère ma disponibilité à œuvrer avec tous mes pairs pour lutter efficacement contre l’expansion du terrorisme dans notre sous-région ».

Pour rappel, l’Initiative d’Accra avait été lancée en septembre 2017 par le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo en réponse à l’insécurité croissante liée à l’extrémisme violent dans la région. Il vise à prévenir un débordement du terrorisme à partir du Sahel et à lutter contre la criminalité transnationale organisée dans les zones frontalières.

Perside K.

Bénin: attaque terroriste dans le nord-ouest du pays avec un bilan lourd

Bénin: attaque terroriste dans le nord-ouest du pays avec un bilan lourd

Une attaque terroriste a eu lieu au Bénin dans le nord-ouest avec un bilan lourd notamment deux décès du camp béninois et un du côté des djihadistes. 

En effet, selon les informations révélées par RFI, l’attaque a eu lieu dans la nuit du mercredi au jeudi, entre minuit et une heure du matin. Elle est intervenue seulement 24 heures après un accrochage dans le lit du fleuve Mekrou. C’est une position de l’armée de terre béninoise qui a été attaquée dans la région de Porga, non loin du parc de la Pendjari, à 650 km au nord-ouest de Cotonou et proche de la frontière burkinabè, a écrit RFI.

Au cours de cette attaque meurtrière, deux militaires ont été tués et entre cinq et sept ont été blessés, selon les sources. Ils ont tous été évacués vers un hôpital de la région. Côté djihadiste, un cadavre a été retrouvé par l’armée béninoise, révèle le média français.

Lire aussi : Togo : une attaque terroriste signalée dans le nord du pays

Si le nombre d’assaillants est encore inconnu, il faut dire qu’aucun communiqué de revendication n’a été diffusé. L’appartenance du groupe d’assaillants est donc, pour l’heure, toujours inconnue.

Le gouvernement béninois n’a pas encore communiqué sur l’attaque, mais, selon nos informations, le patron de l’armée de Terre a adressé un message écrit à ses hommes. Un message dans lequel il présente ses condoléances aux familles des frères d’armes tombés sur le champ d’honneur et ajoute « que le danger est réel sur le terrain », a ajouté la Radio France Internationale.