Chine : un nouveau virus semblable au coronavirus détecté

Chine : un nouveau virus semblable au coronavirus détecté

Un nouveau virus détecté en Chine fait déjà des victimes. Baptisé « Langya », le nouveau virus dont les signes sont semblables au coronavirus se transmet des animaux aux humains selon les spécialistes.

En effet, après le coronavirus, un nouveau virus secoue la Chine. 35 personnes ont été déjà infectés par la maladie dans deux provinces de l’Est du pays.

Selon les médecins chinois, les victimes présentaient des signes semblables au coronavirus. Avec des antécédents de contact avec les animaux, des signes comme ; la fièvre, la fatigue, une toux, une perte d’appétit, des douleurs musculaires, des nausées, des maux de tête et des vomissements.

Lire aussi : Monkeypox, le nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

Ce nouveau virus appartiendrait à la famille Henipavirus, dont deux espèces notamment le virus Hendra et le Nipah, très mortels détectés auparavant.

Classé au niveau de biosécurité 4, selon l’OMS, l’Hénipavirus est composé des taux de létalité compris entre 40 et 75%.

Monkeypox, un nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

Monkeypox, le nouveau virus détecté chez les homosexuels ?

La maladie variole du singe appelée Monkeypox gagne le terrain au Royaume-Uni. En effet, selon les autorités sanitaires, des cas ont été recensé essentiellement chez les homosexuels et bisexuels. Ainsi, neuf cas ont été détecté.

Selon le Centre européen de contrôle et de prévention des maladies infectieuses (ECDC), cinq cas ont été confirmés au Portugal et 20 autres suspects.

En Espagne huit cas détecté et mis en examen. « Ces derniers cas, ainsi que les autres rapportés à travers l’Europe, confirment nos préoccupations initiales quant à la possibilité de propagation du monkeypox au sein de nos communautés », a déclaré Susan Hopkins, conseillère médicale en chef de l’UKHSA (UK Health Security Agency).

Les autorités font allusion a une transmission probable du virus par voie sexuelle car selon eux les victimes ont déclaré avoir eu des relations avec des hommes. Mais pour l’instant, les scientifiques restent réticents sur la théorie selon laquelle la variole est une infection sexuellement transmissible.

Le virus se transmet par le biais d’un contact rapproché, de nature sexuelle ou non, avec une personne infectée ou ses vêtements.

Monkeypox, les symptômes

Les premiers symptômes de la variole du singe comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs musculaires, des ganglions gonflés, une fatigue et des frissons – des symptômes peu spécifiques et communs à beaucoup d’infections virales. Des lésions cutanées peuvent apparaître d’abord sur le visage puis sur d’autres parties du corps, notamment sur les organes génitaux.

Lire aussi : Togo : des homosexuels expulsés à coup de poing à la plage

Dans la majorité des cas, l’infection n’est pas mortelle et se résorbe en l’espace de quelques semaines. Toute personne présentant ces symptômes est invitée par les autorités sanitaires à consulter un médecin pour limiter la propagation du virus.

D’après les dires, le premier cas de la variole a été détecté en Angleterre le 7 mai 2022 chez un voyageur en provenance de l’Afrique de l’ouest.

Variant Omicron : le Togo prend des mesures

Variant Omicron : le Togo prend des mesures

Variant omicron, c’est le nom du nouveau virus plus contagieux que la covid-19 détecté en Afrique du Sud. En effet, les gouvernements prennent des précautions pour empêcher le mal d’intégrer sur leur sol. C’est le cas du Togo qui dans un communiqué annonce des mesures en lien avec ce nouveau variant.  

Elle concerne les voyageurs en provenance d’Afrique du Sud. Selon le communiqué, ces voyageurs subiront une quarantaine de 72 heures à leur arrivée au Togo.

Lire aussi : Togo / Covid-19 : le pass vaccinal s’invite dans les églises et mosquées

« En raison des informations faisant état du variant du coronavirus OMICRON récemment découvert en Afrique du Sud, je vous demande de mettre systématiquement en quarantaine pour soixante-douze (72) heures et à la charge des intéressés, tous les passagers en provenance de ce pays. », indique un communiqué signé par le ministre, Prof. Moustapha Mijiyawa, à la Direction générale de l’Aéroport international Gnassingbé Eyadema (AIGE) de Lomé.

Lire la suite du communiqué :