Général Diendéré

Burkina Faso : En prison, le Général Diendéré reconnu coupable d’un autre assassinat

Le Général Diendéré vient de se voir infliger une nouvelle lourde peine de prison. Incarcéré pour l’assassinat de Thomas Sankara, l’ex-militaire est reconnu coupable dans l’affaire du meurtre de Dabo Boukary, un étudiant séquestré et torturé à mort en 1990.

Vingt ans de prison pour Gilbert Diendéré pour avoir séquestré à mort l’étudiant Boukary. La décision a été annoncée la justice burkinabé, ce mercredi 21 septembre dans le cadre de cette affaire. Plusieurs autres militaires ont par ailleurs été condamnés avec lui.

Le Général Diendéré a également été condamné à payer une amende d’un million de francs CFA. À ses côtés dans cette affaire, le lieutenant-colonel Mamadou Bemba qui écope de 10 ans de réclusion et un million de francs CFA d’amende. Quant au troisième accusé, Victor Yougbaré actuellement en fuite, a été jugé par contumace et écope de 30 ans de prison et cinq millions d’amendes.

Les acolytes du Général Diendéré étaient poursuivies dans l’affaire Dabo Boukary. Tous les trois ont été reconnus coupables de complicités, d’arrestation illégale, de séquestration aggravée et de recel de cadavre.

Il faut rappeler que dans les années 1990, alors que le vent de la démocratie soufflait sur l’Afrique de l’Ouest, les régimes dictatoriaux ont commis beaucoup d’exactions qui sont, à ce jour, non révélées.

Burkina Faso : les avocats demandent l’extradition de Blaise Compaoré

Burkina Faso : les avocats demandent l’extradition de Blaise Compaoré

Réfugié depuis 2014 en Côte d’Ivoire, l’ex-président du Burkina Faso, Blaise Compaoré est condamné mercredi par contumace, à la prison à perpétuité. L’ex-président du Burkina Faso est accusé de « complicité d’assassinat » et « atteinte à la sûreté de l’État ».

Une sentence prononcée par un tribunal militaire de Ouagadougou à la suite du procès enclenché il y’a six mois.

En effet, dans une sortie, les avocats représentant la famille de Thomas Sankara demandent l’extradition de Blaise Compaoré pour qu’il purge sa peine à perpétuité.

« Si ce n’est pas une parodie de justice que nous voulons, alors l’État doit faire tout son possible, dans le respect des droits des condamnés. Nous insistons là-dessus, pour que cette décision soit exécutée, s’ils doivent ensuite avoir droit à une grâce, à une amnistie, que ce soit fait dans les règles, c’est tout… », a exigé l’avocat Prosper Farama.

Lire aussi : Burkina : « je suis soulagé », les mots de la veuve de Sankara après la condamnation de Blaise Compaoré

Pour Bénéwende Stanislas Sankara, « nous avons la possibilité de faire revenir la justice de ce côté-là, donc pour nous ce sera l’affaire du collectif d’avocats, de concert avec les familles, si nous devons prendre cela en main, on ira jusqu’au bout ».

Deux autres co-accusés ont été également condamnés à la perpétuité. Il s’agit du commandant de la garde de Blaise Compaoré, Hyacinthe Kafando, en fuite depuis 2016, et le général Gilbert Diendéré, un des chefs de l’armée lors du putsch de 1987.

Burkina : "je suis soulagé", les mots de la veuve de Sankara après la condamnation de Blaise Compaoré

Burkina : « je suis soulagé », les mots de la veuve de Sankara après la condamnation de Blaise Compaoré

La veuve de Sankara, Mariam Sankara s’est prononcé sur la sentence tombée mercredi pour Blaise Compaoré et ses co-accusés.

« Je pense que le peuple burkinabé et l’opinion publique savent maintenant qui était le président Thomas Sankara, qui était l’individu, qui était l’homme politique, ce qu’il voulait, ce que ceux qui l’ont assassiné voulaient. En tout cas, je suis soulagé parce que nous savons qui il est. On l’avait traité de tout dans les discours et tout ça, maintenant on sait que c’était un homme intègre » a-t-elle déclaré.

Lire aussi : Procès Sankara : Blaise Compaoré et 2 de ses complices condamnés à la prison à vie

En effet, après des procédures judiciaires, un tribunal militaire du Burkina Faso a rendu le verdict. Il a condamné l’ancien président du Faso, Blaise Compaoré à la prison à vie pour l’assassinat de Thomas Sankara.

Même son pour le commandant de sa garde Hyacinthe Kafando et le général Gilbert Diendéré, un des chefs de l’armée lors du putsch de 1987.