un art marocain inscrit au patrimoine culturel de l’UNESCO

Culture : un art marocain inscrit au patrimoine culturel de l’UNESCO

L’agence culturelle de l’UNESCO a ajouté mercredi des représentations de Bahreïn et du Maroc à sa liste de patrimoine « immatériel ».

Le Fjiri

Bahreïn, un pays du Golfe avec une population d’environ 1,5 million d’habitants, a présenté sa nomination pour une performance musicale Fjiri, qui commémore l’histoire de la plongée perlière.

L’UNESCO a annoncé l’inscription sur Twitter, ainsi que celle du spectacle équestre marocain de tbourida.

Ils faisaient partie des 48 candidats du monde entier considérés pour l’inscription sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité lors d’une réunion annuelle dirigée par l’UNESCO.

Le Fjiri de Bahreïn date de la fin du XIXe siècle, alors qu’ « il était traditionnellement exécuté par des plongeurs de perles et des équipages de perles pour exprimer les difficultés rencontrées en mer », a déclaré l’UNESCO sur son site Internet.

Lire sur : Sénégal : un plat local inscrit sur la liste du patrimoine de l’UNESCO

« Les artistes sont assis en cercle, chantant et jouant différents types de tambours, des carillons à doigt et un jahl, un pot en argile utilisé comme instrument », a-t-il ajouté.

« Le centre du cercle est occupé par les danseurs et le chanteur principal ».

Le Fjiri « est considéré comme un moyen d’exprimer le lien entre le peuple bahreïni et la mer », a déclaré l’UNESCO.

Tbourida, inscrit par l’UNESCO

Tbourida, aussi connue sous le nom de « fantasia », est encore plus ancienne.

Il date du XVIe siècle et « simule une succession de défilés militaires, reconstitués selon les conventions et rituels ancestraux arabo-amazighs », précise l’UNESCO.

Les représentations se terminent par une salve de coups de feu.

« Les coutumes et costumes des cavaliers représentent leur tribu ou leur région, et la transmission se fait de génération en génération au sein des familles, par les traditions orales et par l’observation.

Bahreïn et le Maroc figuraient également parmi les 16 pays à majorité musulmane qui ont présenté la candidature de la calligraphie arabe, une tradition dans les mondes arabe et islamique, qui a été précédemment ajoutée à la liste du patrimoine lors de la réunion de cette semaine.

Mercredi figurait également « l’art de la broderie palestinienne ».

Dans sa reconnaissance, l’agence des Nations Unies a déclaré que l’artisanat de la couture complexe a commencé dans les villages, où les femmes portent des robes longues, des pantalons, une veste, une coiffe et un voile, chacun orné de broderies.

« À l’origine fabriquée et portée dans les zones rurales, la pratique est désormais courante dans toute la Palestine et parmi les membres de la diaspora », a écrit l’agence des Nations Unies.

La liste du patrimoine immatériel comprend désormais près de 500 inscriptions.

Avec mondeactuel

Thiebou dieune sur la liste du patrimoine de l’UNESCO

Sénégal : un plat local inscrit sur la liste du patrimoine de l’UNESCO

Le Pays de Macky Sall obtient une valorisation de son art culinaire. Il s’agit d’un plat de riz et de poisson communément appelé « thiebou dieune ».

Une bonne nouvelle sans doute, qui réjouit toute la nation et élève une fois de plus son secteur culturel.

En effet, l’agence culturelle des Nations Unies, l’UNESCO, a ajouté mercredi, l’un des plats les plus consommés du pays, à sa liste du patrimoine mondial immatériel de l’humanité.

« Thiebou dieune » signifie « riz avec du poisson » et s’écrit également« Ceebu jen » en wolof.

Lire aussi : Expo Dubaï 2020 : au Pavillon du Togo, un américain célèbre la langue Ewé

Il est souvent préparé avec des légumes comme le manioc ou la tomate. Selon l’UNESCO, sa recette et ses techniques sont traditionnellement transmises de mère en fille. Le plat est traditionnellement mangé à la main et est servi au déjeuner.

Le plat « Thiebou dieune

‘Ceebu jen » rejoint ainsi d’autres articles liés à l’alimentation sur la liste de l’UNESCO. Il s’agit notamment de l’art du « Pizzaiuolo » napolitain et la culture du couscous en Mauritanie, Maroc, Algérie et Tunisie.

Rappelons que l’inscription de « Thiebou dieune est une initiative du ministère de la Culture du Sénégal annoncé en octobre dernier.