Nigeria : sous prétexte d’une séance de délivrance, un prophète viole une femme enceinte de 8 mois

Nigeria : Un Prophète Viole Une Femme Enceinte De 8 Mois

La fin est sans doute proche comme l’a prédit la Bible. Ceci est une histoire qui se passe au Nigéria dans le village d’Agbabu via Ore.

En effet, la police a mis la main sur un prophète de Dieu pour un acte ignoble commis. Selon les faits relatés par le porte-parole des forces de l’ordre, le prophète était venu d’un autre village. Il a organisé une veillée religieuse de trois jours. Mais ce dernier va profiter de ses séjours pour abuser d’une jeune mère âgée de 22 ans sous prétexte de la délivrer.

« Le 13 novembre 2021, un certain Festus James ‘m’ d’Ibadan dans l’État d’Oyo s’est rendu au village d’Agbabu via Ore. Il a prétendu être un prophète et que le Saint-Esprit lui a ordonné d’avoir un veillée du Saint-Esprit de 3 jours dans une église du village».

Lire aussi : Nigéria : tombée enceinte à 11 ans après un v*iol, elle dévoile la liste des auteurs

« Le lendemain, le prophète a affirmé avoir eu une vision concernant une jeune femme de 22 ans qui était enceinte de 8 mois et lui a dit d’attendre après le programme. Il emmena la femme enceinte dans l’une des pièces de la maison de la mission sous prétexte de la délivrer d’un mauvais esprit et a couché avec elle », a raconté la police.

« Je ne sais pas ce qui m’arrivait lorsque j’accomplissais l’acte impie », a répondu le prophète lors de l’interrogatoire avec la police.

Danyigan : seul échoué au BEPC dans sa classe, il se donne la mort

Drame : violée deux fois de suite par des médecins, elle meurt après plusieurs opérations

Une patiente de 25 ans, nommée M’Mah Sylla est morte après avoir été droguée et violée par des médecins dans une clinique du quartier Enta, à Conakry.

D’après les faits, la jeune fille s’est rendue au centre de santé pour des douleurs abdominales. Arrivée sur les lieux, elle a été installée dans une chambre où l’un des médecins de la clinique lui aurait faire boire une boisson qui l’a endormie.

A son réveil, la demoiselle a remarqué qu’elle était toute nue et sentait qu’elle avait subi une violence sexuelle. Elle confronte le médecin qui nie les faits. Quelques semaines plus tard la femme constate qu’elle est enceinte, après deux tests de grossesse effectués dans la même clinique.

Victime d’un autre viol

Le médecin qui aurait nié les faits, lui propose de conserver la grossesse sous prétexte qu’il allait en prendre soin. Mais elle décide d’avorter. Elle est donc orientée vers un autre médecin qui la viole à son tour. Il l’informe qu’elle n’est pas enceinte mais a plutôt un kyste.

Ces deux médecins n’ont aucune formation en chirurgie et en gynécologie. Ils obligent la jeune fille à se laisser opérer sous prétexte que son kyste a explosé et qu’elle peut y laisser la vie. En seulement 02 mois, elle a été opérée 5 fois mais sans succès. Il s’en suit des complications.

Lire aussi : Drame : pour punir son ex-épouse, ce docteur tue leurs 3 enfants et se suicide

Prise en charge par une ONG, elle sera évacuée en Tunisie où elle décède malheureusement le samedi 20 novembre 2021 après une 7ème opération. Face à cette tragédie, le gouvernement guinéen promet accélérer les enquêtes afin que les coupables paient pour leurs actes.

L’ONG et le père de la victime ont porté plainte à la gendarmerie. Ce qui a permis l’arrestation des médecins qui ont participé à toutes ces opérations.

Nigéria : tombée enceinte à 11 ans après un v*iol, elle dévoile la liste des auteurs

Nigéria : tombée enceinte à 11 ans après un v*iol, elle dévoile la liste des auteurs

Au Nigéria, le viol d’une fille et tombée enceinte à 11 ans défraie la chronique. D’après les faits, la jeune fille aurait été tombée enceinte après ces actes crapuleux posés par les auteurs.

En effet, la jeune fille a suscité des réactions après avoir établi une liste de tous les hommes qui l’auraient v1olée alors qu’elle était mineure.

Une journaliste basée à Port Harcourt identifiée comme Martha Okere, a partagé la liste des hommes violeurs sur sa page Facebook.

Lire aussi : COP 26 : la liste des présidents endormis à la conférence est sortie (photo)

Dans la liste, elle a mentionné des oncles et d’autres personnes qui sont restées dans le même quartier avec elle.

La réaction de la fille a créé des réactions mitigées car beaucoup ont demandé l’identification et l’arrestation des hommes nommés dans la liste.

la sentence est tombée pour l’animateur Yves de M’bella

Cote d’Ivoire : la sentence est tombée pour l’animateur Yves de M’bella

Le procès de Yves de M’bella, animateur à NCI a eu lieu ce mercredi 1er septembre 2021 au tribunal d’Abidjan-Plateau. Il était en larmes lors de la plaidoirie de ses avocats.

L’on connaît désormais la sentence de l’affaire Yves de M’bella. Il écope d’une amende d’un million d’amende et douze (12) mois emprisonnement avec sursis. Avant que les juges ne donnent le verdict, les avocats de la défense ont fait une plaidoirie. Pendant leur speech, Yves de M’bella pleurait. Il était inconsolable. Ses larmes coulaient.

L’infodrome

Un violeur en série arrêté avoue : « je prends plaisir à violer les vieilles femmes dans les champs »

Un violeur en série arrêté avoue : « je prends plaisir à violer les vieilles femmes dans les champs »

Stephen John, un cultivateur accusé de plusieurs viols a déclaré qu’il prend plaisir à violer les vieilles femmes dans leurs champs.

