Coup d’Etat au Burkina : la réaction de l’Union Africaine (UA)

Coup d’Etat au Burkina : la réaction de l’Union Africaine (UA)

Le coup d Etat au Burkina Faso continue de faire secouer le monde. Après la CEDEAO, c’est le tour de l’UA d’entrer dans la danse. Dans un communiqué l’UA condamne fermement la tentative de coup d’État contre le président Roch Kaboré.

L’institution appelle l’armée nationale et les forces de sécurité du pays à s’en tenir strictement à leur vocation républicaine, à savoir la défense de la sécurité intérieure et extérieure du pays.

Lire aussi : Burkina Faso : le président Kaboré fait signe de vie et appelle au dialogue

L’UA appelle en outre à assurer l’intégrité physique du Président de la République ainsi que tous les membres de son Gouvernement. Il encourage le gouvernement et tous acteurs civiles et militaires à privilégier le dialogue politique comme voix de solution des problèmes du Burkina Faso.

Agissant déjà étroitement avec la CEDEAO, le Président de la Commission déclare poursuivre sans relâche les efforts conjugués avec l’organisation régionale pour une solution rapide de cette crise.

L’Union africaine suspend le Soudan avec effet immédiat

L’Union africaine suspend le Soudan avec effet immédiat

Le Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine, dans un communiqué a suspendu avec effet immédiat le Soudan et ses instances. Ceci, suite au « changement inconstitutionnel de gouvernement » intervenu dans le pays.

Selon l’UA, ce changement est qualifié d’affront aux valeurs partagées et à ses normes démocratiques.

Ainsi, cette suspension sera de rigueur jusqu’à la restauration effective des autorités de transition co-dirigées par des civils.

Lire aussi : Côte d’Ivoire : présidentielles 2025 dans le viseur ? cette sortie de Gbagbo suscite des interrogations

Ce lundi 25 octobre, le général Abdel Fattah al-Bourhane, chef d’état-major de l’armée soudanaise, annonçait l’état d’urgence. Il a dissous le Conseil souverain de transition et le gouvernement. Le général a également limogé les gouverneurs régionaux.

Depuis, les manifestants sont descendus dans les rues de Khartoum, la capitale, dénonçant les mesures du général Bourhane et réclamant un gouvernement civil.