Selon une source policière, le suspect à l’habitude de tendre un piège à ses victimes dans le champ alors qu’il faisait semblant de travailler.

Arrêté par des détectives

L’agriculteur d’Ore, dans la région du conseil d’Odigbo de l’État d’Ondo, au Nigeria a fait cette déclaration après avoir été arrêté par des détectives de la police de l’État pour avoir violé une jeune femme, Fatima Yahaya, qui avait été envoyée faire une course par sa mère.

Il aurait attrapé la victime et l’aurait traînée dans la brousse vers 7 heures du matin, puis l’aurait violée.

Lire aussi : Un père enceinte sa propre fille et poste les photos

Faisant défiler le suspect aux côtés de douze autres personnes pour des activités criminelles dans tout l’État ces derniers temps, le commissaire de la police de l’État, Bolaji Salami, a décrit le suspect comme un violeur en série, ajoutant qu’il avait tendu une embuscade et violé des femmes dans leurs champs.

Trois autres victimes

Salami a déclaré: « Le 5 août 2021, vers 8 h 30, une certaine Oluwakemi Isaac ‘f’ de la rue Tajudeen à Ore est venue au poste de police d’Ore et a signalé que le même jour vers 7 h 00, elle avait envoyé sa fille Fatima Yahaya faire une course, sur son chemin, un certain Stephen John l’a vue, l’a attrapée et traînée dans la brousse et l’a violée.

Après que le suspect a été arrêté et emmené au poste de police d’Ore, trois femmes sont venues et l’ont signalé comme étant celui qui les a violées sur leurs différentes terres agricoles, utilisant un coutelas pour les effrayer et les forcer à se soumettre. »

Lorsque le suspect a été interrogé, il a déclaré qu’il prenait plaisir à violer des vieilles femmes au champs.

 Il a déclaré à Vanguard : « Je prends juste du plaisir à coucher avec des vieilles femmes et surtout dans les champs.

Je l’apprécie juste avec elles et dans cet endroit particulier.

Vous savez que les vieilles femmes n’ont pas la force de lutter avec moi et qu’elles ne peuvent pas beaucoup crier et le champs est généralement un endroit solitaire. »

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi il avait opté pour une fille plus jeune lors du dernier viol qui a conduit à son arrestation, le suspect a déclaré qu’il était pressé et qu’il a attendu interminablement et n’a pas pu trouver de vieilles femmes, et a donc profité de la jeune femme qui lui ai tombé dans les mains.

Le suspect a déclaré avoir utilisé le coutelas pour instiller la peur chez ses victimes avant de les violer.

Ce Chef de gouvernement crée des indignations après ses propos liant viol et tenue vestimentaire

Ce Chef de gouvernement suscite de l’indignation après ses propos liant viol et tenue vestimentaire

Le phénomène de viol devient de plus en plus récurrent dans nos sociétés. Et pour raison, selon les propos du premier ministre pakistanais Imran Khan, la tenue vestimentaire des femmes.

« Si une femme est très peu vêtue, cela produira un effet sur les hommes à moins qu’ils ne soient des robots. »

En effet, le Premier ministre pakistanais Imran Khan a suscité l’indignation des organisations de défense des droits des femmes après avoir affirmé que les victimes de viols étaient « très peu vêtues ».

C’est au cours d’une interview à l’émission de télévision Axios, que le Chef du gouvernement a établi un lien entre le comportement des hommes et la tenue vestimentaire des femmes. Des propos jugés « dangereusement simplistes » par une dizaine d’ONG qui lui ont demandé de s’excuser.

« Si une femme est très peu vêtue, cela produira un effet sur les hommes à moins qu’ils ne soient des robots. C’est une question de bon sens », a déclaré Imran Khan, interrogé sur l’épidémie de violences sexuelles et de viols qui sévit au Pakistan. Il n’a pas précisé de quels vêtements il parlait, dans un pays où l’immense majorité des femmes porte une tenue traditionnelle très couvrante. Lire aussi : Trop de confort, de cris (…), découvrez ces six choses à ne pas faire pendant les rapports sexuels

Ainsi, suite à ces propos, plus d’une dizaine d’organisations de défense des droits des femmes dont la Commission pakistanaise des droits humains, un organe indépendant, ont demandé au Premier ministre de s’excuser pour ces propos.

Selon ces organisations, les déclarations du Premier ministre « sont dangereusement simplistes et ne font que renforcer l’opinion générale » selon laquelle les femmes sont des victimes « conscientes » et les hommes des agresseurs « démunis ».

Faits divers : une jeune femme séquestrée, violée et poignardée par ses amis

Faits divers : une jeune femme séquestrée, violée et poignardée par ses amis

Cinq personnes dont deux mineurs étaient en garde à vue depuis mercredi 06 janvier dans le cadre d’une enquête sur la séquestration d’une jeune femme, violée et poignardée dans le dos à Creil (Oise). Elles ont dû être présentées devant un juge d’instruction le  jeudi, jour suivant.

En effet, la victime de 19 ans « s’est retrouvée dans l’appartement de certains de ses amis à cause des liens amicaux entre certains d’entre eux et une de ses amies », à en croire les explications du procureur de la République à Senlis, Jean-Baptiste Bladier.

Il ajoute que « Par la suite au cours de la nuit, la jeune femme aurait subi plusieurs viols, outre de nombreuses violences, ainsi qu’un coup de couteau dans le dos ». Cependant, les suspects présentés au juge répondront de leurs actes.

A lire : Nigeria : elle accouche d’un garçon après 3 ans de grossesse